Le premier Forum RPG basé sur la légende urbaine du Slenderman.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Ven 18 Oct - 20:06





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Emylie commençait son service dans deux heures ce qui lui laissait le temps de rentrer chez elle, se doucher, se changer et partir travailler. Elle avait dû sortir pour remplir son frigo car être une louve augmente l'appétit.

Elle arriva devant son immeuble, sortie de sa voiture et pris son sachet de course pour se diriger vers la porte. Emy gravit les marches trois par trois et arrivée devant son appartement inséra ses clés dans la serrure. Son salon était noir, sans bruit. La jeune fille posa ses affaires sur la table et alla directement dans la salle de bain. Se déshabillant, elle remarqua que la marque que Lucas, un loup de sa meute, lui avait infligé la nuit passée alors qu'ils chahutaient transformés en animal était toujours présente, barrant son flanc gauche. Palpant du bout des doigts sa peau rougeâtre elle se mordit la lèvre pour ne pas gémir. Emylie était résolu à lui faire payer pour cette blessure qui laisserait certainement une marque quelque temps. Soupirant elle rentra dans la douche et fit couler de l'eau brûlante sur son corps frêle.

Lorsqu'elle eut fini, elle passa son petit uniforme constitué d'un short noir et d'un tee-shirt rouge décolleté, laissant apparaître sa poitrine. Marc, le responsable du bar aimait que ses serveuses fassent étalage de leurs atouts, cela faisait venir plus de monde selon lui.

Un coup d'oeil à la pendule lui appris qu'il lui restait encore une heure. Elle se fit à manger et rangea ses courses le temps de la cuisson. La jeune fille s'installa à table pour déguster son steak à peine cuit. Une fois terminée elle lava sa vaisselle, pris son manteau et partit travailler.

Lorsqu'elle arriva, Emylie se glissa derrière le bar afin de servir les quelque habitués déjà présent. Marc sortit de l'arrière salle, un pack de bière dans chaque main.

-Tu es en retard Emy, comme d'habitude, fut tout ce qu'il lui dit pour la saluer. Tu bosses en salle ce soir.

-D'accord.

La jeune louve commença donc son service et tout se passa bien jusqu'à ce que Greg, un autre loup, l'ancien petit ami d'Emy débarque. La jeune femme avait rompu avec lui peu de temps avant ce soir car cet homme était clairement odieux avec elle. A son arrivée, il l'avait abordé lui promettant monts et merveilles. Seulement très vite la demoiselle c'était rendu compte que ce type n'était qu'un profiteur, que seul son corps l'intéressait. Elle avait mis fin à cette histoire mais visiblement, se prendre à râteau n'était pas son genre, donc il venait chaque jour où Emy travaillait et il lui lançait des remarque à longueur de temps.

Mais se soir fut différent, il bu. Il bu même un peu trop. Lorsqu'il commença à éclater de rire sans raison la jeune fille sentit que cela allait mal se terminer. Et elle eut raison. Vers la fin du service, sur les coups de minuit, il l'avait attrapé par le bras, l'insultant de trainée et d'autres insultes tout aussi bien senti.

-Tu n'ai qu'une chienne!  Lui avait-il crachait au visage en se levant l'attirant contre lui.

Il était impossible pour la jeune femme de se libérer.

-Je suis une louve pas une chienne,  murmura la demoiselle entre ses dents avant de lui donner un coup de genoux assez bien placé. Tu es pitoyable, obligé de te bourrer la gueule et de profiter de ta force pour t'approcher d'une fille, pire qu'un animal. Franchement autrefois tu m'as plus mais aujourd'hui la seule envie que tu me donnes en te regardant c'est d'aller vomir.

Sur ce elle poussa l'homme devant elle qui était à présent à l'agonie. Il ne dit rien, valait mieux. Emy retira son tablier et le jeta sur le comptoir.

-J'ai fini mon service.

Puis elle sortis claquant la porte. Elle était en colère contre Greg, mais aussi contre Marc qui n'avait rien fait et contre tous ses abrutis qui avaient regardé le spectacle sans piper mot. Peut être aurait-elle du leur offrir du pop-corn.

Il fallait qu'elle aille courir. Quand elle était énerve comme ce soir, seule l'adrénaline que procurait une bonne foulée en forêt arrivait à la faire se calmer. C'est donc tout d'abord sous forme humaine qu'elle trottina vers sa voiture. Une fois à l'intérieur, Emy roula, la musique poussée à fond. Elle martelait à coup de poing son volant au rythme de la mélodie.

Lorsqu'elle fut à proximité de la forêt elle se gara sur le bord de la route et vérifia que la voie était libre avant de se déshabiller.
Pour un mois d'octobre les températures étaient encore agréables. Frissonnant dans la nuit elle se changea en loup et se mit à courir à travers les arbres. En louve elle était de couleur blanche, seulement le bout de sa queue et de son oreille droite était noir. Pour une femelle, Emy était assez robuste, de la taille d'un loup géant elle arrivait facilement à la taille d'un homme. Seulement sous cette forme un coup de dents suffirait à arracher la tête de n'importe quel individu.

La jeune fille laissa son esprit vagabonder au gré des vents, écoutant le vent lui murmurer les bruits de la nature, sentir ses pattes fouler le sol à peine humide.

Alors qu'elle respirait l'air frais elle décela une odeur étrange. Ce n'était pas un humain, mais pas non plus un loup ou un vampire. Emy ralenti le pas, passant en mode chasse. Elle trouva une piste et la suivit jusqu'à tomber sur un endroit un peu dégagé. Elle avança doucement, faisant attention à chaque mouvement. Soudain elle aperçue une silhouette, celle d'un homme, habillé d'un long manteau noir. Il portait également un chapeau assorti. Tourné vers la lune qui inondait la plaine d'une lumière blafarde, il lui tournait le dos.

Un grognement sorti de la gorge de la louve. Il se retourna, mais elle en put voir son visage car la lumière était dans son dos. Emy montra les crocs en grognent de plus belle. Mais il ne bougea pas, restant loin d'elle. Elle fit un pas en avant, mais toujours rien.

La jeune femme se calma un peu et la curiosité pris le dessus sur la méfiance. Emylie se retransforma donc en humaine, ne se souciant absolument pas du faite d'être complètement nue. Elle approcha encore d'un pas mais resta quand même hors de portée.

-Qui es-tu ?  Demanda-t-elle d'un ton agressif et menaçant.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 13 Nov - 20:41

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



A peine éveillé Offendy s’était douté qu’aujourd’hui allait être une mauvaise journée. Une mauvaise journée où il serait d’une éternelle irritabilité, où un rien l’énerverait. Bref, il avait l’air de s’être levé du mauvais pied. Comme un peu tous les matins mais bien plus accentué cette fois-ci. Alors il avait pris ses précautions pour que personne ne joue avec ses nerfs et annoncé la couleur immédiatement : il voulait qu’on le laisse tranquille. Pas un mot, pas une présence, pas un bruit ou il serait capable d’agresser n’importe qui. Un choix qu’avaient plus ou moins bien compris ses frères qui savaient ce qu’ils encouraient. On ne dérangeait pas un Offender dépressif et encore moins un Offender dépressif qui en voulait au monde entier au moins autant qu’à lui.

Cela faisait deux semaines qu’il n’avait pas mangé, forcément. C’était toujours ainsi : moins il touchait à la nourriture et plus cette envie partait se terrer dans un coin de son âme dévastée pour se faire oublier. Jusqu’au moment où, avec fureur et désespoir, elle rejaillirait pour faire des victimes. Encore et toujours. Un putain de cercle vicieux qu’il commençait à ne plus supporter après seulement trois ans. Comment Slender faisait-il quand on savait qu’il était dans le même état depuis de bonnes centaines d’années ? Peut être cinq cent ou six cent… Certes il ne ressentait plus la douleur ni ses actes peser sur ses épaules mais son frère avait malgré tout une conscience. Tout semblait si étriqué de toute façon, la vie était forcément difficile. Cela dit, même s’il n’avait pas envie d’ôter la vie en ce moment, sentir son corps qui dépérissait lentement le rendait indubitablement nerveux. Et par conséquent agressif et cassant. Fin de l’histoire, rien de bien intéressant. Pas de petit tour en ville, incendier des voitures ne le tentait même pas. Il voulait juste rester assis là à ne rien faire, à penser au passé avec mélancolie puisqu’il ne savait faire que cela.

Toute l’après-midi, il était resté assis là, dans les feuilles mortes qui jonchaient le sol de la forêt. Le ciel pour une fois clair avait fini par changer de couleur puis les étoiles étaient venues piqueter ce voile d’encre qui constituait la nuit. Elles étaient laides de beauté ces étoiles. Un ciel déprimant sans trace de lumière aurait été préférable. Ah c’était facile pour la Lune de l’énerver sans respecter ses volontés.

— Connasse va, lui avait-il lancé pendant que la lumière blanche et froide enveloppait les environs d’une aura mystérieuse presque irréelle ou figée dans le temps.

De toute façon il n’avait plus droit à la lumière, il en était privé alors pourquoi la foutre sous son nez ? A voix basse, en crachant furieusement des volutes de fumée grise, il s’était surpris à sortir ses quatre vérités à cet astre qui le surplombait silencieusement. Peut être aurait-il du les retourner contre lui-même ces paroles mais au final cela ne changerait rien à la situation donc autant se défouler en les reportant sur quelqu’un d’autre. Ou quelque chose vu que la Lune n’était pas vivante. Puis son mutisme était revenu et les cigarettes s’étaient succédées pendant que la nuit avançait lentement. Allait-il rester ici, dans cette clairière, jusqu’au petit matin ? Sans doute. Il n’avait pas grand-chose de mieux à faire.

Alors que les minutes semblaient filer aussi lentement que les heures, un étrange écho lui parvint, auquel il ne prêta d’abord que peu d’attention avant de se rendre compte qu’il semblait plus puissant à chaque seconde qui passait. Les yeux plissés et empli d’une soudaine méfiance, l’être s’efforça de faire croire qu’il n’entendait rien tout en étant soudain attentif à son environnement. Les humains n’étaient pas les seuls à se méfier la nuit bien qu’ils aient plus d’ennemis que les Slender-Like comme lui. Depuis peu eux aussi rencontraient des êtres étranges. Pas des Proxies, mais d’autres humains qui rivalisaient facilement en puissance avec ces esquisses de marionnettes. Trendy et Slendy pensaient que c’était lié aux radiations mais sans en être sûrs alors, tous ensembles, ils enquêtaient un peu. Quelle ne fut pas la surprise d’Offendy lorsqu’il vit débarquer un loup blanc gigantesque d’entre les fourrés. Enfin gigantesque comparé à ceux qu’il avait déjà vus, pas par rapport à lui. Il se glaça et se tendit imperceptiblement, prêt à réagir si cet animal qu’il voyait pour la première fois faisait mine de s’approcher trop près. Déjà qu’il grognait… Habituellement, les êtres vivants le fuyaient d’instinct, lui comme n’importe quel autre membre de sa famille. Pourquoi pas celui-ci alors qu’il semblait clairement méfiant ?

Leur petit jeu d’observation dura quelques instants pendant lesquels ils semblèrent se jauger mutuellement. Puis il se produisit un phénomène étrange auquel Offendy n’était pas trop préparé. Il crut rêver voire même avoir fumé un truc pas très net lorsque ce loup blanc, plein de poils, avec quatre pattes, des oreilles pointues, des crocs et une queue se changea en une humaine aux longs cheveux blonds. Toute nue aussi, accessoirement. Sous le coup de la surprise, il inspira un bon coup. Alors ça c’était trop bête, pourquoi pile au moment quand il n’en avait pas envie ?

— Eh bah putain, si maintenant les filles viennent parcourir la forêt pour se présenter nues devant moi, j’vais perdre beaucoup moins de temps à devoir leur courir après ! railla-t-il sournoisement.

C’était plus fort que lui et il ne put s’empêcher de siffler avec moquerie. Il fallait dire qu’elle avait des arguments convaincants qu’il ne pouvait tout simplement pas ne pas voir. Il faillirait à sa réputation s’il commençait à ne plus s’intéresser au physique gracile des filles.

— Qui es-tu ?

Oh mais c’est qu’elle le coupait presque dans son élan, celle là ! Offendy grogna, peu amusé par le ton qu’elle venait d’employer, bien trop vindicatif pour lui. Qui croyait-elle impressionner là ? Et de quel droit exposait-elle son corps sans aucune gêne à un inconnu qu’elle ne connaissait même pas ? Les femmes, toutes pareilles ! Si elle pensait le faire trembler dans son pantalon avec son intonation, elle se trompait et il était facile de montrer qui dominait ici.

— Nan nan cherche pas ma belle, j’suis dans cette forêt depuis bien plus longtemps qu’toi donc c’est moi qui pose les questions.

Il se redressa avec fluidité, ravi de la prendre de haut dans tous les sens du terme. N’empêche la côtoyer dans son plus simple apparat avait à la fois quelque chose de jouissif et de dérangeant. Sans doute parce qu’il n’était pas dans son état normal pour vouloir y toucher même si son audace l’agaçait franchement.

— Tu veux un buisson pour te couvrir ou quoi ? Nan mais parce que vous êtes les premières à chouiner que mon excuse du « ouais mais elle l’a cherché vu comme elle est fringuée » justifie pas un viol, m’enfin là c’est clairement de la provoc’.

Quelque chose lui murmurait que, vu ses paroles, elle risquait de répondre plus agressivement encore. Cela lui importait peu, ça justifierai juste une bonne correction et une leçon de politesse. Puis il était curieux ce cher Offendy. Elle venait de passer du loup à l’être humain en un clin d’œil. Était-elle un Proxy de son frère dont il ne lui aurait pas parlé ? Il en doutait, Slender l’informait toujours histoire qu’il n’en tue pas un par hasard.


©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 13 Nov - 22:45





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Emylie avait vaguement entendu la réplique de cet homme ainsi que son sifflement tandis qu'il la reluquait. Sa voix n'avait presque été qu'un murmure, mais sa texture était extrêmement sensuelle et chargé de promesses charmeuses. Si la jeune femme n'avait pas été face à un inconnu potentiellement dangereux et que son instinct ne lui avait pas crié de se méfier, elle aurait probablement frémit de désire. Pourtant ses paroles n'inspiraient aucun désire charnel, mais sa voix avait roulé sur sa peau comme une caresse. C'était la première fois qu'Emy ressentait une telle chose. Qui était donc cet homme ?

-Nan nan cherche pas ma belle, j'suis dans cette forêt depuis bien plus longtemps qu'toi donc c'est moi qui pose les questions.

Décidément, ce personnage l'intriguait. Plus longtemps qu'elle, elle n'en doutait pas, mais la tournure de sa phrase laissait penser qu'il parlait plus de ce bois comme... Comme on parlerait d'un territoire. Emy eut l'impression qu'il comparait ce lieu à son terrain de chasse ou un truc du genre.

Et puis ce "ma belle", c'était quoi ?! Ça sortait d'où?! Elle eut un petit rictus moqueur. La jeune fille ne le connaissait pas, mais elle le trouvait déjà bien arrogant. Seulement, elle avait beau se cachait derrière ses railleries, elle ne pouvait nier que ses mots procuraient un effet pour le moins dérangeant sur elle.

L'inconnu s'était redressé et putain, qu'est ce qu'il était grand ce petit ! Il devait bien faire deux mètres cinquante, peut-être même trois. Soit l'espèce à laquelle il appartenait avec cette faculté, soit il avait bouffé trop de soupe étant gosse. La lumière de la lune avait éclairé un tout petit bout de son visage et Emy dû clignait des yeux, croyant rêver. Mais déjà l'obscurité l'avait recouverte. Ouah ! Ses yeux devaient lui jouer des tours, mais elle était presque certaine que la moitié de visage qu'elle avait vu était d'une blancheur absolu et totalement dénué de trait. Elle devait folle, ça y est.

Mais c'est la qu'elle se rappela les légendes locales. Elle avait entendu dire que des êtres humanoïdes et sans visage vivaient dans ses bois, qu'ils terrorisaient les gens. Il paraîtrait même que certains étaient internés depuis une rencontre avec l'un d'eux ou qu'ils avaient mis fin à leur jour. Emy ne croyait pas spécialement à cette rumeur, mais après tout, s'était uns louve donc pourquoi pas ? Seulement là, elle commençait à douter du côté imagination et délire d'un taré. Peut-être était-ce juste son esprit qui lui jouait des tours quant à la nature de cet homme et qu'il était juste démesurément grand. Ou peut-être qu'elle avait une de ses fameuses créatures qui hantaient les bois...

-Tu veux un buisson pour te couvrir ou quoi ? Nan mais parce que vous êtes les premières à chouiner que mon excuse du « ouais mais elle l'a cherché vu comme elle est fringuée » justifie pas un viol, m'enfin là c'est clairement de la provoc'.

Un buisson ? De quoi voulait-il parlait ? Emy baissa les yeux et constata qu'elle était toujours entièrement nue. Merde, elle avait oublié ce détail. Avec le temps, la jeune femme avait apprit à passer outre la gêne quand elle se retrouvait sans ses fringues. Dans la vie d'une louve, cette situation se présentait souvent.

Les remarques de cet homme étaient assez déplacées à ses yeux, dû moins elle ne comprenait pas leur signification. Elle n'était pas idiote, mais elle ne voyait juste pas pourquoi il disait ça. Certes se balader à poil devant un homme pouvait être mal vu, une question d'hormones, mais de là à parler de viol... De plus elle n'avait pas fait exprès, alors ce n'était pas de la provocation.

Emylie avait sentit qu'il n'était pas humain, ni vampire et encore moins un loup, donc pour elle, se transformer devant lui n'était pas une chose anormal. Pourtant maintenant, elle se disait qu'elle aurait peut-être dû rester sous forme de louve et faire demi-tour. Seulement elle ne pouvait pas faire reculer maintenant.

Avisant sa première question elle regarda les alentours en quête d'un truc pour cacher son corps. Seulement, ils étaient au milieu d'une clairière en pleine nuit donc y avait pas grand-chose. Elle haussa les épaules et se dit que si ça le dérangeait vraiment il avait qu'un lui prêtait son manteau. Elle n'allait quand même pas s'abaisser à prendre un "buisson" comme il le lui avait proposé.

Une brise souffla et elle frissonna. Ouais en fait il faisait quand même un peu froid. Fait chier, elle allait devoir lui réclamer sa veste. Et une occasion de plus pour lui de se foutre de sa gueule et de l'envoyer se faire foutre, une !

-Un buisson ? Sérieusement ? T'as pas trouvé mieux comme blague ? Si me voir comme ça te dérange vraiment tu as qu'un me passer ton manteau, soupira-t-elle.

Et hop, comment faire passer une demande pour une remarque sarcastique, avec possibilité d'obtenir quelques chose.

Bon, il fallait quand même qu'elle découvre qui était ce type et à quelle espèce il appartenait. Oui, la curiosité était un vilain défaut, mais maintenant qu'elle était dans la merde jusqu'au cou autant essayer de récolter des informations.

-Au fait, moi c'est Emy. Tu as pas répondu. Qui es tu ? Et me sors ton discours de macho genre "c'est moi le plus fort blablabla c'est moi qui pose les questions".



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Dim 24 Nov - 19:05

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



La jeune femme sembla se rendre compte qu'il lui manquait des vêtements après qu'Offendy lui en ait fait la remarque. L'habitude de ce geste l'avait tellement imprégnée qu'elle n'y faisait plus attention ? Dans sa tête, de nombreux qualificatifs tous plus odieux les uns que les autres défilèrent. Il fallait avoir un sacré culot et surtout un manque total de pudeur pour oser faire cela. Cela dit, était-il réellement mieux ? Non, pas vraiment. Mais habituellement les filles possédaient des manières, un comportement horripilant et un côté sainte nitouche ou petite nature insupportable. Sauf les dévergondées qui salissaient les rues oui.

— Un buisson ? Sérieusement ? T'as pas trouvé mieux comme blague ? Si me voir comme ça te dérange vraiment tu as qu'un me passer ton manteau.

En fait elle avait suffisamment d’audace pour lui plaire, cette petite. Le grand être haussa les épaules avec indifférence malgré un léger ricanement échappé de ses lèvres pour se perdre dans la nuit. En même temps ils étaient dans une forêt, les vêtements ne poussaient pas sur les arbres. Puis il disait ça pour elle plus que pour lui.

— Oh ça me dérange pas j’ai l’habitude tu sais.

Son manteau ? Pourquoi pas son chapeau pendant qu’elle y était ! En plus les canidés ça sentait très mauvais et il n’avait pas le temps de patienter pendant que Slendy faisait une lessive. Qu’on lui prenne ses vêtements une fois par semaine l’embêtait déjà assez parce qu’il n’avait pas grand-chose à faire mis à part attendre.

— Mon manteau hein… J’sais pas si tu le mérites, lâcha-t-il en faisant mine de réfléchir.

Son ‘‘s’il vous plait’’ il pouvait se tamponner l’oreille avec, il ne l’aurait pas. Il se sentait soudain trop gentil d’accepter sa requête. Peut être qu’elle comprendrait enfin qu’il ne fallait pas rester avec lui. C’était toujours ainsi. Il pouvait s’évertuer à attirer les gens vers lui  un jour puis les repousser violemment le suivant. Il entraînait ses proches dans une danse folle et au final plus personne ne savait sur quel pied danser. Aujourd’hui il avait l’impression d’illustrer parfaitement la phrase « tu me fuis je te suis, tu me suis je te fuis. » et c’était vraiment très chiant.

— Bah, prend le tu me fais trop pitié à grelotter dans le froid, ricana-t-il avec un rictus provocateur à son apogée. Mais si tu fous une sale odeur dessus t’auras la note du pressing, même si j’sais pas où t’habite je trouverais ♥

Il s’en était débarrassé en quelques secondes et le lui avait lancé avec habileté. Il n’avait plus peur de se découvrir non plus, ayant appréhendé les deux réactions possibles : la fuite horrifiée ou la fascination étrange. Il préférait la première, la seconde lui faisait trop de mal maintenant. Elle ramenait trop de souvenirs douloureux à la surface.

— Au fait, moi c'est Emy. Tu as pas répondu. Qui es tu ? Et me sors ton discours de macho genre "c'est moi le plus fort blablabla c'est moi qui pose les questions".

A nouveau il rigola, ses mains enfoncées dans les poches de son pantalon puisqu’il n’avait plus vraiment autre chose comme vêtement. Un macho ? Il prenait ça pour un compliment parce qu’il se trouvait bien pire, à juste titre. Et qu’elle ne semblait pas le saisir. Il ne fallait pas confondre machisme et supériorité avérée. Il voulait lui faire peur tout d’un coup. Pour qu’elle comprenne sérieusement qu’elle devait faire attention. A lui comme aux membres de sa famille qui traînaient dans la forêt. Alors il releva un peu la tête, laissant apparaître franchement un sourire malicieux et quelque peu diabolique puis disparut la seconde qui suivit pour apparaître dans son dos. Les tentacules viendraient sans doute plus tard, il allait y aller progressivement pour se délecter des paliers de surprise qu’elle franchirait. Ne pas vouloir faire du mal aux gens ne signifiait pas qu’il ne pouvait pas s’amuser avec.

— Qui je suis hein ? Répondre que j’suis quelqu’un que tu devrais craindre serait trop théâtral je pense, susurra-t-il avec tant de malice qu’on aurait pu croire qu’il ronronnait.

A nouveau Offendy disparut dans la nuit pour réapparaître sur une des branches noueuses d’un arbre un peu plus loin, balançant ses pieds dans le vide avec une innocence toute simulée. Il tira un bon coup sur sa cigarette pour souffler un petit nuage de fumée.

— Appelle-moi Offendy, mon cœur.

En repensant à son début de journée, il trouvait presque ironique de jouer ainsi avec cette humaine étrange qui se changeait en loup. Mais c’était sans doute sa singularité qui l’empêchait de lui crier de se casser, de lui coller une baffe et de l’insulter en prime. La curiosité était un vilain défaut. Puis il fallait le dire, les humains pouvaient être très intéressants parfois.

— Bon et sinon, qu’est ce que tu viens faire dans cette si lugubre forêt qui terrifie tout le monde ?

Transformée en loup géant qui plus est mais une seule question à la fois. Il était assez fort pour dompter sa curiosité par rapport aux humains qui étaient très doués pour balancer des vagues de questions sans cohérence aucune et parfois sans importance.


©Mako

_________________


Dernière édition par Offendy le Mar 26 Nov - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Lun 25 Nov - 20:56





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Il avait émit un ricanement qui avait parcouru la clairière, se répercutant sur les arbres et avait résonné de manière étrange à ses oreilles.

- Oh ça me dérange pas j'ai l'habitude tu sais.

Cela n'étonnait pas Emy que le fait d'avoir une jeune femme nue devant lui ne le dérangeait pas. En même temps, à l'époque actuelle où ils vivaient, les seuls homme qui ne la reluquerait pas c'était les gays et les gars vraiment très coincés. Hors cet étranger ne semblait appartenir à aucune des deux catégories.

- Mon manteau hein... J'sais pas si tu le mérites, fit-il en adoptant une posture qui montrait sa réflexion.

Emylie haussa un sourcil. Le mériter ? Sérieux c'était qui ce type chelou ? La jeune louve croisa les bras et leva les yeux au ciel, regardant un instant les étoiles. Ici, elle brillait de mille feux, comme des diamants piqués sur une toile de velours. Le ciel était dégagé, l'air était frais et une légère brise soufflait. C'est une nuit magnifique qui s'annonçait des plus intéressantes et agrémentait de pas mal de surprise. Après moment elle baissa les yeux en frissonnant.

- Bah, prend le tu me fais trop pitié à grelotter dans le froid, ricana-t-il avec un rictus provocateur. Mais si tu fous une sale odeur dessus t'auras la note du pressing, même si j'sais pas où t'habite je trouverais.

Elle se fichait bien de lui faire pitié, du moment qu'elle tremblait pas de froid et qu'elle ne se ridiculisait pas en grelottant comme une pauvre chose fragile qui menaçait de se briser au moindre contact, car elle était loin d'être ce genre de personne.

Il avait retiré le vêtement et le lui avait lancé. Mettant sa dextérité de louve à profit elle rattrapa la veste avec un sourire et l'enfila. Même pour elle qui avait vu ses capacités augmenter, Emy trouva que ses mouvements étaient plus rapides que ceux d'un humain. Hum... Détail important à ne pas oublier.

La jeune femme s'était présentée tout en remarquant qu'il en portait rien en dessous de sa veste qu'un pantalon noir et des bottes. Il était torse nu et plutôt pas mal à regarder. Il ne s'était pas gêné pour la mater, pourquoi elle se retiendrait de le reluquer un peu ?

Il glissa ses mains dans ses poches en rigolant. Un grognement monta dans la gorge de la jeune louve, mais elle réussit à le contenir. Elle détestait qu'on se foute de sa gueule alors qu'elle n'essayait pas d'être drôle, mais cassante.

Alors qu'elle l'observait elle le vit relever la tête lentement et un sourire se dessina sur son visage, laissant paraître des dents acérés, loin d'appartenir à un humain de base. Peut-être même étaient-ils plus aiguisé que ses crocs de louve. Décidément cet individu devenait de plus en plus dangereux à ses yeux.

Elle cligna des yeux une fraction de seconde et quand elle les rouvrit il avait disparu. Tous les sens d'Emy se mirent en alerte et le pouvoir mélangé à l'adrénaline tendirent ses muscles et coulèrent dans ses veines. Ses yeux s'assombrirent et sa part animale prit le dessus, fouillant l'obscurité en quête de la moindre menace.

-Qui je suis hein ? Répondre que j'suis quelqu'un que tu devrais craindre serait trop théâtral je pense, souffla-t-il dans son dos.

Emylie sursauta et fit volte face, le cœur battant. Mais il avait déjà disparu. Merde qui était ce type ?! Emmitouflée dans sa veste, son odeur l'enveloppée, la laissant incapable de le détecter. L'avait-il fait exprès ? La louve n'en savait rien, mais elle n'aimait pas la tournure que prenait ses événements.

Sa voix mielleuse et son souffle dans sa nuque lui avaient roulé sur sa peau et laissaient une étrange sensation, comme un picotement. Le ton de sa voix laissait entendre qu'il s'amusait avec elle. C'était le chat et elle, la sourie. Le chasseur et la proie. Emylie frissonna à cette idée. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu peur d'être sans défense face à un ennemi. Pour le craindre, elle le craignait.

Mais pour l'heure, elle avait beau sentir la frayeur ramper sur sa peau, essayant de s'infiltrer par tous les ports pour s'installer en elle et la paralyser, Emy s'obligea à respirer par la bouche et à rester calme. S'il s'avérait que cet homme était un ennemi, il lui faudrait toutes ses force pour l'affronter.

Un craquement retentit et elle sonda la forêt pour l'apercevoir perché sur une branche, balançant les jambes nonchalamment dans le vide. Il jouait les innocents alors que la jeune femme avait décelé son amusement dans sa voix.

- Appelle-moi Offendy, mon coeur.

Un frisson la parcourra, mais cette fois-ci la peur n'y était pour rien. Visiblement, cet Offendy savait jouer de sa voix et avait conscience du charme qu'il dégageait.

- Bon et sinon, qu'est-ce que tu viens faire dans cette si lugubre forêt qui terrifie tout le monde ?

Emy roula des épaules pour se décharger de la pression qui s'y était accumulée. Il avait fini de jouer... Pour l'instant en tout cas. Elle expira doucement, ferma les yeux et compta dans sa tête jusqu'à dix. Ses paupières se soulevèrent et elle savait que ses iris avaient repris leurs couleurs azure. La louve était repartie se tapir au fond d'elle, sans pour autant se calmer et était prête à bondir à la moindre occasion.

Promenant un regard alentour sur la clairière elle remarqua que c'était la première fois que sa course la menait ici. Sans doute avait-elle était trop prise par ses pensées pour s'en rendre compte. Quelle idiote.

Emy savait pourtant qu'une légende planait sur cette forêt et que pas mal de gens disparaissaient. Mais comme d'habitude, elle n'avait pensé qu'à sa tête, se croyant plus forte que tout le monde, invincible parce qu'elle était une louve-garou. Elle soupira et focalisa son regard sur Offendy, toujours suspendu à sa branche.

- Depuis quand cette forêt est-elle interdite d'accès à la population ? Je m'y promenais quand j'ai senti ton odeur. Tu n'es ni un humain, ni un loup, ni même un vampire.

Emy avait prononcé ses mots comme une affirmation, non comme une question. Elle n'attendait pas de réponse de sa part, seulement lui faire comprendre qu'elle savait. Elle préférait rester prudente et le laisser poser les questions pour le moment. Parfois le meilleur moyen d'en apprendre sur quelqu'un c'était de l'observer, aussi bien dans ses gestes, mais aussi à travers ses paroles et les sous-entendus.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 27 Nov - 21:02

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



Lorsqu'il était de mauvaise humeur, Offendy souffrait souvent d'anhédonie. Il restait rarement en présence d'autres êtres vivants et s'enfuyait s'ils essayaient de s'approcher. Sa journée solitaire semblait l'avoir calmé pour la nuit et ses airs habituels reprenaient peu à peu le dessus. Les idées sanguinaires en moins. Enfin, on ne savait jamais. Il suffisait de l'énerver un peu pour qu'il morde, presque comme cette fille qu'il avait en face de lui. A force d'inspirer la peur il en connaissait quasiment toutes les ficelles, toutes les aspérités que l'esprit tâchait d'attraper pour ne pas déraper. C'était marrant. Il verrait combien de temps cette petite tiendrait. Une fois qu'elle aurait craqué il la lâcherait sans doute, comme il lui arrivait souvent de le faire.

— Depuis quand cette forêt est-elle interdite d'accès à la population ? Je m'y promenais quand j'ai senti ton odeur. Tu n'es ni un humain, ni un loup, ni même un vampire.

Ses mots sonnaient presque comme une accusation. Elle avait découvert le pot aux roses apparemment, tant mieux. Et en plus elle croyait donc à toutes ces légendes ? Ce n'était pas une nouveauté, seuls les plus bornés s'enfonçaient dans leurs dictons. Il faut d'abord le voir pour y croire. Avoir un peu plus d'humains bornés à Lane aurait été une bonne chose. La "célébrité" n'était pas bonne pour les Slender-Like voire même les Proxies. Quant aux loups et aux vampires... Offendy doutait de leur existence il y avait encore une heure. Sauf que voila, cette Emy avait débarquée et était passée de loup à humaine. Si des loups-garous se promenaient dans les bois, pourquoi pas des vampires ? Pauvre Slender, s'il s'agissait d'une réaction à ses ondes, ils auraient encore plus de soucis à se faire. Il fallait prier pour que leur présence n'attire pas des ennemis plus puissants qu'eux.

— T'es perspicace pour une blonde, c'est rare, admit-il. Et donc toi tu serais une sorte de loup-garou, c'est ça ? Bah, pourquoi j'pose la question, tu cherches même pas à t'en cacher après tout.

Un ricanement sournois lui échappa et d'un geste rapide il bascula sur sa branche pour se retrouver à l'envers, uniquement tenu par ses jambes. Ses mains avaient l'importante mission d'aider son chapeau à lutter contre la gravité. Cela dit, qu'il tombe ou pas, cela n'avait plus trop d'importance à ses yeux vu qu'elle savait déjà qu'il était différent. Elle ne savait juste pas à quel point.

— La forêt est ouverte à tous... pour l'instant seulement. Quand les gens en auront marre de voir des gens crever ou des tarés déambuler dans les rues, plus personne n'y entrera. Moi ça me dérange pas, j'ai l'habitude d'aller en ville.

C'était donnant donnant en fait. Si plus personne ne venait en forêt, plus jamais ils ne seraient embêtés par des importuns. Et pour son grand frère, ce n'était pas négligeable surtout quand on évoquait Splendy. Les accidents étaient si vites arrivés avec lui. Il suffisait qu'il tombe nez à nez avec un humain entre les arbres, qu'un malencontreux accident survienne et que l'un d'eux ne se mette à saigner pour que les catastrophes s'ensuivent. Mieux valait ne pas penser à ce qui arriverait si leur très jeune frère venait à ôter la vie d'un humain par inadvertance. Et tous savaient ô combien c'était facile. Un simple coup bien placé pouvait suffire, une simple chute aussi. Côté sécurité, il était mieux de ne voir personne en forêt. Et cela faisait moins d'esprits à trafiquer aussi. Bien évidemment le contrecoup serait de devoir chasser en ville. Fait autrement plus compliqué quand le chasseur en question dépasse les deux mètres. Ou qui, comme Slender, ne prend pas la peine de revêtir un certain déguisement pour se donner une image. Il avait la sienne et n'en sortait pas.  Lui aussi était borné quand il le voulait.

— C'est une heure un peu tardive pour te promener, tu ne trouves pas ? Toute seule et dans un endroit aussi reculé en plus...

Son propre timbre de voix, presque soucieux mais pourtant plein de sous-entendus, lui plut bien. Il fallait s'entraîner et plutôt correctement pour tromper les gens. Sa tête lui fit finalement comprendre qu’elle en avait assez d’être en bas aussi se retrouva-t-il à nouveau sur ses pieds et sur le sol quelques secondes plus tard.

©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Jeu 28 Nov - 2:55





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Emy était une louve depuis un peu plus de quatre ans mais avait appris à maitriser sa capacité que plus tard. Après sa première transformation elle avait considéré cette partie d'elle comme une tare, son noir secret. Mais, quand elle avait rencontré d'autres loups et chassé avec eux, la jeune fille avait finalement accepté cette facette et aujourd'hui annoncer sa différence ne la gênait plus. Seulement elle n'avait pas encore réussi à faire totalement corps avec sa bête et ne compris pas de suite que sa louve l'incitait à se méfier de cet étranger. Certes Emy sentait le danger, mais pas autant qu'Elle.

- T'es perspicace pour une blonde, c'est rare. Et donc toi tu serais une sorte de loup-garou, c'est ça ? Bah, pourquoi j'pose la question, tu cherches même pas à t'en cacher après tout.

Ce type commençait à lui taper sur le système avec ses réflexions, mais la demoiselle ne releva pas. Elle devait même admettre que malgré l'exaspération qu'il lui inspirait elle appréciait avoir de la répartie, pour une fois.

Visiblement, Offendy n'avait jamais rencontré de loup-garou. Intéressant, surtout si ça tournait mal. Elle aurait au moins l'avantage de la surprise, malgré qu'elle non plus ne sache pas grand-chose de son espèce. Emy pria intérieurement pour que rien ne dérape.

La jeune femme remarqua quand même qu'il n'avait pas tort. Elle ne s'en était pas trop caché, à quoi bon ? Si lui aussi était un être surnaturel, ce qu'il était indéniablement, il aurait senti sa bête.

Pendant qu'elle cherchait une répartie elle l'entendit ricaner et le vit se laisser basculer sur sa branche. Il était maintenu uniquement par les muscles de ses jambes, ses mains retenant son chapeau et cachant toujours son visage. En y repensant, depuis l'instant où Emy l'avait vu regarder les étoiles jusqu'à maintenant elle n'avait pas eu l'occasion de voir son visage clairement. Sans doute le faisait-il exprès, mais pourquoi ?

- La forêt est ouverte à tous... pour l'instant seulement. Quand les gens en auront marre de voir des gens crever ou des tarés déambuler dans les rues, plus personne n'y entrera. Moi ça me dérange pas, j'ai l'habitude d'aller en ville.

Une lumière s'alluma dans la tête d'Emylie. Sa tournure de phrase sonnait comme s'il était lié à ces mystérieuses disparitions, ou aux changements brutaux de comportement de personne qui venait en forêt.

En effet, une rumeur planait sur la ville de Lane et s'était même rependu dans les alentours. C'était, à l'époque, l'une des raisons pour lesquelles la jeune femme avait choisis cette ville plutôt qu'une autre. La curiosité qui attirait pas mal de touristes fascinaient par les phénomènes paranormaux. Pour l'instant cette légende parcourait seulement les environs, mais avec internet, peut-être qu'un jour des gens viendront de tout l'état pour visiter les bois où surgit des disparitions inexpliquées.

- C'est une heure un peu tardive pour te promener, tu ne trouves pas ? Toute seule et dans un endroit aussi reculé en plus...

Les paroles d'Offendy la sortirent de ses réflexions. Emy le vit se laisser glisser et retomber sur ses pieds. Elle ajouta le mot "agile" à la liste qu'elle s'était fait dans sa tête des caractéristiques qui définissaient cet homme.

La jeune femme fut surprise d'entendre une variation dans sa voix. Comme de l’inquiétude. Décidément il était doué, sans doute passait-il des heures devant le miroir à s'entraîner.

La demoiselle hésita. Elle eut envie de lui dire d'aller se faire foutre et que la raison de sa présence ne le concernait pas, mais ce n'était sans doute pas la bonne méthode pour ne pas l'énerver. Cependant, la diplomatie n'avait jamais été le fort d'Emy. Elle ne voulait pas lui dire que son ex s'était pointé et l'avait insulté, ni qu'elle avait qu'elle l'avait frappé et encore moins qu'elle s'était barrée de son travail comme ça. Elle ne voulait simplement pas lui dire la vérité. Elle croisa ses bras sur sa poitrine, heureuse de porter sa veste. Faire ce genre de geste en étant nue n'est généralement pas très crédible.

-Il est tard, ouais, soupira-t-elle. Comme je te l'ai dit je me promenais sans trop regarder où j'allais. Ma fonction GPS est HS, désolée.

Pourquoi se sentait-elle toujours obligé de lancer une répartit cassante à chaque personne avec qui elle avait une discussion ? Certain psy dirait que ça devait être lié à un manque de confiance en soi... Ouais, enfin, honnêtement, elle s'en foutait pas mal de la cause, tout ce qu'il l'importait c'était que ça finissait généralement en baston quand elle répondait sur ce ton.

- Mais je te retourne la question. Comment ça se fait que tu sois là, à regarder le ciel, tout seul au milieu des bois ?

Il fallait la jouer fine pour éviter de l'énerver et le pousser à une autre démonstration de force comme plus tôt. Seulement la patience non plus en faisait pas partie des points forts d'Emy.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Mer 19 Fév - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 19 Fév - 0:12

[HRP : Désolée pour le temps d'attente et la qualité de m****. Mais au moins, il est là. Enjoy.]

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Emy prenait son temps pour répondre. Les humains ne faisaient que ça après tout ; prendre leur temps alors qu’ils n’en avaient pas beaucoup. Mais ça ce n’était que son avis. Tout ce qu’il savait, c’était que dire la vérité ne prenait pas autant de temps donc au mieux elle éluderait et au pire elle mentirait. Cela dit, une réponse n’était pas vitale, il faisait simplement la conversation comme le faux gentleman qu’il était. Au fond, savoir ce qu’elle faisait ici n’était pas important. Le fait qu’elle reparte l’était un peu plus. Après, entière ou non, en vie ou pas, il ne pouvait pas le garantir totalement. Offendy voulait juste s’amuser pour une fois, pas forcément blesser. Autant en profiter.

— Il est tard, ouais. Comme je te l'ai dit je me promenais sans trop regarder où j'allais. Ma fonction GPS est HS, désolée.

Il aimait bien son humour en fait. C’était rare, la plupart du temps il se contentait de cris aigus. Du coup il ne disait jamais non à la nouveauté quand elle se présentait. Ça faisait toujours du bien à ses oreilles inexistantes. La question qui suivit eut cependant le don de calmer un peu ses ardeurs. Il s’y attendait fugacement mais il aurait préféré ne pas avoir à y répondre ou qu’elle ne sorte pas de sa bouche. Cela dit, c’était prévisible.

— Mais je te retourne la question. Comment ça se fait que tu sois là, à regarder le ciel, tout seul au milieu des bois ?

Question jugée trop personnelle, forcément. Mais il n’allait pas lui balancer une réplique cinglante, il était plus malin que ça. Après ça finirait en « si tu ne me le dis pas je vois pas pourquoi je te le dirais » et ils se disputeraient comme deux gamins. Il fallait se la jouer gentil mignon petit monstre. Après tout, elle aussi était différente. Pas vraiment humaine. Peut-être que ça justifiait une empathie temporaire ? Oui parce que ça restait une fille et les filles ne méritaient pas sa considération. Donc pour se venger il se montrait tout aussi manipulateur qu’elles, même si elle n’avait pas lieu d’en user contre lui dans une discussion comme celle là. C’était par principe.

— J’avais envie d’être seul, j’étais de mauvaise humeur. Du coup regarder les étoiles ça m’a un peu détendu. C’est apaisant et ça le serait pour pas mal d'humains si vous pensiez encore à regarder vers le ciel et non sur ce que vous avez sous le nez. Enfin... j'suis pas là pour faire la morale.

Autant révéler une partie de la vérité. Après tout, c’était le cas, il n’avait souhaité la compagnie de personne si ce n’est de lui-même aujourd’hui. Et encore puisqu’il ne se supportait pas vraiment. Puis il aimait regarder les étoiles dans le ciel. Il trouvait ça beau. Et triste en même temps car à l’heure à laquelle il les admirait, la grande majorité d’entre elles étaient sans doute en train de mourir de façon étincelante, en flambant dans la noirceur d’un espace sans fin. C’était d’une quiétude terrifiante quand on y pensait et laisser dériver son esprit à de tels sujets le fit soupirer. Et maintenant que faisaient-ils tous les deux ? Ils se disaient au revoir en reprenant chacun leur route ? Offendy ne pouvait décemment pas la laisser repartir seule. La galanterie n’animait pas cette pensée, plutôt une sorte d’instinct de conservation. Son sourire se fit plus doux d’un coup, moins moqueur.

— Si ta fonction GPS ne fonctionne plus… me permettras-tu de te raccompagner ?

Il fallait qu’il aille faire un tour en ville de toute façon, ne serait-ce que pour s’acheter des clopes, faire exploser quelques boites aux lettres ou dévaliser les magasins de plantes à la recherche d’engrais pour ses roses  et d’argent à planquer dans ses poches. En plus, elle avait toujours son manteau et il comptait bien le récupérer. Plus elle le garderait sur elle et plus il sentirait mauvais comme si un chien avait dormi dedans. Ce qui, pour dire vrai, ne semblait pas si différent de la réalité. Toujours taquin, il esquissa un pas vers elle, bien que trop loin pour l’atteindre de ce simple mouvement, avant de se téléporter encore une fois, pile sous son nez. A la fois proche et éloigné pour que l’ombre reste l’alliée de son visage si lisse et dénué de traits. Du moins il espérait qu’elle ne le trahisse pas maintenant.

— Je m’en voudrais vraiment si ton joli minois venait à se faire briser bien malencontreusement parce que tu te serais enfoncée trop loin dans la forêt, lâcha-t-il d’un ton faussement accablé pendant que le bout de ses doigts venaient effleurer sa joue, aussi rapidement que tendrement. Il y a plus dangereux que moi ici, tu sais…

S’il avait voulu jouer franc jeu, il lui aurait sorti qu’il s’en voudrait si un autre prenait sa place pour s’amuser avec elle. Comme Slender par exemple. Il lui arrivait parfois de faire ça. Et c’était chiant du coup. Donc mieux valait qu’il s’amuse en ville, chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. Puis comme dit, il avait de petites affaires auxquelles s’intéresser dans cette immense masse d’humains, de béton, de lumière et d’agitation. Qui sait, peut-être même qu’il pourrait la suivre pour trouver sa maison. Une jolie humaine appétissante était une excuse suffisante à ses yeux pour ne pas la lâcher et possiblement en faire un en cas pour plus tard.


©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 19 Fév - 18:45





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Malgré la veste d'Offendy, le froid arrivait à traverser le tissu et à mordre sa peau rendue plus sensible par la transformation. Elle avait croisé les bras sur sa poitrine tout d'abord d'une manière de défi, mais quand elle les resserra autour de son corps c'était plus une façon de se réchauffer, de garder un maximum de chaleur. Une petite brise soufflait, faisant onduler ses cheveux sur ses épaules ; l'air frais qui s'engouffrait dans ses poumons la faisant frissonner.

Emy se rendit compte à ce moment précis la vision différente qu'elle pouvait avoir d'une même chose. Peu de temps avant elle courait à quatre pattes, couverte d'une épaisse fourrure blanche, respirant la nature et la vie. Alors que maintenant, elle était face à un inconnu et ses sens étaient diminués. Seule sa vision restait intacte, mais dans ce cas elle ne lui servait pas tellement. De plus, Offendy devait avoir l'habitude de vivre confronté aux regards des gens, car il utilisait tous les moyens à sa disposition pour se mouvoir d'une façon à ce que la jeune louve ne puisse jamais apercevoir son visage. Sans doute avait-il quelque chose à cacher, mais quoi ? Cette question flottait dans son esprit, sans jamais trouver de réponse malgré son acharnement pour percer ce voile de ténèbres.

— J'avais envie d'être seul, j'étais de mauvaise humeur. Du coup regarder les étoiles ça m'a un peu détendu. C'est apaisant et ça le serait pour pas mal d'humains si vous pensiez encore à regarder vers le ciel et non sur ce que vous avez sous le nez. Enfin... j'suis pas là pour faire la morale.

Encore une fois son ton était différent, modifié. Mais là, il y avait une sorte sentiment dans sa voix qui ressemblait à de la sincérité, presque à du regret. Emy ne pris pas cette réplique personnellement, même si elle aurait pu. Tout simplement parce qu'elle était de son avis. Avant d'être louve, il était vrai qu'elle ne s'intéressait pas beaucoup à ce qui l'entourait mais depuis sa transformation, la nature, mais aussi la vie en elle-même avaient pris un tout autre aspect à ses yeux et elle l'admirait plus que jamais désormais.

Tandis qu'elle ne voyait que la moitié inférieure de son visage, elle le vit sourire, mais d'une façon plus douce. Décidément, cette créature la fascinait autant qu'elle l'effrayait. Jusqu'à maintenant elle ne voyait en lui qu'un être moqueur, taquin, malsain et surtout dangereux. Mais le rictus qu'il affichait à présent et ses paroles adoucir l'idée qu'elle se faisait, lui laissant le bénéfice du doute. Et pour une fois, sa louve partageait son avis. Oh bien sûr elle continuait de lui hurler de se méfier, de ne pas lui faire confiance, mais elle était curieuse. Emy et Elle sentaient que cet étranger cachait quelque chose - en plus de sa nature. Elles ne pouvaient pas l'expliquer, mais une aura de mystère planait autour d'Offendy et elles voulaient la percer.

— Si ta fonction GPS ne fonctionne plus... me permettras-tu de te raccompagner ?

Emy resta un instant sans bouger, l'observant. Elle se doutait que sa proposition n'était pas seulement par bonté d'âme, mais il avait l'air sincère. Doucement un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille tandis qu'elle haussait les épaules.

Le poids du manteau d'Offendy rappela à son bon souvenir qu'il était toujours torse nu, ce qui l'a fit oublier un instant la répartie un peu cassante qu'elle s'apprêtait à lui lancer. Et puis, sans doute voulait-il l'accompagner seulement pour récupérer son bien. Ou voulait-il peut-être jouer avec elle encore une fois. Tant de possibilités qui avaient obligé la demoiselle à réfléchir.

Alors qu'elle ouvrait la bouche pour lui répondre qu'elle pouvait se débrouiller et qu'elle n'avait donc plus besoin de son manteau s'ils en avaient terminé, il s'avança d'un pas. Offendy était trop loin pour la toucher, il ne représentait pas un danger dans l'état actuel. Seulement c'était sans compter sur le fait qu'il pouvait se téléporter. Emy avait oublié ce détail tellement il la perturbait et cela aurait pu lui être fatal si la main qu'il avait tendue vers son visage n'avait pas était pour lui effleurer la joue, caressant sa peau furtivement mais d'une façon pourtant sensuelle qui fit frissonner Emylie de la tête au pied. Il lui avait soufflait quelque mot dans ce qui sonnait comme un murmure à ses oreilles.

— Je m'en voudrais vraiment si ton joli minois venait à se faire briser bien malencontreusement parce que tu te serais enfoncée trop loin dans la forêt... Il y a plus dangereux que moi ici, tu sais...

Ses paroles résonnèrent en elle, l'inquiétude faisant vibrer sa voix. Mais là encore, elle savait que ce n'était que du vent, une émotion fausse, qu'il se jouait d'elle. Elle aurait dû reculer, s'énerver, le frapper... Mais là, alors qu'il était tout proche, si proche qu'elle aurait pu toucher... Effleurer la surface lisse de son torse d'un blanc immaculé qui soulignait chaque muscles qui roulaient sous sa peau sitôt qu'il esquissait un mouvement... Que le son de sa voix glissait sur sa peau tel une caresse, suscitant en elle autant de désire que plutôt, lorsqu'il l'avait effleuré de ses longs doigts si fins...

Emy en avait oublié de le considérer comme une menace et relevait la tête lentement, dévorant des yeux chaque partie de son corps qui s'offrait à son regard jusqu'à être confronté une fois de plus à cette obscurité qui couvrait son visage. Ce détail la ramena légèrement à la réalité et elle ne put répondre que dans un souffle à demi étouffé tellement sa gorge était serrée et son cœur battant :

- Pourquoi caches-tu ton visage Offendy ?




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Jeu 22 Mai - 13:11

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



C’était triste. Ce qu’Emy semblait ressentir, ou du moins les émotions qui émanaient d’elle, de son regard, son attitude… c’était douloureux à observer. Il aurait pu s’énerver, lui demander ce qu’elle foutait à le reluquer de cette façon plutôt que de reculer bien sagement et de s’enfuir. Si elle pensait ne pas se griller, elle venait de se planter lourdement. N’apparaissait-il pas assez comme un être anormal ? Trop grand, trop pâle, trop dangereux. Il n’avait même plus besoin de jouer sur les hormones des filles pour qu’elles soient attirées par le monstre qu’il était. S’en était déprimant et énervant. Déprimant parce que tout l’amusement disparaissait quand il lui prenait l’envie de manger. Énervant parce qu’elles ne devraient pas être attirées par lui sans manipulation, justement. L’humanité dégringolait et pour le coup, l’envie de jouer avait fait de même. Il voulut s’enfuir comme le lâche qu’il était lorsqu’elle redressa la tête en espérant croiser son regard. Même si c’était peine perdue, la peur l’envahissait comme à chaque fois. Et si elle le voyait quand même ? Ce serait pire, affreusement plus douloureux. Il ne voulait pas lui plaire et en même temps, il ne désirait pas lui faire peur même s’il se doutait qu’elle ne serait pas une exception. Elle aussi elle s’enfuirait, la beauté ne rivalisait pas avec la monstruosité. Les deux ensembles ne faisaient pas bon ménage.

— Pourquoi caches-tu ton visage Offendy ?

Il aurait pu lui en coller une. Sérieusement. Lui arracher le moindre membre qui dépassait. Pourquoi fallait-il qu’elle pose une question comme celle-là ? Pourquoi sa voix laissait-elle échapper tant d’émotions qui n’auraient pas du être là. Il détestait souffrir de cette façon. Parce qu’il repensait à Elle. Il ne pouvait s’arrêter d’y penser de toute façon, Elle était partout, dans chaque fille qu’il rencontrait. Horrible tous ces souvenirs qui lui revenaient en pleine face. Toutes ces émotions qui réapparaissaient comme à chaque fois qu’il se retrouvait face à cette question. Ça le rendait malade mais il le méritait bien. Il se tendit, serra les poings durant quelques secondes, grinça des dents, ce qui, soit dit en passant, devait provoquer un bruit assez dérangeant. Si elle restait trop aveugle pour comprendre que la question l’emmerdait royalement, tant pis pour elle. Il était encore capable de ne pas exploser de rage alors mieux valait ne pas le pousser dans ses derniers retranchements.

— Ne croit pas que parce que je t’ai vue à poil tu peux te permettre de poser des questions comme celle là et espérer une réponse concrète.

Puisqu’elle ne s’écartait pas, il le fit à sa place en reculant d’un pas. Il aurait pu lui attraper le bras pour l’entraîner de force avec lui, la faire sortir de la forêt mais il ne voulait plus la toucher. La curiosité était présentement à deux doigts de la faire courir à sa perte.

— Ne demande plus. acheva-t-il dans un grognement, histoire d’être le plus clair possible.

Avec un soupir il se téléporta à l’autre bout de la clairière, dans son dos. Au moins il coupait court à la tentation, elle ne verrait plus que sa nuque et encore, c’était presque trop. Offendy tira à regret sur sa dernière cigarette qui se finissait et souffla un nuage de fumée qui se délita trop vite pour agir comme une protection efficace face aux regards indiscrets. Il fit la moue en retenant un geste instinctif vers ses poches tout en sachant qu’il n’en avait plus. C’était l’habitude, dès qu’il finissait une clope il s’en rallumait une, jusqu’à ce qu’il s’endorme. Mais parfois il était tellement crevé qu’il finissait par se réveiller avec de la cendre plein la bouche parce qu’il s’était endormi avant de la terminer. C’était dans ces moments qu’il regrettait parfois d’avoir commencé à fumer. Et quand il tombait en rade aussi, accessoirement.

— Bon, tu bouges ton p’tit cul ? J’ai dit que je te raccompagnais, se taper la discute c’est bien mais pas pendant des heures alors magne toi j’ai des bureaux de tabac à cambrioler.

Rectification, se taper la discute c’était bien mais pas avec ce genre de sujet houleux. Du coup il se disait que marcher échaufferait peut être les esprits vers quelque chose de bien plus intéressant que sa tête de sangsue comme disait Trendy.


©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Sam 2 Aoû - 23:09





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


La jeune femme était comme dans une bulle lorsqu’il était près d’elle, ne voyant que lui. Quelques minutes auparavant elle et sa louve étaient prêtes à lui sauter dessus, tous crocs dehors mais là, sa louve semblait complétement subjuguée par cette être étrange et Emy avait toujours envie de lui sauter dessus mais pas pour les même raison. Enfin, ce n’était peut-être pas à ce point non plus, mais juste faire glisser ses mains sur son torse ou sentir son odeur de plus près.

— Ne croit pas que parce que je t’ai vue à poil tu peux te permettre de poser des ques-tions comme celle là et espérer une réponse concrète.

Ses paroles eurent l’effet d’un choc électrique sur la jeune femme, la ramenant à la réalité. Avant qu’elle n’ait eu le temps de réagir, il avait reculé de quelques pas.

La nudité n’était plus une chose auquel la demoiselle attachait de l’importance, seulement quand on utilisait cela contre elle, sans qu’il y ait lieu, Emylie avait tendance à s’énerver. N’était-elle qu’un corps pour cette créature étrange ? Sans conteste il semblait appartenir à la gente masculine, d’une manière ou d’une autre, il était donc logique que ce détail ait marqué son petit esprit.

— Ne demande plus.

Offendy avait accompagné sa réponse d’un grognement digne d’un homme des cavernes et Emy ne trouvait ça nullement effrayant. Alors qu’elle s’apprêtait à lui lancer une réflexion sarcastique, il disparut et une alarme sonna une fois de plus dans sa tête. La jeune louve respira un grand coup, aussi bien pour calmer ses nerfs que pour essayer de le retrouver à l’odorat. Mais encore une fois, le long manteau qu’elle avait emprunté l’empêchait de distinguer sa trace. L’idée de le retirer lui effleura même l’esprit mais son nez froid et qui commençait à être douloureux l’en dissuada.

La posture des bras croisés commença aussi à irriter ses muscles alors elle glissa ses mains dans les poches en tirant le tissu devant son corps, toujours à l’affut du moindre bruit. Ses doigts se heurtèrent a un emballage et au vue de la forme, Emy en déduit que c’était un paquet de cigarettes. Lorsque cette pensée s’était formée dans sa tête, une autre avait surgit, celle qu’Offendy avait une clope encore rougeoyante en bouche quelques secondes auparavant. Il fallait donc qu’elle scrute l’obscurité pour le démasquer et éviter les mauvaises surprises. Elle s’était alors mis à fouiller la forêt du regard, tournant sur elle-même jusqu’à voir le faible éclat de sa clope a quelques mètres. La lumière de la lune inondait toujours le petit espace dégagé et Emy pu voir qu’il se tenait immobile et loin d’elle.

— Bon, tu bouges ton p’tit cul ? J’ai dit que je te raccompagnais, se taper la discute c’est bien mais pas pendant des heures alors magne toi j’ai des bureaux de tabac à cambrioler.

Jusque-là elle avait gardé le silence, chose incroyable et phénomène inexpliqué à vrai dire, mais cette dernière remarque avait eu le don d’irriter ses nerfs déjà à vif. Il décidait que la discussion était clause comme s’il était le chef et en plus de ça il le faisait en lui lançant des pics ? Trop occupée à contrôler sa louve jusqu’à présent, elle en avait presque oublié son caractère bagarreur et son impulsivité. Frissonnant de colère, elle s’avança à grands pas vers lui en serrant les poings. Sa louve quant à elle, essayait de la freiner des quatre pattes mentalement sans succès.

- Hé, je suis un loup garou, pas ton caniche. Ça fait à peine cinq minutes qu’on parle et je pose les questions que je veux. Si tu es pas fichu d’y répondre ou d’être un peu sociable, c’est pas ma faute. T’as honte ou quoi, pour que tu caches ton visage comme ça ? Ou pour que tu me joue le rôle du gros méchant pré-histérique à deux balles ?

Consciente qu’elle était certainement en train de réveiller l’eau qui dort, elle le dépassa mais en prenant soin de ne pas trop l’approcher. Emy commença à s’enfoncer dans les bois, préfèrent par fierté risquer le coup dans le dos que de le suivre comme un petit toutou.

- Tu veux pas répondre à ça, soit. C’était pourtant simple comme question. Dis-moi ce que tu es alors. Ou peut-être que ça aussi ça heurte trop ta sensibilité, mon chou ?




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Dim 3 Aoû - 16:03

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



Emy qui avait bizarrement perdu son sens de la répartie depuis qu’Offendy s’était approché sembla le retrouver une fois la distance entre eux un peu plus grande. C’était presque amusant. Quoi, elle était frustrée parce qu’il s’était éloigné ? Ou bien était-ce à cause de ses remarques ? Elle l’avait cherché. Provoqué. Certes elle ne pouvait guère connaître les traits de son visage mais non seulement  c’était interdit et elle n’aurait pas du poser une question débordante de curiosité malsaine à son égard. Est-ce qu’il lui demandait si elle reniflait les fesses des gens puisqu’elle était moitié loup ? Ou bien s’il pouvait lui ouvrir le ventre pour voir à quoi ça ressemblait dessous ? Non. Chacun se mêlait de ses oignons donc.

Une fois qu’elle l’eut repéré, lui qui cherchait à se terrer dans l’ombre glacée de la nuit, elle s’avança vers lui et il esquissa un léger sourire comme à chaque fois que ses provocations marchaient. Les poings serrés, le pas rapide et l’énervement qui s’échappait d’elle lui firent penser que si elle venait pour le taper, il pourrait toujours se téléporter pour esquiver. Une gamine, voila ce qu’elle était surtout. Une enfant qui crie lorsqu’on lui dit non. Même si ce qu’elle lui rétorqua effaça son sourire comme une bouffée de fumée qu’on disperserait d’un geste de la main rageur.

— Hé, je suis un loup garou, pas ton caniche. Ça fait à peine cinq minutes qu’on parle et je pose les questions que je veux. Si tu es pas fichu d’y répondre ou d’être un peu sociable, c’est pas ma faute. T’as honte ou quoi, pour que tu caches ton visage comme ça ? Ou pour que tu me joue le rôle du gros méchant pré-histérique à deux balles ?

Dans l’instant, il vit rouge et montra les dents. Il sautait presque les étapes et sentait déjà son sang dans sa bouche parce que oui, il était prêt à lui arracher la tête. Non, caniche était un terme encore trop courtois pour parler de ce que les filles étaient pour lui. Sociable. Être SOCIABLE ? Elle se foutait de lui là ? Mais sa question l’avait amené à réfléchir dans sa colère. La honte et la peur l’habitait, comme pour ses frères, en une balance à peu près équilibrée. Oui, il avait honte de son corps, de ce qu’il était. Il aurait préféré être comme tous les êtres humains, un peu plus petit, un peu plus coloré, avec des yeux, un nez des oreilles. Mais ce n’était pas le cas et puisqu’il craignait la réaction des hommes, il se cachait. Essayait de ressembler aux gens qui vivaient à Lane, en contrebas sans pour autant réussir à combler les caractéristiques de son espèce. Tout comme le faisait Trendy qui tentait de suivre la mode pour être accepté et devait porter des lunettes et un foulard pour faire croire qu’il était normal. Seul Slender acceptait pleinement son apparence physique mais la peur contrebalançait cela vu qu’il refusait de s’approcher de la ville. Offendy serra les poings à son tour et ravala la boule qui grimpait au fond de sa gorge. Tenter de pleurer, même de rage, était douloureux pour un Slender-Like et il n’allait pas le faire devant elle. Sa réponse partit dans un soupir si faible et noyé dans l’émotion que l’être douta qu’il lui parvienne.

— Oh si tu savais comme j’ai honte.

Elle avait déjà pris les devants et lui tournait le dos, emplie d’une fierté insupportable. Cette attitude aurait-elle changé si elle savait à quel point elle l’avait blessé. Bah, il s’en fichait au pire. Tout ce qu’il voulait c’était l’étouffer avec ses propres mots pour les oublier. Ou la laisser filer toute seule. Mais finalement, tout comme son sens de la répartie perdu avait permis à Offendy de placer de nombreuses remarques, elle ne s’en priva pas maintenant que la situation était inversée.

— Tu veux pas répondre à ça, soit. C’était pourtant simple comme question. Dis-moi ce que tu es alors. Ou peut-être que ça aussi ça heurte trop ta sensibilité, mon chou ?

Elle n’était pas décidée à lâcher le morceau apparemment. Il allait se faire un plaisir de lui répondre. Déjà, parce qu’on ne l’appelait pas mon chou et ensuite parce que ce ton qu’elle employait l’insupportait. Il voulait la terrifier pour qu’elle se sauve en courant et ne revienne pas alors autant lui montrer ce qu’il était vraiment et lui cracher ce qu’il avait sur le cœur. Il montra les dents et ses tentacules apparurent dans son dos en battant l’air de mouvements qui ne trahissaient que trop bien sa fureur.  Ignorait-elle que tourner le dos à un ennemi pouvait être très dangereux ? Lorsqu’il se jeta sur elle pour la retourner, pour qu’elle le regarde dans les yeux qu’il n’avait pas, et la soulever du sol, son chapeau tomba sur les feuilles mortes sans un bruit. Ses tentacules s’enroulèrent autour d’elle, de ses bras et de ses jambes et serra assez fort pour que s’en soit dérangeant au cas où elle tente en prime un geste défensif contre lui.

— Voila. Elle est contente maintenant qu’elle a ses réponses de merde, la p’tite chieuse ? C’est ça, regrette bien ! D'où tu vois que c'est simple de répondre aux questions d'une humaine à l'esprit étriqué. Tu vas te pisser dessus comme vous le faites toutes maintenant que t'as ce que tu veux ?

Il montra les dents et la plaqua contre un arbre pour lui faire bien comprendre que sa gorge état juste à portée et que, loup garou ou pas, avec la tête arrachée elle n’irait pas bien loin. Sa sensibilité de sale humaine il allait la heurter aussi tiens.

— Comment tu voudrais que je sois sociable avec la gueule que j’ai, quand tout le monde fuit sur mon passage en hurlant au monstre si je la découvre, hein ? Cesse de parler quand tu ne sais rien, connasse ! rugit-il assez fort pour que l’écho de sa fureur se perde entre les arbres, pauvres témoins de la scène.

©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Lun 4 Aoû - 11:08





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


La forêt était encore plus sombre que la petite clairière et la vision de la jeune femme mit un moment à s’adapter. Pendant ce court laps de temps, elle avait parcouru quelques mètres, assez hésitantes. Emylie venait certainement de dépasser les bornes et sa colère commençait déjà à redescendre. Offendy l’avait taquiné une fois de trop et elle avait voulu être méchante avec lui. Au fond, malgré toutes ses aventures, elle n’avait que dix-neuf ans et était donc encore une gamine sans cervelle, d’autant que sa lycanthropie exagérait ce trait de caractère, tout comme le reste de sa personnalité.

Pendant que son cerveau réfléchissait à la meilleure répartie, elle n’avait pas remarqué la colère l’envahir et n’avait que vaguement entendu sa réplique. Elle avait donc raison, il avait honte. Mais à quoi lui servait celle information à présent ? Et puis, de quoi avait-il honte, cela restait encore un secret pour la jeune femme. Elle avait donc préféré mettre ce détail de côté, sans l’effacer de sa mémoire. Emy avait ensuite continué de cracher son venin contre lui, profitant qu’à son tour il soit muet.

La demoiselle était blessée d’être considéré de la sorte mais au finale, elle se rendait bien compte que son petit numéro n’arrangerait rien à la situation. Sa louve en pensait tout autant mais les sentiments humains d’Emylie ne lui laissaient qu’un petit champ de manœuvre. Mal-gré qu’elle avançait le dos tourné, la jeune femme avait senti soudainement la tension dans l’air changer et quelques secondes plus tard, elle avait senti un bruissement anormal d’air. Son corps avait parcouru d’une décharge d’adrénaline, projetant sa louve au-devant de son esprit, mais une fraction de seconde trop tard.

Du coin de l’œil, Emy l’avait vu lui sauter dessus, un rayon de lune se reflétant sur  une rangé de dents qui semblaient parfaitement aiguisée. Des appendices étaient apparus dans son dos, d’immenses tentacules qui lui avaient saisi les membres pour l’immobiliser. La pression était tellement forte qu’elle ne s’était même pas risquée à essayer de se débattre. Emy sentait les battements de son cœur au niveau de ses entraves et  il la soulevait désormais du sol. Le masque était enfin tombé, où plus tôt son chapeau, découvrant son visage qui n’était qu’une surface lisse et blanche, dénudé de tout trait mise à part une gueule remplis de dents aussi impressionnantes que celle de sa louve. Une peur intense glaça la jeune femme qui en oublia de respirer, son cerveau tournant à plein régime dans sa boite crânienne. Elle s’attendait à une déformation, au maximum pas à ça. D’autant qu’elle connaissait comme n’importe qui les légendes de Lane et Offendy ressemblait étrangement au grand type qui traumatisait les pro-meneurs. Enfin, d’apparence seulement.

— Voila. Elle est contente maintenant qu’elle a ses réponses de merde, la p’tite chieuse ? C’est ça, regrette bien ! D'où tu vois que c'est simple de répondre aux questions d'une humaine à l'esprit étriqué. Tu vas te pisser dessus comme vous le faites toutes maintenant que t'as ce que tu veux ?

Sa peur la paralysa l’espace d’une minute avant d’être remplacée par la curiosité et la fascination. Emy ne se vexa même pas de ses remarques, ne comprenant même pas pourquoi elle devrait avoir peur de lui. Sa frousse précédente n’était due qu’à la surprise, à l’inconnu. Puis elle le trouvait aussi... Attirant. Oh avec son chapeau il l'était déjà mais sans il l'était encore plus. Elle n'aurait su pourquoi elle pensait ça, mais son regard sur lui n'avait pas changé. De plus, elle ne regrettait qu’une chose, la façon dont elle l’avait découvert.

- Je dois regretter quoi au juste… ? avait-elle murmuré avant de se faire plaquer contre un arbre.

Une douleur irradia dans son dos et un gémissement lui avait échappé. Une fois de plus, il lui avait montré les dents et elle avait eu de mal à retenir un sourire. Offendy l’avait plus ou moins traité de chien et c’était lui qui se comportait comme tel.

La plus part du temps, Emy et sa louve étaient du même avis sur les choses, les personnes, tout. Mais étrangement, là, non. Emy la louve voulait se débattre, se transformer, se battre, essayer d’éradiquer cette espèce inconnue et dangereuse. Alors qu’Emy l’humaine était totalement subjuguée et intriguée. Et puis, malgré qu’il n’appartenait clairement pas à la race humaine, elle ne pouvait s’empêcher de penser l’inverse ou du moins, de se comporter comme elle le ferait avec un humain.  

— Comment tu voudrais que je sois sociable avec la gueule que j’ai, quand tout le monde fuit sur mon passage en hurlant au monstre si je la découvre, hein ? Cesse de parler quand tu ne sais rien, connasse !

De plus, lui-même avait les mêmes réactions qu’un humain. Emylie comprenait clairement qu’elle avait réussi à l’énerver car c’était dans un rugissement puissant qu’elle l’avait traité, trahissant également sa peine. La demoiselle s’était aussi rendue compte qu’elle avait dû le blesser bien plus qu’elle ne l’imaginait à la base et malgré la position des plus délicate dans laquelle elle était, elle s’en voulait. Sa louve était exaspérée de tant de manière et la contenir commençait à en devenir douloureux mais Emy pensait adopter une tout autre technique. Jusqu’à maintenant il ne s’était pas montré agressif et à présent c’était les paroles de la jeune femme qui l’avait fait sortir de ses gonds. Peut-être fallait-il simplement qu’elle s’excuse ?

Elle s’obligea à détendre ses muscles et soupira un peu avant de baisser les yeux en signe de soumission. Oh bien sûr, elle nierait avoir fait ça après et ne l’aurait fait si elle ne se sentait pas sur la brèche.

- Pardon… J’voulais pas te vexer, Offendy…

Incapable de faire autre chose, elle se mordit la lèvre nerveusement et concentra son regard sur les abdos de celui qui la maintenait. Évidemment, elle ne pouvait se plaindre de la vue d'autant qu'elle avait une excuse pour le coup. Il était tellement grand que regarder ses pieds lui aurait été difficile, d’autant qu’elle était suspendu dans le vide. Son dos commençait à la tirer, mais elle ne laissa rien paraitre. Elle voulait aussi lui promettre de pas poser d’autres questions mais elle savait qu’elle en serait certainement incapable alors elle garda le silence.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Lun 4 Aoû - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Lun 4 Aoû - 11:12

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



Une douloureuse satisfaction venait courir dans les veines d’Offendy et emplir son cœur devant la peur qui envahissait Emy mais ce sentiment n’avait guère duré. Décelée dans son regard, cette émotion qu’il avait cherché à provoquer s’était envolée presque aussi rapidement que lorsqu’elle était venue s’installer. Maintenant, ce qu’il notait dans son regard le dégoutait. Heureusement qu’ils étaient bleus et non pas bruns sinon son visage ce serait très probablement superposé à celui de la louve-garou. Il regrettait presque qu’elle ne vienne pas le hanter et le torturer dans un moment pareil. Emy ne devrait pas le considérer comme… fascinant. C’était malsain. Dangereux. Il ne pouvait pas la laisser faire, il ne voulait pas reproduire les mêmes erreurs. La culpabilité le minait trop pour qu’il prenne ce risque.

— Je dois regretter quoi au juste… ? murmura-t-elle si bas que la réponse qu’il aurait voulu lui rétorquer se perdit dans sa fureur sans qu’il l’exprime, faisant comme s’il n’avait rien entendu.

Regretter sa curiosité peut-être que ce serait pas mal. Regretter de s’être aventurée si loin en forêt ? De ne pas avoir pris congé de lui avant que la situation s’envenime ? D’avoir posé ses questions à la con ? D’avoir ce visage - si tant est qu’on puisse appeler ce qu’il possédait un « visage » - sous les yeux ? Ne regrettait-elle pas tout cela ? Pourquoi fallait-il qu’elle soit si illogique, ou qu’elle en vienne à se détendre entre ses mains alors qu’il aurait pu la briser ? Il se refusait tant à accepter cette réaction qu’il repartit de plus belle pour lui faire comprendre qu’elle ferait mieux d’agir comme tout le monde et de prier pour qu’il ne la mange pas.

— Comment tu voudrais que je sois sociable avec la gueule que j’ai, quand tout le monde fuit sur mon passage en hurlant au monstre si je la découvre, hein ? Cesse de parler quand tu ne sais rien, connasse !

Il aurait pu continuer longtemps, lui faire comprendre par A plus B qu’elle réagissait comme une pure idiote. Quitte à lui faire mal. Il était doué pour ça de toute façon, il faisait souffrir tout le monde et lui-même aussi. Il avait l’habitude maintenant. Emy n’avait rien rétorqué alors qu’elle s’évertuait à avoir le dernier mot depuis avant. Ses mains blafardes serrèrent plus fort le col de son propre manteau qu’il avait agrippé pour la soulever du sol lorsqu’elle baissa les yeux. Offendy aurait voulu la secouer, lui hurler de regarder sa tête en face maintenant qu’elle le pouvait mais il n’y parvint pas. Il était las de la souffrance depuis un bon moment alors si elle préférait détourner le regard c’était sans doute mieux pour eux deux. Mais elle ne semblait pas dégoûtée pour autant. Et elle lui fit bien comprendre que ce n’était pas le cas, en plus.

— Pardon… J’voulais pas te vexer, Offendy…

Désarçonné, l’intéressé se mura d’abord dans un profond silence. C’était dans ces rares moments qu’il ne regrettait pas que de vrais signes distinctifs lui manquent. Au moins, ses yeux ne révélaient pas son trouble puisqu’il n’en possédait pas vraiment. Est-ce qu’elle s’excusait vraiment là ?  Il ne saurait l’affirmer, les filles étaient perfides après tout et elle avait pris un air trop mignon pour qu’il oublie sa méfiance. La colère retombait par contre, coupée net dans son élan à défaut de pouvoir rebondir sur l’agressivité disparue de la jeune femme. Un petit rire lui échappa à la place, empli de sarcasme à peine voilé.

— Pas me vexer… c’est nouveau ça surtout venant d’une fille. Fallait y penser avant.

S’il avait du lui citer toutes les fois où les humains l’avaient vexé rien que sur son apparence, le reste de la nuit ne suffirait sans doute pas. De toute façon il en aurait difficilement eu la force. On ne prenait jamais de pincettes que ce soit pour lui ou pour ses frères. Pourquoi voulait-elle faire la gentille alors qu’il aurait pu la faire souffrir si le cœur lui en disait ? Pourquoi lui faire croire qu’il méritait des excuses pour des réactions qu’il ne devrait même pas avoir. C’était vrai quoi, il faisait du mal autour de lui, il tuait des gens… Il ne pouvait pas s’énerver parce qu’on le traitait mal par la suite. Avec un soupir, il la reposa sèchement par terre et ses tentacules la libérèrent pour revenir se tortiller nerveusement dans son dos. L’un d’entre eux fila récupérer son pauvre chapeau abandonné sur les feuilles mortes et Offendy le vissa sur sa tête sans un mot de plus, sans même tourner la tête vers elle, s’esquivant à son tour à des regards qu’il n’aurait pas vraiment supporté. Lâche comme il était, il aurait préféré s’envelopper dans son manteau et souffler d’épais nuages de fumée pour se terrer un peu plus, or ni l’un ni l’autre n’étaient accessibles. Tant pis.

— Encore là ? soupira-t-il puisqu’elle ne semblait pas vouloir bouger. Pourquoi tu te sauves pas en courant dans l’optique de ne jamais revenir dans le coin de ta vie ?

Normalement il devrait la dénoncer à Slender puisque ce dernier refusait de laisser un humain vivant quitter la forêt s’il avait croisé un Slender-Like. Mais Offendy se disait que si déjà elle était un loup-garou, il avait tout intérêt à ne rien dire. Même si elle, elle était humaine à la base elle restait différente parce qu’elle se changeait en loup. Une sorte de secret qu’elle devait protéger aussi en toute logique si elle ne voulait pas que des chasseurs viennent la plomber.
©Mako



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Lun 4 Aoû - 17:50





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Emylie s’en voulait vraiment et ses paroles étaient des plus sincères. Seulement, malgré cela, elle avait bien gardé à l’esprit qu’elle ne connaissait pas réellement Offendy et que ses excuses pourraient créer un effet totalement inverse. C’était d’ailleurs ce qu’elle avait cru quand il avait gardé le silence. Une pointe de peur avait commencé à lui tordre l’estomac quand elle avait bougé légèrement son poignet et c’était rappelé ses entraves. La demoiselle avait bien conscience qu’il pouvait certainement la tuer sans qu’elle puisse ne serait-ce qu’essayer de se défendre, tout ça parce que sur ce coup là elle avait été idiote et impulsive. Généralement, les situations délicates dans lesquelles elle se retrouvait été provoqué de la même façon.

Elle s’était risquée à lui jeter un petit coup d’œil mais il ne semblait plus en colère à vrai dire. Même dépourvu de trait, Emy pouvait sentir qu’il ne s’attendait pas à des excuses. Au fond, ils étaient à égalité. Jusqu’à maintenant ils s’étaient insulté, rebondissant sur les pics l’un de l’autre et là, elle changeait du tout au tout. Il y avait de quoi être un peu perdu.

— Pas me vexer… c’est nouveau ça surtout venant d’une fille. Fallait y penser avant.

Finalement, il avait dit ça en riant, un rire sans joie toutefois. Chargé de sarcasme et d’un ton un peu cassant, mais il fallait s’y attendre. Emy ne comprenait pas vraiment le rapport avec le fait que c’était une fille mais elle comprenait bien que ses excuses avaient un peu détendu l’air. Son long soupire qui avait suivi et le fait qu’il la repose à terre l’avait prouvé. Seulement, maintenant libre elle n’avait plus envie de s’enfuir. La jeune femme comprit lorsque sa louve se calma en elle que c’était les entraves qui faisaient naitre cette angoisse en elle, pas Offendy même s’il restait une créature très probablement dangereuse.

- Ça va, j'ai dis que j'étais désolée, avait-elle marmonné en se frottant les poignets.

Aussitôt à terre elle s’étira pour détendre les muscles de ses épaules et de son dos. Une brise souffla, faisant bouger les feuilles dans les arbres, produisant une douce mélodie. L’espace d’un instant elle ferma les yeux et inspira profondément pour respirer l’odeur de la nature puis elle posa son regard sur Offendy. Un de ses curieux appendices avait récupéré son chapeau  et le reste se tortillait frénétiquement dans son dos. Il était assez proche d’elle pour qu’un pas suffise à la jeune femme pour qu’elle puisse en saisir un mais elle se retint juste à temps, la main déjà en suspens, curieuse. Emy se mordille l’intérieur de la joue en laissant retomber sa main puis en serrant les pans de la veste d’Offendy autour d’elle. Cependant elle ne pouvait éteindre la lumière d’admiration qui brillait dans ses yeux.

Depuis qu’elle avait découvert le monde du surnaturel, chaque nouvelle créature la fascinait.  Elle avait rencontré un vampire une fois et sa lycanthropie découlait de la magie. Puis, comme elle l’avait pensé juste avant, elle avait déjà entendu parler de la légende du Slenderman, cet être immense et blafard, habillé d’un costume qui faisait disparaitre les personnes qui s’aventuraient dans la forêt. Pourtant, jusqu’à présent elle n’avait jamais eu de souci dans les bois. Enfin, il était rare qu’elle aille courir seule et aussi longtemps.

Emy avait beau observer Offendy, elle ne pensait pas avoir à faire à celui que l'on nommait Slender, même s’il ressemblait aux descriptions qu’elle avait entendues de lui. La jeune femme pensa soudain qu’il s’agissait peut-être d’un parent, si tenté que ça soit possible. Elle avait l’esprit ouvert et même un peu trop créatif par moment mais les similitudes l’induisaient probablement en erreur. D’autant qu’elle ne savait toujours pas ce qu’il était vraiment. Tant de questions se posaient dans sa tête qu’Emy craignait qu’elle n’explose.

— Encore là ? Pourquoi tu te sauves pas en courant dans l’optique de ne jamais revenir dans le coin de ta vie ?

Un frisson l’avait parcouru quand elle avait décelé dans sa voix ce qui ressemblait à une pointe de peine. Mais encore une fois elle  n’en comprit pas la raison puisqu’elle n’avait esquissé aucun mouvement dans cette optique. Emylie soupira en se disant que cela venait sans doute de précédentes rencontres. Alors elle avait haussé les épaules en s’approchant un peu, son regard toujours attiré par ses tentacules qui fouettaient l'air dans son dos.

- Pourquoi je ferais ça ? Même si j’avais envie de me barrer, j’aurais certainement aucune chance et surtout pas sur deux pattes. Une transformation réduirait en lambeaux ta veste et j’ai bien compris que c’était signer mon arrêt de mort définitif que de faire ça.

Elle avait pleinement conscience du danger et restait sur ses gardes, seulement jusqu’à maintenant ils tenaient une discussion et elle était persuadé qu’il n’aurait pas voulu au fond qu’elle parte. Alors, quitte à se faire une fois de plus malmener elle tendit de nouveau la main, timidement et lentement et frôla du bout des doigts un de ses tentacules en soufflant.

- Wah… C’est quoi ça ? Tu les avais pas avant…





C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Mar 5 Aoû - 12:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Lun 4 Aoû - 20:18

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith


Offendy avait peut-être formulé le fait qu’elle ferait mieux de se tirer sous forme de question mais en dessous il s’agissait presque d’une demande voire d’un ordre. Emy ne semblait cependant pas prête à aller dans son sens puisqu’au contraire, elle haussa les épaules et s’avança d’un pas. Lui aurait voulu reculer en grognant encore mais il ne bougea pas, la froideur marchait d’autant mieux qu’elle lui évitait de jouer le type effrayé parce qu’elle venait vers lui. Si auparavant son air intrigué l’avait énervé, maintenant il le rendait triste.

— Pourquoi je ferais ça ? Même si j’avais envie de me barrer, j’aurais certainement aucune chance et surtout pas sur deux pattes. Une transformation réduirait en lambeaux ta veste et j’ai bien compris que c’était signer mon arrêt de mort définitif que de faire ça.

Oh si elle se sauvait, que ce soit sur deux jambes ou quatre pattes, il ne la poursuivrait même pas. Il voulait juste l’épargner même si c’était un peu tard maintenant. Pouvait-on dire que c’était de sa faute aussi si c’était elle qui s’accrochait et non pas lui comme cela lui avait été si fatal par le passé ? Peut-être, il ne savait pas réellement. En tout cas, il était le fautif pour désirer la laisser partir avec le souvenir désagréable de son physique toujours en tête. Tant pis, après tout… Cela lui coûtait trop d’envoyer réellement balader quelqu’un qui lui parlait, autre que ses frères qu’il côtoyait tous les jours, malgré la peur et les souvenirs qui refluaient comme les vagues et la marée. Alors il sourit un peu, malgré la tristesse qui ne s’évaporait pas. Et bien évidemment, entêté comme il était, il préférait scruter l’obscurité des arbres plutôt que son visage.

— Y’a pire mais vu que c’est le seul habit que j’ai et qui soit à peu près décent, ce serait sympa de pas me la déchirer oui…

Le seul qui avait failli crever c’était Splendy quand il s’était vautré dans sa roseraie et avait réduit ses heures de travail en poussière. Mais vu ses égratignures et les épines qui maculaient son corps, il s’était dit que son petit frère avait été assez puni et même s’il ne lui avait pas adressé la parole durant une semaine après, il l’avait soigné. M’enfin si elle réduisait sa veste à l’état de lambeaux, ça ne serait pas vraiment mieux. Il avait déjà causé trop d’attentats à la pudeur la nuit en ville. En plus il faisait froid en ce moment et se balader torse nu à longueur de journée n’était pas top, même avec un Trendy sous la main. Une nuit il voulait bien mais c’était tout.

Par contre, lorsqu’il sentit sa main effleurer l’un de ses tentacules, il ne put s’empêcher de tourner la tête vers elle, méfiant. C’est qu’ils étaient sensibles ses appendices. Et ils ne lui obéissaient pas toujours. Alors qu’il aurait préféré le laisser glisser entre ses doigts pour qu’elle cesse d’y toucher comme si c’était un jouet qu’elle venait de recevoir à Noël, il s’enroula tout autour de sa main et entre ses doigts. Offendy grogna, agacé et tenta de ne pas trop grincer des dents parce que le son était assez dérangeant.

— Wah… C’est quoi ça ? Tu les avais pas avant…

La remarque acerbe qu’il voulait lui balancer resta coincée dans sa gorge. Son innocence soudaine lui rappelait tellement de bons souvenirs qui s’étaient brisés, envolés comme des cendres jetées à la mer. Et ça faisait horriblement mal mais il ne pouvait s’empêcher de lui répondre, de se laisser aller. Mais il ne répéterait pas les mêmes erreurs. Aussi bien après ce soir, ils ne se recroiseraient peut-être plus…

— Des tentacules, ça se voit pas ? bougonna-t-il en glissant ses mains dans les poches de son pantalon (heureusement qu’il en portait un d’ailleurs). Et je peux les rétracter dans mon dos mais ça fait mal alors je préfère les planquer sous mon manteau. Sauf que là bah c’est toi qui l’as. T’as d’autres questions pourries ? Et tu comptes camper là parce que tu sais pas marcher et parler en même temps ou quoi ?

Lui, vouloir absolument des clopes pour s’occuper les mains et l’esprit ? Nah c’était pas son genre hein… Et puis il avait quand même bien gueulé avant, il ne manquerait plus que Slender débarque parce qu’il les avait entendu, même s’il doutait de cette probabilité.

©Mako



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mar 5 Aoû - 11:32





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Offendy s’obstinait à regarder l’obscurité plutôt que la jeune femme et elle s’en serait offusquée s’il n’avait pas soudainement l’air si triste. Il avait malgré tout sourit, mais ce rictus était lui aussi chargé de peine. Emy avait penché la tête dans une attitude parfaitement lu-pine en se questionnant. Peu à peu les hypothèses s’étaient formées dans sa tête. Il semblait ne pas apprécier la race humaine mais plus particulièrement les femmes.  Seulement, elle ne pensait pas que sa tristesse était uniquement due au rejet dû à sa différence. Il devait y avoir eu une exception qui l’avait brisé. Et même si la demoiselle en avait la certitude, elle était aussi certaine que lui poser cette question allait déclencher à nouveau sa colère.

— Y’a pire mais vu que c’est le seul habit que j’ai et qui soit à peu près décent, ce serait sympa de pas me la déchirer oui…

Emylie avait penché la tête en clignant des yeux. Le seul vêtement ? Pourquoi était-ce le seul vêtement en sa possession ? Sans doute cela avait-il rapport avec le faite que malgré le froid qui la ferait trembler sans la veste d’Offendy, lui de frémissait même. Il ne devait pas être sensible aux températures. Sans doute que ce manteau devait avoir la même utilité que son chapeau, le cacher des regards indiscrets. De plus, ce qui intrigué Emy c’était que plus tôt il menaçait de lui filer la note du pressing si elle mettait seulement son odeur dessus et là, éviter de détruire sa veste était seulement « sympa ». Décidément, cela intriguait la jeune femme, ce changement de comportement.

Perdue dans ses pensées, elle avait risqué un geste dans sa direction en demandant ce que c’était et maintenant elle avait un de ses tentacules enroulé autour de ses doigts. La sensation était très étrange mais en même temps agréable, dérangeant même en quelques sortes, mais elle ne voulait pas retirer sa main à présent.  Elle se demandait si c’était lui qui le faisait bouger comme ça ou pas.

— Des tentacules, ça se voit pas ? Et je peux les rétracter dans mon dos mais ça fait mal alors je préfère les planquer sous mon manteau. Sauf que là bah c’est toi qui l’as. T’as d’autres questions pourries ? Et tu comptes camper là parce que tu sais pas marcher et parler en même temps ou quoi ?

Un grognement lui avait échappé alors qu’elle s’était mise en marche sans lâcher son tenta-cule, l’obligeant ainsi à rester proche d’elle. Un dicton dit qu’il vaut mieux garder ses amis proche de soi mais ses ennemis encore plus. Seulement, comme Emylie ne savait comment considérer Offendy elle préférait l’avoir à portée de main.

- Ça va, c’est pas tous les jours qu’on voit un type comme toi, laisse-moi le temps de me de-mander ce que tu me réserve encore comme autre surprise.

Depuis le temps passé dans la forêt, la vue de la jeune femme avait eu le temps de s’adapter et elle se mouvait désormais sans problème entre les arbres. Emy continuait de jouer avec son tentacule pendant ce temps, le déroulant et l’enroulant plusieurs fois autour de ses doigts. Après tout, il n’avait encore rien fait pour l’en empêcher alors pourquoi le faire elle-même ?

Un silence c’était installé progressivement entre eux malgré la multitude de question qu’avait en tête la blonde. Seulement elle ne voulait pas risquer de déclencher à nouveau sa colère. Elle n’avait toujours pas de réponse sur ce qu’il était et se doutais qu’en dehors de regarder les étoiles, il y avait bien une explication à sa présence en forêt. Il y avait aussi cette question qui lui brulait les lèvres, elle voulait savoir pourquoi il semblait si triste. Finalement elle soupira et tourna la tête vers lui en lui lançant un regard interrogateur mais pas particulièrement différent d’avant la révélation.  

- Pourquoi tu pensais que j’allais m’enfuir en courant ? Tu connais mon secret, moi aussi je suis différente, ça serait hypocrite de ma part que de te pointer du doigt alors que je ne suis pas pareil que tout le monde non plus. C’est parce que les gens sont méchant avec toi que tu as l’air triste, Offendy ?

Elle avait demandé ça d’une voix toute douce, dénué de tout sarcasme ou agressivité pour une fois. Ça aussi, c’était une des caractéristiques d’un loup-garou, les émotions changeantes. Et aussi le fait qu’une pointe de colère se transformait rapidement en vrai rage tout comme le reste de ses sentiments, ils étaient multipliés. Seulement, comme à ce moment-là elle était… soucieuse pour lui, cela en devenait presque de l’inquiétude. Oui, elle était in-quiète pour Offendy alors qu’il n’avait rien fait pour être spécialement sympa avec elle. Mais Emy voulait toutefois qu’il ne soit plus triste. Et puis, elle préférait quand il souriait et lui donnait des surnoms plutôt que l’attitude qu’il avait là.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mar 5 Aoû - 12:29

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith



Finalement Offendy et Emy s’étaient enfin mis en mouvement. La voir serrer son tentacule pendant qu’elle marchait pour qu’il soit en quelque sorte obligé de rester à ses côtés rendait presque la situation comique ; on aurait dit une maman éléphant qui tenait son petit par la trompe pour qu’il le suive sans faire de chichis. Alors qu’il espérait un long silence uniquement brisé par les branches qui craquaient sous ses bottes ou les oiseaux nocturnes piaillant au loin, il n’en fut rien.

— Ça va, c’est pas tous les jours qu’on voit un type comme toi, laisse-moi le temps de me demander ce que tu me réserve encore comme autre surprise.

Depuis quand était-il un type plutôt qu’un monstre à ses yeux, il se le demandait. Et ça voulait dire quoi « un type comme toi » d’abord ? Il tâcha de ne pas le prendre personnellement, après tout ça devait être dur de trouver autre chose pour le décrire, même lui avait encore du mal parfois. Il sourit un peu plus, légèrement amusé parce qu’elle lui tendait une perche pour qu’il tente de la terrifier un peu plus.

— Euh, j’peux ouvrir la bouche assez grand pour bouffer ta tête d’un coup ? Mais c’est dégueulasse avec les cheveux et les os et puis ce serait dur à avaler, pas envie de m’étouffer. C’est à peu près tout côté surprises j’crois.

Et comme il n’avait pas spécialement faim, il lui épargnerait la surprise de l’agression et de tout ce qui s’ensuivait. Il n’en était pas très fier dans ses moments de lucidité alors il préférait taire les détails peu appréciables de ce sujet. Il observa la jeune femme jouer avec son tentacule qu’elle ne lâcha décidément pas, sceptique et un peu mélancolique. Pourquoi ça ne la dérangeait pas de les trifouiller alors que les gens assimilaient souvent ces trucs au mot « dégueulasse » ? Non elle n’était vraiment pas normale et pas uniquement à cause de sa lycanthropie. Quand Emy tourna la tête vers lui, il pinça un peu les lèvres et enfonça sa tête entre ses épaules, l’air de dire que non, il ne l’épiait pas du tout. Elle ne pouvait même pas voir où il regardait en plus. C’était pas effrayant ça ?

— Pourquoi tu pensais que j’allais m’enfuir en courant ? Tu connais mon secret, moi aussi je suis différente, ça serait hypocrite de ma part que de te pointer du doigt alors que je ne suis pas pareil que tout le monde non plus. C’est parce que les gens sont méchant avec toi que tu as l’air triste, Offendy ?

Oui c’était facile à dire pour elle... Lui ne pouvait guère se changer en humain à volonté pour se faire tout un tas d’amis et garder sa « malédiction » pour quand il était seul ou les soirs de pleine Lune. Et puis, les humains étaient hypocrites, justement. Il était mal à l’aise de voir que sa détresse semblait plus visible que prévu et durant un instant, il voulut lui rétorquer d’un ton acerbe qu’elle se trompait et qu’elle devait se mêler de ses oignons sans le faire chier mais il n’en avait plus réellement la force. La lassitude ça marchait aussi comme moyen de défense. Surtout qu’elle ne semblait plus exiger de réponses, elle posait juste des questions comme ça. Ça restait agaçant, mais pas aussi énervant qu’il l’aurait cru.

— T’es pas pareille que tout le monde mais toi on te voit pas comme un monstre non-stop. J’veux dire, si un crétin te croise en forêt il va juste croire que t’es un gros loup, se chier dessus et se barrer en appelant sa mère et tu peux le retrouver deux jours plus tard en ville sans qu’il sache que c’était toi qui l’a terrorisé, vous pourriez même devenir potes et tout, même si une tapette comme ça personne n’en voudrait.

D’autant qu’un jour, elle risquait de ne plus faire exception s’il s’en prenait à elle. Elle le considérerait comme une horreur juste avant de mourir, comme toutes les filles qui avaient le malheur de le croiser lorsqu’il était au plus bas. C’est parce que les gens sont méchant avec toi que tu as l’air triste, Offendy ? Ah si elle savait seulement… Offendy lui-même ne se rappelait pas de qui avait commencé mais vu sa capacité inhérente à se plomber le moral, il trouverait n’importe quelle excuse pour que ce soit de sa faute. Les humains avaient toujours été méchants avec lui mais il n’avait qu’à pas chercher à trainer dans leurs pattes. Mieux valait rester avec sa famille puisque personne ne serait aussi proche de sa personne qu’eux.

— Si j’étais pas méchant avec eux d’abord, ils le seraient p’tet pas avec moi. Au cas où t’aurais pas encore remarqué ou compris, je suis pas un ange tombé du ciel, c’est plutôt l’inverse. Pourquoi ça t’intéresse ce que je peux ressentir ?

Il prit une profonde inspiration et roula un peu des épaules pour se détendre mais ça ne l’aida pas tant que ça. Sa tête le lançait un peu et ce n’était pas vraiment bon signe. Il souffrait assez, pas la peine d’ajouter des larmes qui tentaient de percer sa peau pour se faire voir. Il était triste en partie pour ça, comme Trendy ou Splendy quand les humains n’étaient pas sympa avec eux, mais pas que. C’était cette ombre noire qui planait dans son esprit, qu’il haïssait plus que tout. Celle qui pressait les points sensibles, tournait les couteaux dans les plaies béantes pour qu’elles ne se referment pas et faisaient défiler des images devant ses yeux. Images qu’il était incapable de brûler pour les oublier. Comment pouvait-il seulement lui expliquer pourquoi et par quel procédé elle était arrivée là ? Emy ne comprendrait pas, personne ne comprenait à part Slender bien qu’il ne fût pas capable de compatir plus que ça. Mieux valait qu’il n’y réponde pas concrètement sous peine que la tristesse devienne un adjectif bien loin de la réalité.
©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mar 5 Aoû - 21:32





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Au début de cette nuit, Emylie ne s’attendait pas à traverser la forêt pour retourner à sa voi-ture sur deux jambes, ni d’être accompagné. Pourtant, elle marchait désormais aux côtés d’Offendy, slalomant entre les branches et les racines. Le chemin qu’elle avait parcouru en tant que louve jusqu’à tomber sur cette clairière ne lui avait pas semblé très long mais à pré-sent, elle commençait à désespérer. Mais au moins, cela lui donnait l’occasion de parler avec Offendy, ce qui l’avait consolé.

Elle n’avait pas lâché son tentacule et lui non plus n’avait pas fait de mouvement pour se dégager de ses doigts. Emy n’y faisait d’ailleurs pas beaucoup attention, elle jouait juste avec distraitement, passant ses doigts tout doucement sur cet appendice si improbable.

Sa petite remarque sur les surprises qu’il lui réservait n’était pas vraiment une question pour-tant il y avait répondu et elle aurait certainement préféré pas savoir. Cependant, au-delà du dégoût, la louve en elle avait trouvé que c’était une information assez importante. D’une part parce qu’elle pouvait un peu plus visualiser ses capacités mais aussi parce qu’il savait exactement à quoi s’attendre, cela voulait dire qu’il n’en était pas à son coup d’essais.

La jeune femme était perdue dans ses réflexions mais elle avait senti le regard d’Offendy se poser sur elle. Un frisson l’avait parcouru et elle n’avait pas pu tenir plus longtemps avant de tourner la tête vers lui. Emy avait bien remarqué son attitude qui disait clairement qu’il ne voulait pas qu’elle remarque qu’il l’épiait discrètement. Alors, elle avait juste sourit intérieurement.

— T’es pas pareille que tout le monde mais toi on te voit pas comme un monstre non-stop. J’veux dire, si un crétin te croise en forêt il va juste croire que t’es un gros loup, se chier dessus et se barrer en appelant sa mère et tu peux le retrouver deux jours plus tard en ville sans qu’il sache que c’était toi qui l’a terrorisé, vous pourriez même devenir potes et tout, même si une tapette comme ça personne n’en voudrait.

Emylie avait fait une petite moue, consciente de ce qui les rendait différent. Elle, elle avait la chance d’avoir une apparence « normale » et de pouvoir se fondre dans la masse, même si la jeune femme n’en voyait pas l’utilité. A vrai dire, mise à part pour son travail de serveuse, elle ne voyait pas grand monde. Loin de sa famille et avec peu d’amis, seule sa meute restait une distraction sociale même si, eux avait une vie.

— Si j’étais pas méchant avec eux d’abord, ils le seraient p’tet pas avec moi. Au cas où t’aurais pas encore remarqué ou compris, je suis pas un ange tombé du ciel, c’est plutôt l’inverse. Pourquoi ça t’intéresse ce que je peux ressentir ?

Emy avait bien compris qu’Offendy n’était pas le type le plus sympa du monde mais même la pire des ordures devrait avoir quelqu’un qui s’inquiétait pour elle. La jeune femme ne savait pas s’il y avait quelqu’un pour remplir ce rôle alors, certainement à cause de son côté protecteur de loup, ça lui était tombé sous le sens de s’inquiéter pour lui.

Son inspiration et le mouvement de ses épaules étaient un signe supplémentaire qu’il y avait quelque chose qui le tracassait. Sans sa part louve, elle n’aurait certainement pas fait attention à tant de détail dans sa posture mais, là ses signes étaient comme de petites alarmes qui sonnaient au creux de l’oreille d’Emylie. Son tentacule s’était enroulé autour de son poignet et la jeune femme avait baissé les yeux pour le regarder. Elle avait souris en le caressant de l’autre main, du bout des doigts comme si c’était un tout petit serpent. Elle en oubliait pratiquement qu’il faisait partie d’Offendy.

- Je me doute bien que tu es pas un bisounours, sinon tu m’aurais pas montré les dents pour une question. Mais et alors ? Qui suis-je pour te jeter la pierre alors que je ne brille pas d’innocence non plus ?

Le chemin sur lequel ils marchaient lui semblait un peu plus familier et plus fréquenté car marqué par les passages. Toutefois, la nature recommençait à reprendre ses droits par manque de randonneurs. En même temps, qui voulait se pointer dans une forêt où tu es sûr de rentrer mais pas de ressortir ? Mise à part les jeunes en quête de sensations fortes…
Elle releva la main qui tenait son tentacule et déposa un petit bisou dessus, tout doucement et tout léger avant de tourner la tête vers lui et de lui sourire, un rictus qui se voulait sincère et gentil. Parce que ça lui arrive d’être gentille.

- Ça m’intéresse ce que tu ressens parce que je préfère encore quand tu me plaque contre un arbre en gueulant ou quand tu me fais du charme que de te voir triste. Même sans que tu ais de traits de visage, je trouve que ça te va pas au teint. Et oui je sais, tu m’emmerde.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Mer 6 Aoû - 20:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 6 Aoû - 15:22

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith


Offendy ne saurait expliquer ce sentiment qui l’envahissait. Comme si Emy le tirait vers un autre monde, qu’il appartenait de moins en moins à celui de la forêt et de l’ombre. Depuis longtemps il pensait que sa maison était à la fois ici et en ville mais à présent, il avait l’impression de ne rien avoir à faire là. Peut-être parce que cette scène où ils marchaient tous les deux dans ces sentiers escarpés, sous les quelques rayons de la Lune qui scintillaient entre les feuilles, semblait irréel. S’ils s’étaient rencontrés sur un banc ou dans une ruelle, cela aurait sans doute paru plus logique, quoique… Malgré ses mains savamment laissées dans ses poches, on pouvait penser qu’ils se tenaient la main et c’était assez dérangeant au final. Deux personnes qui venaient de se rencontrer ne se serraient pas la main comme ça. Ça le rendait presque malade surtout qu’elle appréciait ça plutôt que de chercher à se dégager.

— Je me doute bien que tu es pas un bisounours, sinon tu m’aurais pas montré les dents pour une question. Mais et alors ? Qui suis-je pour te jeter la pierre alors que je ne brille pas d’innocence non plus ?

Il ignorait ce qu’était un bisounours mais vu le nom, ça devait être un truc incroyablement gay alors il demanderait à Trendy. Un mélange entre des bisous et un ours ? Non c’était dur à visualiser, ça ne devait pas être lié à quelque chose de réel.

— Bah… T’es un être humain, une fille qui plus est. Vous jetez tous des pierres aux gens… Enfin bref, rétorqua-t-il.

On ne lui ferait plus jamais penser le contraire. On l’avait ramené à l’ordre une fois de trop, la prochaine fois… et bien mieux valait qu’il n’y ait pas de prochaine fois. Il aurait pu la croire si elle avait juste été une louve dotée de la parole mais elle restait humaine à la base. Et une allumeuse aussi vu ses lèvres qui s’étaient posées sur son tentacule frémissant. Qui aurait envie de faire des bisous là-dessus franchement, elle était dégueulasse et son air gentil tout mignon n’arrangerait pas les choses. Elle cherchait à le manipuler pour qu’il soit tout gentil tout doux aussi et après, il allait encore se faire casser la gueule. La voix caverneuse de son père qui lui hurlait qu’il allait le bouffer lentement, prendre son temps pour qu’il souffre puis le vomir et le laisser là tellement il était indigne lui revint en tête et il frissonna. Merci, il avait assez donné.

— Ça m’intéresse ce que tu ressens parce que je préfère encore quand tu me plaque contre un arbre en gueulant ou quand tu me fais du charme que de te voir triste. Même sans que tu ais de traits de visage, je trouve que ça te va pas au teint. Et oui je sais, tu m’emmerde.

— Non je t’encule plutôt… c’est plus appréciable que de t’emmerder, on y prend plus de plaisir pour à peu près le même effort fourni.

Offendy ricana dans son coin, plutôt satisfait de sa répartie. En fait, maintenant qu’il avait cerné son petit jeu ça allait un peu mieux. Il restait trop crédule mais ça, il en faisait son affaire, après tout il avait encore quelques années devant lui pour corriger ce défaut.

— Moi j’préférais que t’arrêtes de me considérer comme un truc avec lequel tu pourrais être pote et p’tet plus si affinités. Parce ton p’tit manège y ressemble en tout cas. Après on verra si je serais triste ou pas. Pourquoi tu crois que j’tire la tronche ?

Pourquoi oui, il était en droit de se poser la question. Elle était désespérée au point de fricoter avec lui ? C’était triste aussi ça et en plus elle ne le connaissait nullement. Il avait fait souffrir des gens qui avaient eu la même attitude qu’Emy, s’il pouvait éviter d’en ajouter à son palmarès ou de faire peser un peu plus de culpabilité sur ses épaules ce serait sympa et s’il fallait éclaircir les choses, il n’hésiterai d’ailleurs pas à le lui faire savoir. Mais en attendant, s’il réussissait à la faire s’éloigner un peu de son sujet, c’était bien.

— Et toi d’ailleurs, pourquoi tu dis que tu « ne brilles pas d’innocence non plus » ? T’as fait des crasses c’est ça ?
©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 6 Aoû - 20:33





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


Jusqu’à maintenant, Emy avait essayé d’être gentille parce qu’elle s’en voulait un peu de l’avoir énervé avant. Lui non plus n’avait pas été très courtois avec elle et logiquement elle avait été en droit de s’énerver seulement cela avait eu pour effet de le faire sortir de ses gonds, comme ça d’un coup. Et comme elle ne voulait pas que cela recommence, Emy c’était comporté comme ses très chers parents le lui avaient appris. Comme une jeune femme modèle, bien élevé et souriante. Sauf que visiblement, à l’époque cette attitude ne lui convenait pas et c’était toujours le cas aujourd’hui.

- Bah… T’es un être humain, non ? Une fille pas vrai ? Vous jetez tous des pierres aux gens… Enfin bref.

Un grognement plus animal qu’humain monta dans sa gorge pour répondre à sa remarque. Jusqu’à devenir une louve, Emy c’était comporté selon les directives de ses parents, ne faisant les choses que quand on le lui ordonnait. On lui avait appris à ne pas juger les gens du même rang qu’elle, mais à mépriser ceux qui n’étaient pas digne de parole. Seulement, déjà enfant la jeune femme ne comprenait pas ce principe de rang social et se refusait à faire la différence. Pour elle, chaque personne, à moins de lui montrer le contraire avait le droit qu’on l’écoute et qu’on le respecte. Après sa transformation, ce sentiment c’était développé et plus les années à partager son corps c’étaient écoulées, plus Emy se sentait proche de sa louve. Elle ne comprenait pas la société ou du moins, elle trouvait que l’image des Hommes était misérable. Elle en préférait presque le monde animal. Si elle avait pu, elle aurait délaissé son enveloppe charnelle humaine pour se couvrir de fourrure à temps pleins. Mais cela était malheureusement impossible, autant pour elle que pour sa louve.

La remarque d’Offendy l’avait donc quelque peu blessée parce qu’elle se considéré plus comme une louve qu’une humaine et le fait qu’elle soit une fille ne lui donnait pas le droit de la juger sur ça. Toutefois, elle avait gardé le silence, préférant regarder là où elle mettait les pieds.

Mais comme l’ambiance semblait plus détendue, elle avait préféré oublier écarter cette pensée de sa tête pour expliquer à Offendy la raison de son inquiétude si soudaine. Emy avait dit ça d’un ton toujours plus guilleret que celui, plus cassant qu’elle avait d’habitude. En réalité, elle ne savait pas comment se comporter avec Offendy, partagé entre la méfiance et la compassion.  

- Non, je t’encule plutôt… C’est plus appréciable que de t’emmerder, on y prend plus de plaisir pour à peu près le même effort fourni, lui avait-il répondu après avoir frissonné.

Tout d’abord, la demoiselle avait cligné des yeux, marchant toujours mais uniquement parce que c’était un mouvement assez mécanique. Puis elle avait souris, contente au possible. A vrai dire, elle ne s’attendait pas à cette répartie mais comme elle l’avait dit elle préférait ça à son air maussade. Pis, elle l’avait entendu ricaner, certainement fier de sa connerie. Croyait-il qu’elle allait se vexer ? Qu’il l’avait touché ? Si c’était ça, il se trompait pas mal. Au contraire, Emy n’avait qu’une envie : rire.  Mais elle avait décidé de se retenir car il ne semblait pas en avoir terminé avec ses petites moqueries.

- Moi j’préférerais que t’arrêtes de me considérer comme un truc avec lequel tu pourrais être pote et p’tet plus si affinités. Parce que ton p’tit manège y ressemble en tout cas. Après on verra si je serais triste ou pas. Pourquoi tu crois que j’tire la tronche ?

Finalement, Emy n’avait pu se retenir d’éclater de rire. Dans son hilarité elle en avait lâché son tentacule pour rejeter ses cheveux dans son dos. C’était un tic. Elle n’en revenait pas. Offendy, le mec à l’avoir appelé « mon cœur » un peu plus tôt la traitait d’allumeuse ! Autant la blonde était consciente de son charme et de ses atouts et elle aurait pu s’amuser à jouer les aguicheuses, autant là, depuis leur rencontre c’était la première fois qu’elle ne pensait pas qu’il se trouvait torse nu juste à côté d’elle et à quel point il était appétissant. Franchement, c’était le comble de l’ironie.

Au bout d’une minute, elle c’était calmée, pouffant toujours de rire en secouant la tête. Comme lui expliquer clairement qu’elle était sympa juste comme ça, sans arrière-pensée ? Emylie avait roulé des épaules pour les faire craquer et une fois fait, elle c’était sentie plus légère. Elle avait glissé ses mains dans les poches de la veste d’Offendy en accélérant son pas sautillant pour le dépasser joyeusement. La jeune fille c’était retourné, marchant à reculons habillement et lui avait fait un grand sourire.

- « p’tet plus si affinités » ? T’as entendu ça où toi ? On dirait un mec relou sur les sites de drague ! Et après, c’est moi qui te tourne autour, hein ? T’me fait rire, t’es pas débile pourtant tu crois que je te fait du charme. Franchement, je porte rien sous ton manteau, si je voulais te séduire c’est avec mon corps que je le ferais pas en étant sympa.

Son ton était un peu plus cassant qu’avant, sans toutefois être blessant. Après lui avoir adressé un petit clin d’œil qu’elle n’était pas sûre qu’il puisse voir, elle s’était retournée à nouveau pour regarder la route à suivre, sautillant toujours. Emy avait même sortie une main de sa poche pour effleurer les branches qui passait à sa portée dans une attitude purement enfantine. Comme une gamine que l’on emmène en randonné pour la première fois.

- Et toi d’ailleurs, pourquoi tu dis que tu « ne brille pas d’innocence non plus » ? T’as fait des crasses c’est ça ?

Sa question avait eu le mérite de lui casser le moral. Elle avait crispé ses doigts sur une branche, la cassant en deux. Une fille normal n’aurait pas réussi et se serait certainement fait mal ou cassé un ongle. Mais Emy n’avait pas la tête en penser à ça. Non, là, elle s’était retrouvée propulsé dans ses souvenirs de sa première transformation. Celle où elle avait fait des morts. En réalité, Emy ne savait pas ce qu’était devenu les mecs qui l’avaient agressé mais elle avait la certitude que leur mystérieuse disparition était sa faute.

Un frisson l’avait parcouru tandis qu’elle s’était arrêté pour regarder ses pieds nu et couvert de terre. C’était d’ailleurs étonnant qu’elle ne s’était pas encore ouverte. Emy reprit sa marche sans lui laisser le temps de la rejoindre et avait soupiré longuement. Après tout, elle aussi avait posé des questions personnelles, elle ne pouvait pas l’envoyer chier à son tour.

- Je… J’ai peut-être provoqué un bain de sang et tué des gens, il y a quelques années… Merci de t’abstenir de remarques blessantes sur ce coup là, on est quitte pour les questions personnelles.

Ses mots avaient franchis ses lèvres d’un ton presque robotique, se refusant à se laisser submerger par le passé. Emy s’était concentré sur la conversation présente plutôt, remarquant qu’elle n’avait pas répondu à sa question.

- T’as l’air triste depuis que j’ai vu ton visage. Tu voulais pas que je sache et ma réaction était pas celle que tu attendais visiblement. Avant ça tu jouais les mecs cools et là on dirait que tu as vu un fantôme. Voilà pourquoi je dis que tu fais la tronche.

Elle n’était plus d’humeur à prendre des pincettes avec lui pour l’instant. Une nouvelle engueulade valait mieux que de se noyer dans ses souvenirs c’était-elle dit.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Mer 6 Aoû - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Mer 6 Aoû - 20:40

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith


S’il s’attendait à ce que ça remarque calme la louve-garou, Offendy s’était bien trompé puisque tout le contraire se produisit. Elle se mit à rire à la place et il dut résister à l’envie de la faire pleurer. Ce qu’il disait ressemblait à une plaisanterie selon elle ? Il avait beau s’imaginer en train de lui arracher les cheveux jusqu’à la faire saigner ou de lui éclater la tête contre une pierre, il ne pouvait s’empêcher de grincer des dents cette fois, durant toute la minute que son fou rire avait duré. Et pourquoi elle sautillait comme ça, essayait-elle de le narguer ? Il avait tué des femmes pour moins que ça et l’envie de recommencer le titillait mais il se doutait que ce serait vain. S’il le faisait c’était pour manger, pas la peine de supprimer une vie inutilement si c’était juste pour la laisser se transformer en engrais pour la forêt. Elle marchait à présent à reculons et lui priait pour qu’elle se vautre sur une racine et se ridiculise. Il pourrait l’achever à coup de pied pour payer l’affront qu’elle avait commis en lui riant au nez. Même si techniquement, il n’en avait pas.

— « p’tet plus si affinités » ? T’as entendu ça où toi ? On dirait un mec relou sur les sites de drague ! Et après, c’est moi qui te tourne autour, hein ? T’me fait rire, t’es pas débile pourtant tu crois que je te fait du charme. Franchement, je porte rien sous ton manteau, si je voulais te séduire c’est avec mon corps que je le ferais pas en étant sympa.

Tiens les sites de drague il y avait pas pensé, c’était peut être le bon moyen pour se trouver de la nourriture plus rapidement et facilement. Mais pour cela il lui faudrait peut être une connexion internet, ce qui n’existait pas dans les sommets de la forêt, même le réseau était quasi inexistant sauf à certains endroits. Dans son hilarité, son tentacule lui était revenu et il s’était empressé de l’essuyer. Certes ils avaient déjà été plus salis qu’aujourd’hui mais n’empêche. Elle l’avait assez touché comme ça.

— Parce que tu crois que t’es séduisante ? T’as rien sur les os ouais et c’était même pas sympa en plus.

C’était un peu bas ça, il voulait bien l’admettre mais honnêtement, il s’en foutait, il voulait lui faire mal. Qu’elle s’énerve pour la frapper et faire passer ça pour de la légitime défense. Elle lui avait tourné le dos et il résista franchement à l’envie de la pousser ou même de la suivre. Si elle ne portait pas son manteau et qu’il tenait à le récupérer, sans doute ne l’aurait-il pas fait.

— Et toi d’ailleurs, pourquoi tu dis que tu « ne brille pas d’innocence non plus » ? T’as fait des crasses c’est ça ? demanda-t-il pour continuer sur les sujets qui fâchent.

Une nouvelle onde de satisfaction le parcourut lorsqu’elle arrêta net de sautiller comme une enfant ou un lutin tout fier. Avec un peu de chance elle allait lui cracher à la tête à quel point il était méchant et s’enfuir. Ce ne serait pas lui qui aurait coupé les ponts comme ça. Mais pour l’instant, elle ne semblait pas vouloir prononcer le moindre mot. Intrigué, il pencha la tête en se demandant si elle allait se mettre à pleurer. Quel point sensible il avait touché là. Puis elle avait repris sa marche, toujours sans lui répondre. Agacé, il la suivit quand même en trainant des pieds.

— Je… J’ai peut-être provoqué un bain de sang et tué des gens , il y a quelques années… Merci de t’abstenir de remarques blessantes sur ce coup là, on est quitte pour les questions personnelles.

Quittes ? Non il ne croyait pas. Il venait d’en poser une seule, elle, elle avait eu droit à des tas de questions personnelles et horriblement connes en plus.

— Peut-être ? T’en es même pas sûre ? Bah si c’est que ça, on s’en fout au pire c’est rien, ils le méritaient certainement. Plutôt que de te prendre la tête avec un truc qui est p’tet pas arrivé, cherche à savoir ce qu’ils sont devenus et s’ils bouffent les pissenlits par la racine, tant pis.

Les humains s’entretuaient depuis leur naissance sur Terre, ce n’était pas nouveau. Mêmes les animaux étaient plus pacifiques qu’eux. Vu qu’elle était à moitié animale, elle avait du chercher à se défendre ou un truc du genre. Au fond il n’en savait rien et il s’en foutait un peu. Trois morts de plus ou de moins dans le monde… il y en avait déjà tellement qu’ils étaient sans doute passé inaperçu. Mais si elle était affectée par la mort de gens qu’elle ne connaissait pas, elle était plus humaine qu’il ne l’aurait cru.

— T’as l’air triste depuis que j’ai vu ton visage. Tu voulais pas que je sache et ma réaction était pas celle que tu attendais visiblement. Avant ça tu jouais les mecs cools et là on dirait que tu as vu un fantôme. Voilà pourquoi je dis que tu fais la tronche.

Cette capacité qu’elle possédait à voir à travers lui était troublante. Même ses frères ne s’en rendaient pas vraiment compte, sauf Slender qui connaissait l’histoire. Sans doute n’avaient-ils pas le temps de lui faire une remarque vu qu’il s’enfuyait dès qu’il se sentait mal. A croire que c’était inhérent aux filles de lire en lui. Une raison de plus pour les haïr et les maudire.

— Aucune réaction n’aurait été la bonne tu sais.

Elle était franche avec lui, autant être franc avec elle. Avant cela il jouait oui. Il jouait un peu tout le temps d’ailleurs parce que la réalité était trop monstrueuse et que sinon, il aurait l’air mal tout le temps. Cela faisait trois ans qu’il n’était plus capable d’aller bien.

— Si tu t’étais enfuie en courant j’aurais été capable de m’en plaindre autant que je le fais là puisque tu es restée, même si ça restait la réaction la plus logique. Rien ne me satisfait tu vois ? On s’enfuit je râle, on reste, je râle aussi. Que tu joues les gentilles filles ne me convient pas et que tu me traites comme le monstre que je suis non plus. Rien ne me va.

C’était un constat difficile à faire et au fur et à mesure que ces mots s’imprimaient dans son esprit en même temps qu’ils les prononçaient, une boule montait un peu plus dans sa gorge. Il pensait qu’elle avait disparu avant mais voila qu’elle revenait, plus douloureuse encore. Quel être insupportable il faisait à se plaindre de tout sans apprécier ce qu’il avait déjà. C’était peut être parce qu’il ne possédait pas ce qu’il voulait. Ce fantôme justement. Au sourire avenant, au regard si doux, à la voix si belle et cajolant. Ce fantôme qu’il sentait encore parfois dans ses bras sans le voir, qui le hantait, qui réapparaissait dans chaque fille qu’il voyait. Poursuivre un fantôme ne le rendait pas heureux mais il n’arrivait pas à lâcher prise. C’était signer sa fin que de le faire, c’était au-delà de ses forces. Alors il continuait de la voir partout, punition cruelle mais bien méritée pour tout ce qu’il lui avait fait subir.
©Mako


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Jeu 7 Aoû - 20:00





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


La petite remarque sur le physique d’Emy ne l’avait même pas fait réagir car à ce moment, le ton de la conversation était léger et détendu. Pourquoi avait-il qu’il change ? Parce qu’Offendy avait posé une question assez fâcheuse. La réponse de la blonde était assez claire et elle espérait lui avoir fait comprendre qu’elle ne voulait pas en parler d’avantage. Seule-ment, comme elle pouvait s’en douter, Offendy avait fait son chieur et avait poursuivi sur le sujet.

— Peut-être ? T’en es même pas sûre ? Bah si c’est que ça, on s’en fout au pire c’est rien, ils le méritaient certainement. Plutôt que de te prendre la tête avec un truc qui est p’tet pas arrivé, cherche à savoir ce qu’ils sont devenus et s’ils bouffent les pissenlits par la racine, tant pis.

Le fait qu’Offendy ne prenne pas ça plus au sérieux de choqué pas Emy, au contraire. En réalité, s’ils devaient en parler autant que ça soit sur un ton détaché et absent. Quelque part, il n’avait pas tort. Même si elle refusait de l’admettre à voix haute, elle ne savait pas si elle les avait vraiment tués. En réalité, ce qui dérangeait vraiment la jeune femme, c’était de ne pas savoir et le fait que cela c’était passé quand elle était bien plus jeune. Emy était alors une adolescente qui n’avait pratiquement jamais vu de sang et avant de se réveiller couverte de ce liquide rouge elle était en train de se faire agresser. Sans doute était-ce ça qui la pesait, le souvenir. En soit, cela ne l’empêchait plus de dormir depuis des années.  Et puis, si elle était affectée par ça c’était aussi par égard pour les familles des garçons qui avaient « disparues ».

- T’as l’air triste depuis que j’ai vu ton visage. Tu voulais pas que je sache et ma réaction était pas celle que tu attendais visiblement. Avant ça tu jouais les mecs cools et là on dirait que tu as vu un fantôme. Voilà pourquoi je dis que tu fais la tronche.

Emy avait dit ça pour faire dévier la conversation mais n’était pas vraiment concentrée. Elle réfléchissait à ses paroles et aussi à ce qu’elle ressentait vraiment. Après tout, si elle se refusait à parler du sujet c’était plus pour éviter d’aller en taule qu’autre chose alors cela la touchait-elle encore, au fond ? Probablement pas, elle connaissait sa louve maintenant et elle savait que si Elle les avait tué, c’était pour les protéger toutes les deux. Et puis, s’ils avaient été en vie après ça, ils se seraient empressés d’aller raconter qu’ils avaient vu une fille se transformer en louve sous leurs yeux. Définitivement, leur disparition était sans doute une bonne chose. Alors pourquoi elle n’arrivait pas à oublier cette culpabilité qui se terrait au fond d’elle ?

— Aucune réaction n’aurait été la bonne tu sais, avait-il commencé. Si tu t’étais enfuie en courant j’aurais été capable de m’en plaindre autant que je le fais là puisque tu es restée, même si ça restait la réaction la plus logique. Rien ne me satisfait tu vois ? On s’enfuit je râle, on reste, je râle aussi. Que tu joues les gentilles filles ne me convient pas et que tu me traites comme le monstre que je suis non plus. Rien ne me va.

L’entendre parler l’avait fait sursauter, mais ensuite elle l’avait écouté attentivement. Sa soudaine franchise l’intrigué mais elle était d’autant plus appréciable car elle était fatigué. Cette soudaine lassitude devait provenir de ses nouvelles découvertes personnelles ou bien était-ce parce qu’être constamment en alerte lui demandait une énergie qu’elle ne voulait pas fournir. De toute manière, Emy avait pu évaluer ses forces jusqu’à maintenant et quel qu’en soit l’issue de cette soirée, ce n’était pas en restant sur ses gardes qu’elle pourrait la changer. S’il décidait de l’attaquer, elle se défendrait mais elle en pourrait pas faire plus, préparé ou non.

Après avoir conclu mentalement sur ça, elle s’était concentrée sur les paroles d’Offendy. Lui aussi semblait lasse de toute cette discussion mais surtout, elle avait l’impression qu’il avait parlé plus pour lui-même que pour lui répondre. Tout ce qu’elle comprit de ses paroles, c’était qu’essayer de se comporter d’une façon ou d’une autre ne convenait pas et lui de-mandait un effort inutile alors autant se comporter le plus naturellement possible, de toute manière, rien ne lui conviendrait.

Marcher devant lui impliqué de ne pas le voir et ce détail gênait la blonde car elle ne pouvait étudier son langage corporel. Alors elle décida de l’attendre en se retournant un peu vers lui pour le regarder malgré l’obscurité. Sa posture lui avait aussitôt apprit qu’elle avait raison et qu’il était certainement plongé dans ses souvenirs comme elle auparavant. Emy avait penché la tête en se souvenant d’une réflexion qu’elle s’était faite un peu avant. Sa comparaison aux femmes assez régulière et le fait que la situation semblait lui en rappeler une autre avait fait penser à Emy que c’était peut-être à cause de ça qu’il avait l’air triste. A cause de ce « fantôme » qu’elle avait évoqué. Peut-être que la comparaison n’était pas aussi loin de la vérité qu’elle le pensait.

- Bah… t’es un râleur et alors ? Je suis bien une chieuse. Du moment que tu te défoule pas sur moi d’être un éternel insatisfait moi ça me va.

Le chemin sur lequel ils étaient lui avait semblé vaguement familier quand elle avait posé son regard sur les alentours. Ils ne devaient plus être très loin de là où elle avait garé sa voiture.

- J’crois que c’est par là que j’ai laissé ma bagnole. Souris, je vais bientôt te rendre ta veste et te lâcher la grappe, avait-elle rajouté avec un petit sourire.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Ven 8 Aoû - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Jeu 7 Aoû - 21:31

Une rencontre... fort intéressante !


Feat Emylie Smith


Emy n’avait émis aucune réponse malgré sa légère insistance quant à ce qu’il lui était arrivé. Offendy avait bien compris qu’elle ne souhaitait pas en parler. De toute façon, que dire de plus, hein ? Elle avait peut être tué des gens, points, ça s’arrêtait là. Les circonstances, causes et conséquences ne lèveraient pas le voile sur leur possible décès ou survie. Il avait donc continué un peu machinalement pour éclaircir certains points qu’elle ne semblait pas comprendre. Ça l’attristait de devoir lui expliquer qu’il n’était jamais content, ou heureux, voire tout simplement satisfait. Même avec ses frères il avait parfois l’impression de simuler un ancien sentiment aujourd’hui perdu. Il ne pouvait plus se réjouir des petites choses de la vie vu que la sienne s’était arrêtée il y a trois ans. A quel moment avait-il laissé les choses aller si loin ? Sans doute durant cet instant même où il s’était senti amoureux. Lui qui pensait que ce serait positif, cette horreur était en train de le couler, de l’éteindre d’un souffle mourant, de le faire disparaitre comme une ombre statique sous un soleil de plomb, de le faire reculer comme une marée privée de Lune. S’il vivait c’était pour sa famille, mais aussi pour elle, un peu. Même si elle ne se rappelait guère de lui. Il se devait de la protéger jour et nuit, même si, puisqu’il n’était plus qu’un mouvement fugitif au coin d’une rue, il ne pouvait régler tous ses problèmes d’un claquement de doigts comme il l’aurait tant voulu. Inutile ? Oui, il l’était un peu. De toute façon personne ne pouvait aimer un être comme lui, qui ne s’aimait pas lui-même alors autant se résigner.

— Bah… t’es un râleur et alors ? Je suis bien une chieuse. Du moment que tu te défoule pas sur moi d’être un éternel insatisfait moi ça me va.

Offendy avait relevé la tête pour mieux repérer les yeux d’Emy qui le dévisageaient. Avait-elle à nouveau lu en lui comme dans un livre ? Il n’en savait foutre rien. Il s’en fichait en fait du moment que le sujet n’était pas évoqué plus que ça. Le grand être sourit un peu ; c’était la première fois qu’elle le traitait de râleur alors que ça faisait quelques minutes que cette petite attaque aurait sans doute du sortir vu le ton qu’il n’avait cessé d’employer alors qu’elle tentait d’être sympa avec lui. M’enfin elle l’avait fait en s’insultant par la même occasion alors il allait en profiter pour appuyer un peu là-dessus, en une vaine tentative pour chasser le fantôme qui hantait son esprit.

— Une sale chieuse même, insupportable et vilaine, franchement, ricana-t-il, employant un ton qui pour une fois ne sonnait pas comme une véritable attaque, même à ses oreilles. De toute façon je me satisferais pas de me défouler sur toi donc on va éviter pour ce soir oui…

Là, il était clair que même ses des envies meurtrières avaient traversé son esprit, il ne lui ferait pas grand-chose. Il ne gâchait pas de la nourriture même si elle ne semblait pas bien consistante pour nourrir un type comme lui. Une et un quart voire deux si jamais il se laissait un peu trop mourir de faim mais pour l’instant c’était pas la peine. Il savait déjà qu’il se la réservait pour plus tard.

— J’crois que c’est par là que j’ai laissé ma bagnole. Souris, je vais bientôt te rendre ta veste et te lâcher la grappe.

Intrigué, il se rapprocha soudain d’elle. Des voitures il en voyait des tas en ville. Ça ne sentait pas très bon mais ça semblait très amusant à piloter. Et ça explosait bien quand il réussissait à forcer le capot, à foutre de l’alcool partout puis à faire flamber le tout avec un briquet. Il appréciait particulièrement le faire durant le jour de l’an parce qu’il avait l’excuse d’une nouvelle année qui recommençait. Pour ses trois cents ans, il cramerait trois cent voitures, voila.

— T’as une tuture, toi ?

Offendy n’avait certes pas oublié son manteau mais, sachant qu’il allait le récupérer et dans le cas contraire, exiger d’elle qu’elle lui la rende, la voiture venait de passer en premier plan. Il n’en avait jamais piloté une, il voulait essayer. Cela lui ferait peut être oublier ses tracas temporairement. Dépassant Emy, il s’était élancé sur ce petit sentier qu’il ne reconnaissait pas vraiment, sans doute parce qu’il l’empruntait rarement. Il y avait mieux pour atteindre Lane très vite. Puis, lorsqu’il avait remarqué un scintillement métallique blanc à une vingtaine de mètres, il s’était mis à courir en ricanant. La blonde devait bien le suivre de toute façon, même de loin, mais au moins il pourrait profiter de la voiture. Elle était grande et toute blanche, luisante sous la lumière de la Lune. Même s’il avait l’habitude d’en voir de près et de péter des rétroviseurs, Offendy ne peut s’empêcher de lui tourner autour et sauta sur le toit. Fallait bien tester à quel point c’était résistant et maintenant, il était même plus grand que Splendy. Dommage que ce dernier n’ait pas été là pour voir ça, ils se seraient amusés à la faire tanguer. Mais quand un de ses tentacules s’enroula autour de la poignée et tira fort, il n’obtint aucun résultat si ce n’est la sonnerie de l’antivol. Il doutait avoir le droit de péter la vitre et le tableau de bord pour la faire taire.

— Emyyyyyyyyyyyyyyyyy ! râla-t-il, parce qu’il voulait qu’elle l’éteigne pour qu’il s’amuse encore un peu.

Quoi ? Lui, un gamin ? Bon peut-être mais il fallait le comprendre en presque trois cents ans d’existence il n’avait pas réellement pu en profiter une seule fois. S’il s’attardait près d’une voiture qu’il tentait de braquer, les flics arrivaient et il ne devait pas être attrapé. Les conséquences seraient désastreuses. Finalement Offendy sauta à terre et tâcha de prendre ses deux mains pour ouvrir la portière côté conducteur qui résistait. Par la même occasion il jeta un coup d’œil à l’intérieur et trouva ça vraiment petit pour un grand dadet comme lui, mais c’était pas grave. Alors il tâcha de se tourner vers Emy, avec le plus grand sourire du monde. Un sourire qui se voulait adorable, quoique plein de dents.

— Est-ce que je peux conduire ? Dis oui ou j’te viole ! T’as pas l’droit de dire non !

Après ce qu’il lui avait dit, il était clair qu’il s’agissait d’une menace en l’air. Il n’avait pas sa tête de type sérieux et menaçant de toute façon. Allez, il voulait juste s’amuser, oublier tout ce qui s’était dit, tout ses souvenirs qui le prenaient à la gorge. Le changement avait été fulgurant et il se doutait qu’il se déliterait de la même manière. Il avait bien le droit de rouler un peu, il l’avait jamais fait.
©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   Ven 8 Aoû - 0:56





« Une rencontre... Fort intéressante ! »


La réflexion d’Emylie sur le caractère d’Offendy avait pour but de détendre à nouveau l’atmosphère, c’était pour cela qu’elle s’était aussi critiquée, consciente qu’elle lui tendait une perche. Et comme elle l’avait envisagé, il l’avait saisi.

— Une sale chieuse même, insupportable et vilaine, franchement. De toute façon je me satisferais pas de me défouler sur toi donc on va éviter pour ce soir oui…

Décidément, Offendy était une créature très surprenante.  Maintenant qu’il l’insultait c’était sur un ton neutre, comme s’il lui parlait de la météo alors qu’une seconde avant ou presque il la traité de connasse en gueulant. Décidément, il était très étrange mais en même temps, cela plaisait à Emy. Elle avait donc sourit, d’autant qu’en plus ils allaient bientôt arriver à sa voiture et qu’elle avait hâte de se changer. La veste d’Offendy était bien pour éviter le froid,  aucun souci, mise à part que ça ne couvrait pas ses pieds qui commençaient à la faire souffrir et qu’un manteau n’était pas un vêtement dans lequel on pouvait se mouvoir convenablement ni se sentir à l’aise.

Après son annonce, Offendy s’était soudain approché d’elle alors qu’il répugnait presque à marcher à son côté quelques minutes avant. Son attitude était différente, il avait l’air… comme un petit chat qui découvre sa nouvelle maison. Curieux.

—T’as une tuture, toi ?

Avant qu’elle ne puisse répondre, il avait accéléré le pas, la dépassant pour marcher dans une direction qu’il ne savait même pas si c’était la bonne. Le voir comme ça amusait Emy et elle slaloma un peu plus vite entre les arbres pour ne pas se faire trop distancer.  Finalement, entre le feuillage et les buissons, elle avait finis par remarquer sa voiture et Offendy aussi visiblement puisqu’il s’était mis à courir dans cette direction en ricanant de façon peu rassurante. Au vu de son attitude, Emy c’était demandé ce qui pouvait bien le rendre comme ça et la seule réponse était le fait qu’elle ait une voiture. Bien sûr, le concept qu’il soit intrigué et aussi impatient pour une bagnole était étrange d’autant que des engins pareil il y en avait un peu partout de nos jours.

En pensant à ça elle s’était demandé si Offendy ne vivait pas dans les bois justement, là où elle l’avait rencontré. Il avait dit avoir déjà été en ville et ses cigarettes en étaient la preuve mais avec sa tronche, ça devait être dur de vivre en ville, d’obtenir un logement, un travail pour payer le loyer et tout ça. D’ailleurs, comment pouvait-il bien gagner de l’argent pour acheter ses clopes ? N’avait-il pas dit qu’il avait un bureau de tabac à piller ?  Sur qui était-elle tombée ce soir ? Elle avait décidément pas mal de questions en tête concernant Offendy et malheureusement la plus part resteront certainement sans réponses.

En le rejoignant, Emy avait pu le voir tourner avec intérêt autour de sa Mercedes blanche datant d’au moins son âge, à savoir dix-neuf ans. Ce n’était pas une voiture de luxe et c’est tout juste s’il y avait un lecteur de cd mais au moins, la jeune femme avait un moyen de transport. Ses parents avaient beau avoir des finances aisées et ne pas rechigner à gaspiller de l’argent, Emylie s’était refusé à leur demander leur aide lorsqu’elle s’était installée à Lane. Son travail lui avait été proposé par sa meute et son appartement lui était loué à bas prix grâce à un autre loup propriétaire de plusieurs appartement en ville. Elle ne vivait peut-être pas dans le grand luxe qu’elle avait quand elle était chez ses parents, mais elle avait son petit confort et c’était bien plus simple pour elle.

Après qu’Offendy eut fait plusieurs fois le tour de la voiture sous les yeux intrigués de la blonde, elle l’avait vu sauter sur le toit, comme ça d’un bond. L’incrédulité avait remplacé la curiosité et l’amusement de la jeune femme, écarquillant ses yeux et la laissant bouche-bée. Pourquoi sautait-il sur sa voiture ?! Une légère pointe d’angoisse l’avait saisi au ventre quand elle avait envisagé un dérapage et que ses tentacules s’étaient mis frétiller dans son dos avec plus d’intensité. L’un d’eux avait saisi la poignée de la portière conductrice pour essayer de l’ouvrir, déclenchant une alarme stridente et que toute les lumières s'étaient mises à clignoter.

Spectatrice de ce spectacle impossible, Emy en était restée muette et légèrement sous le choc. Ce soir, elle allait de surprise en surprise. Après avoir rencontré un Offendy charmeur et taquin, elle avait eu le droit à un Offendy enragé et violent puis à Offendy triste et boudeur et maintenant elle avait le droit à Offendy le grand gamin surexcité qui sautait sur sa voiture puis déclenchait l’antivol histoire de réveiller tous les animaux de la forêt ! Mais combien avait-il de casquette ?!

— Emyyyyyyyyyyyyyyyyy !

L’entendre prononcer son nom de la sorte l’avait fait sursauter, la ramenant à la réalité de la chose même si elle se croyait totalement dans une autre galaxie. Elle s’était approchée pour récupérer ses clés planquées sous l’aile avant droite de sa voiture, juste au-dessus de la roue dans le pare-boue.  Une fois son trousseau en main, elle avait appuyé sur le bouton pour couper l’alarme, ramenant le calme. Emy préférait largement le son des feuilles qui bougent en fonction du vent au cri aigu de sa voiture.

- Mais qu’est-ce que tu fous, bordel ?!

Elle n’était pas énervé mais seulement très surprise et elle n’allait pas arrêter de l’être de sitôt à son avis. La jeune femme avait ouvert la portière arrière pour récupérer ses fringues et surtout ses chaussures. Avec un soupire elle avait retiré la veste d’Offendy en la pliant rapidement pour la poser sur le siège avant d’enfiler ses sous-vêtements tandis qu’Offendy avait sauté par terre. Sans doute n’aurait-elle pas rougit si ce matin-là elle n’avait pas décidé d’enfiler un ensemble de sous- vêtements rouge vif en dentelle uniquement. Pourquoi fallait-il toujours que quand elle décide de faire un petit effort vestimentaire, elle se retrouvait toujours soit tachée ou avec des vêtements en morceaux ou dans une situation pareille? Autant se transformer et se retrouvé nue face à Offendy ne l’avait pas tellement dérangé, trop occupé à être sur ses gardes et paraître menaçante autant se retrouver en lingerie fine et sexy la gênait un peu plus. Emy était bizarre mais ça n’était pas nouveau.

Malgré ses réflexions assez prenantes, elle avait enfilé son haut rapidement, rejetant ses cheveux bonds dans son dos avant de mettre son jean. Elle avait aussi mis ses baskets sans prendre la peine d’enfiler ses chaussettes. Si elle s’en tirait avait seulement des ampoules aux pieds, cela serait un miracle vu comme sa peau la tirait à présent.

Quand elle avait eus finit, elle avait récupéré la veste d’Offendy pour la lui donner et s’était redressé en fermant la portière. Quant à lui, il s’acharnait sur celle conducteur, la seule qui ne marchait plus avec le déverrouillage automatique. Il s’était tourné vers elle en lui faisant le plus grand sourire qu’elle l’avait vu arborer jusqu’à maintenant, ne cachant pratiquement plus son visage. Elle avait haussé un sourcil, méfiante. Il semblait trop parfait ce sourire et aussi trop… Moqueur.  

— Est-ce que je peux conduire ? Dis oui ou j’te viole ! T’as pas l’droit de dire non !

Nouveau choc pour Emy, si on pouvait qualifier ça comme ça. Qu’Offendy veuille conduire ne la choquait pas dans la mesure où il semblait attiré par tout ce qui concernait sa voiture. C’était plutôt le fait qu’il devait, à la base, uniquement la conduire jusqu’ici pour qu’elle lui redonne sa veste une fois habillé. Maintenant que c’était chose faite, elle ne comprenait pas pourquoi il lui demandait de conduire, surtout que ça impliquait aussi de passer un peu plus de temps avec elle.

Et puis il y avait aussi le fait qu’il venait la menacer de la violer si elle refuser. Certes, cela ressemblait à une plaisanterie vu le ton qu’il utilisait, mais qui de sensé utiliserait la menace du viole pour rire ? Pas Offendy visiblement, mais il ne ressemblait pas à une personne sensé en fait. Mais quand même. L’idée qu’il pense à ça aussi spontanément incité Emy à se demander ce qu’il pouvait bien faire de son temps libre mise à part regarder les étoiles au milieu des bois, tout seul. Mais après réflexion, elle en était arrivé mentalement à la conclusion qu’elle ne voulait pas le connaitre à ce point, ce détail pouvait rester confidentiel, elle n’irait pas chercher plus loin de ce côté.

En plus, Offendy lui avait dit qu'elle n'avait pas le droit de refuser. Au contraire,elle avait tout les droits puisque c'était sa voiture déjà. Mais il avait parlé d'un ton similaire à celui d'une adolescente à qui on interdit de sortir ou à un gamin pourri-gâté à qui l'on refuse de lui acheter le dernier jouet à la mode. Emy n'était tenu de rien vis à vis de lui d’ailleurs si ce n'était lui rendre sa veste, chose qu'elle avait fait en faisant le tour de la voiture afin de lui tendre le manteau vaguement plié en le remerciant au passage, le gratifiant même d’un sourire reconnaissant.

- Pourquoi est-ce que je te laisserais conduire ma voiture au juste ? Je croyais que tu voulais juste récupérer ta veste ?




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre... Fort intéressante [avec Offendy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une organisation intéressante(Pv Zunder D taker)
» Enfin une petite occupation intéressante [Libre]
» Phrases intéressantes.
» Description d'Oak Town
» Que le sang coule !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Path of the Black Leaves :: Les Lieux :: L'immensité végétale :: La forêt-