Le premier Forum RPG basé sur la légende urbaine du Slenderman.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hysteria {feat Offendy & Splendy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Ven 25 Oct - 16:11

Hysteria


Matthew Bellamy & Splendy



Offendy n’avait pas l’habitude des joggings en forêt mais une rumeur avait fini par l’atteindre et l’heure pressait. Non, pas une rumeur, une nouvelle. Très importante pour lui mais très préoccupante pour son grand frère Slender qui n’avait clairement pas les même priorités. Alors, après sa nuit passée à somnoler sur un toit au cœur même de Lane, après sa longue matinée à écouter distraitement les passants,  il se précipitait pour rentrer au bercail. Après tout, Muse était en ville. Muse allait donner un concert ce soir. Un concert en forêt. Ne pas avoir l’argent pour acheter des billets, il s’en foutait un peu, il pourrait aisément observer ce magnifique spectacle qui n’arrivait qu’une fois dans sa vie depuis un arbre. Muse quoi ! Un groupe qu’il adorait par-dessus tout ! C’était à la fois génial et affolant. Il se sentait transporté par une excitation encore méconnue à ce jour, qui ne devait pas lui être arrivée depuis qu’il avait subi le choc. Il avait toujours eu l’impression que certaines des chansons de ce groupe magique lui correspondaient parfaitement. Certaines le rendaient tristes, d’autres l’apaisaient. Et surtout ses membres semblaient si déjantés et loin de la norme dite ‘‘humaine’’ qu’ils étaient souvent critiqués. Un léger point commun avec lui et les Slender-Like en général quand on y pensait.

Il devait être au moins 14 heures lorsque les cris d’Offendy se firent entendre dans la canopée. Puisqu’ils se résumaient à « Slendyyyy ! », l’intéressé se douta bien que son jeune frère voulait le voir. Slender eut juste le temps de se retourner pour stopper son congénère essoufflé qui était prêt à lui sauter dessus. Ce dernier prit le temps de reprendre son souffle avant de commencer à parler sinon ce serait incompréhensible.

— J’ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle pour toi Slendy, laquelle tu veux en premier ?

— Une nouvelle n’est jamais bonne ou mauvaise pour moi Offendy, je les prend de la même façon alors c’est à toi de voir.


Il allait ouvrir la bouche pour exprimer toute son excitation lorsque Trendy se pointa avec son appareil photo pour les éblouir d’un flash. Son excuse ? « C’est tellement rare de te voir sourire comme ça qu’il fallait que j’immortalise. ». S’il ne s’était pas enfui au courant, il se serait pris un coup. Cela dit, la flopée d’insultes qu’Offender envoyait ne le manquait pas. Un soupir de leur grand-frère à tous, symbole d’autorité, suffit à faire taire les hostilités au fond d’un grognement agacé.

— Alors ?

— Ah oui ! Muse est à Lane et va faire un concert ce soir.

Un silence interdit salua ses paroles triomphales. Il fixa son frère. Son frère le fixa. Offendy répéta, de peur qu’il ait mal compris mais toujours aucune réaction. Il l’attrapa par sa veste noire et le secoua comme si cela marcherait, qu’à force d’être balloté il s’en souviendrait. Rien.  Alors il recommença à verbaliser une troisième fois, sa patience tendant lentement vers ses limites.

— Muse ! Mais Muse quoi ! Bordel de merde en 700 ans d’existence t’es aussi inculte ?!

Non, décidément, Slender ne connaissait pas. Histoire de se venger de Trendy, le grand humanoïde enveloppé dans son manteau partit lui prendre son portable des mains et ses écouteurs en lui crachant un « ta gueule » pour faire taire ses protestations. Une rapide recherche internet  le mena à Youtube, une autre à Supermassive Blackhole et il colla rageusement le casque audio de son frère sur la tête de Slender, sans écouter ses soupirs.

— Tu écoutes ça, tu savoures et tu te la fermes.

Bien évidemment, aucune réaction ne se fit entendre ou voir chez lui pendant qu’il écoutait. Si la musique éveillait des émotions, cela ne marchait pas chez lui. Il ne s’attardait que sur les faits.

— C’est un homme ou une femme qui chante ? La voix est assez perchée.

— C’t’un mec !

— Il est eunuque ?

— Quoi ?

— Slender demande s’il a eu une ablation des organes génitaux pour stopper la production de testostérone qui donne une voix grave aux hommes, histoire qu’il puisse garder une voix aigue, pointa Trendy qui tapait du pied juste à côté, attendant qu’on lui rende ses biens.

Sa main était aussi posée sur l’épaule de son frère en costard noir. S’il ne l’avait pas fait, la seule chose qu’il aurait entendu dans ces écouteurs serait un drôle de crépitement. Mais évidemment, personne ne pensait à cela sauf lui. Il finit par récupérer toute sa technologie que Slender avait décidément du mal à gérer et s’éloigna après avoir vissé sa musique à lui sur ses oreilles.

— Z’êtes cons ma parole.

— Le suis-je trop pour me tromper en disant que leur arrivée était la bonne nouvelle ?

Un grognement prouvant qu’il avait raison lui répondit et Offendy planqua ses mains dans ses poches, peu désireux d’annoncer la suite. Il savait que ça n’allait pas lui plaire. Il hésita longuement, cherchait à biaiser un peu mais le tact n’était pas son fort non plus.

— La mauvaise nouvelle c’est qu’ils font leur concert de ce soir en forêt. Et que… euh… bah y’aura beaucoup de monde.

Nouveau silence qui dura une bonne minute. A croire qu’il se préparait psychologiquement à ce qui allait suivre. En réalité, il était plutôt soulagé de savoir que son grand frère ne ressentait rien. Cela lui éviterait l’affolement, voire la panique. Cela dit, il était toujours capable de pousser une gueulante.

— Où ça exactement ? Et combien d’humains ?

— Assez loin d’ici, du côté des troncs renversés. Je connais pas exactement le nombre composant le troupeau de moutons qui bêlera à l’unisson à la vue du groupe mais vu qu’ils sont relativement connus… Je dirais entre 500 000 et 800 000 personnes.

Slender ne sembla pas tomber des nues. Non, il eut l’air de les dégringoler. Offendy se raidit, prêt à se prendre un tas de phrases au vocabulaire recherché à la face mais rien ne vint. Son frère s’adossa juste à un tronc d’arbre, silencieusement atterré.

— Il y aura au minimum un demi-million de personnes en forêt ce soir… J’avoue que si c’est une blague, elle aurait eut un effet désopilant sur quelqu’un d’autre.

— C’est pas une blague Slendy.

— Je n’ose même pas imaginer les dégâts qu’ils vont causer, ces maudits humains ne respectent jamais rien et surtout pas la nature.

— Ça sera jamais que de l’herbe piétinée et des buissons coupés hein, déclara Offendy avec un haussement d’épaules. C’pas comme s’ils allaient faire une méga randonnée en forêt jusqu’au passage des feuilles noires en temps que touristes venus voir des trucs paranormaux ou je sais pas quelle autre connerie.

— Si un demi-million de personne débarquait dans ta maison pour y mettre le désordre et possiblement tout dégrader, tu réagirais de façon autrement plus agressive que la mienne. Il vaut mieux pour eux qu’aucun ne se perde.

Nouveau silence. Il fallait s’y habituer. Offendy préféra ne pas répondre parce que l’entêtement était un gêne inhérent à tous ses congénères, lui y compris. Le pire avec Slender, c’était qu’il n’était pas sensible à la persuasion et qu’avec toutes ses années de vie, il en savait souvent plus que les autres pour avoir toujours raison. Sauf sur Muse apparemment. C’était lui le plus âgé, lui le plus sage et posé. Alors les autres l’écoutaient, point. D’autant qu’il valait mieux lui obéir à lui plutôt que de devoir obéir à leur père. Davantage de libertés, une menace moindre en cas de dérogation aux règles. Cela dit, mieux valait ne pas désobéir au gentil ainé malgré tout.

— J’pensais y aller et emmener Splendy avec moi. Histoire de l’occuper un peu parce que ça arrive pas souvent.

— Emmener Splendy au milieu d’une foule immense et hostile ? Tu tiens vraiment à ce que nous nous fassions remarquer ?

— Tu peux arrêter pendant quelques putains de secondes de faire ton rabat joie ? Vous ne cessez de râler et de vous plaindre soi disant parce que j’en ai rien à branler et que je partage rien avec vous et quand enfin j’veux tenter un truc on m’dit non ? Tu m’prends pour un gamin ou quoi ? J’suis grand merde, je sais m’occuper de mon frère aussi chahuteur soit-il ! Il se passera rien on restera à l’écart, tu crois qu’on va se foutre en plein milieu de la foule comme des cons ?

Le plus vieux ne répondit rien, sans doute perdu dans ses réflexions. Finalement il poussa un soupir qui laissait légèrement présager une victoire pour Offendy et s’éloigna en déclarant :

— Laisse moi y réfléchir quelques heures.

L’impatient grogna de frustration et ses tentacules blancs saisirent une branche sur laquelle il alla se percher, les bras croisés. Effectivement, les heures, elles défilèrent et toute l’après midi se déroula ainsi. Splendy à qui la conversation n’avait pas échappé semblait lui tourner autour, intrigué pendant qu’il faisait semblant de somnoler sans l’écouter. Finalement le crépuscule apparut avec des nuages qui semblaient s’enflammer de lueurs dorées. Puisque Slendy semblait toujours pensif dans son coin, Offendy en profita pour ramasser du bois et faire un petit feu dans un coin. Ce ne fut qu’une demi-heure plus tard alors qu’il observait les flammes que son grand frère revint le voir.

— C’est d’accord, concéda-t-il.

Alors qu’Offendy souriait déjà et s’apprêtait à exprimer sa joie, il se fit couper froidement et sérieusement. Évidemment, les conditions. Il ne pouvait pas y couper mais il accepterait tout et n’importe quoi pour aller à ce foutu concert.

— Ne vous faites pas remarquer c’est tout ce que je demande. Pas de bêtises ou de débordements, tu surveilles Splendy. Quant à toi, si tu pouvais éviter de jeter des pétards dans la foule ou de faire disparaître des filles, tâche juste d’empêcher les humains de se disperser et de se paumer dans la forêt, je t’en serais reconnaissant. Mieux vaut ne pas me décevoir.

— T’inquiète tu peux compter sur moi, je gère ! promit-il en tapotant l’épaule de son aîné avec assurance.

Avec précipitation, Offendy partit chercher son petit frère et l’attrapa par la manche pour attirer son attention.

— Hé la demi portion, on va à un concert ce soir tu vas t’en prendre plein les mirettes ! Suis moi on a de la route à faire !

Il finit par le tirer et l’entraîner avec lui dans les bois, sous l’air neutre mais sans doute légèrement inquiet de Slender. Du moins, inquiet s’il avait pu l’être. Il fit attention à ne pas aller trop vite pour son petit frère, il ne manquerait plus qu’il trébuche, se cogne ou s’emmêle. Les festivités commençaient vers 19h40, ils avaient encore un peu de temps devant eux mais les arbres renversées se trouvaient loin en contrebas de la montagne. Il s’occupa de lui expliquer ce qu’était un concert, lui répéta les recommandations de son aîné car il les respectait toujours mieux et le prépara mentalement du mieux qu’il put face à la foule énorme qu’il y aurait. Sans oublier les lumières colorées qui illumineraient tout, les basses qui feraient vibrer le sol et surtout la musique. Ah la musique… une des seules choses sur terre qui lui permettait de trouver du réconfort.

Manque de chance, Splendy semblait si enchanté de partager un moment avec son grand frère et si excité par le spectacle qui s’annonçait, qu’il finit par partir aussi vite qu’une fusée entre les arbres. La soirée commençait mal s’il devait lui courir après. Agacé, il s’acharna à hurler son prénom en lui ordonnant de revenir mais seul le vent lui répondit. Forcé de partir à sa poursuite, il grommela et accéléra lui aussi ses foulées, s’allumant une cigarette au passage histoire de se détendre. Au loin, en un faible écho fendant la nuit, on entendait déjà la foule hurler. Offendy eut beaucoup de chance de retrouver son frère en fait. Il le vit grandir, accroché aux branches d’un arbre. S’il était resté minuscule, il serait sans doute passé à côté sans le remarquer.

— Tu fous quoi dans cet arbre ? C’est pas l’moment de jouer au singe, allez descend !

Il attendit. Patiemment. Il fallait toujours être patient avec Splendy. D’après ses explications il avait croisé un petit humain barbu qui s’était enfui en courant. Il semblait être parti du bon côté alors, ne pas s’être enfoncé dans la forêt. Cachés par le couvert des arbres, ils arrivèrent finalement sur les lieux du concert et observèrent la scène de loin. Le seul mot qui échappa à Offendy fut :

— Putain…

Jamais il n’avait vu un tel attroupement d’humains au même endroit, on aurait dit une marée d’insectes qui criaient et s’agitaient dans tous les sens. Il était soufflé, dans tous les sens du terme.

— T’as vu ça, c’est énorme ! s’écria-t-il en secouant légèrement son congénère.

Se sentir aussi heureux et excité était tellement rare… il n’y était plus réellement habitué. Attrapant son frère par la main, il l’entraîna un peu plus près de la scène mais un peu plus loin de la foule et finit par grimper dans un chêne au tronc noueux et aux branches épaisses et feuillues. Idéal pour se cacher et ne pas être facilement aperçu.

— Tâche de bien te tenir et de pas t’emmêler, j’m’en voudrais de devoir te ramasser à la p’tite cuillère parce que t’es tombé comme une noix trop mûre.

Ils attendirent avec impatience que l’heure arrive, observant cette foule d’être vivants étranges qui leur ressemblait tant et qui pourtant semblaient si éloignés. Oui, le chaos était bel et bien présent dans cette portion de la forêt que l’homme pensait à présent dominer. Il ne fallait pas oublier que ces arbres déracinés qui jonchaient le sol n’étaient pas de leur fait et que les forces de la nature ne se laissaient pas dompter si facilement. Comme pour confirmer cela en parfaite ironie,  le concert débuta sur Uprising en un jeu de son et de lumière époustouflant. Honnêtement, Offendy se retenait un peu de ne pas crier à s’en déchirer les cordes vocales comme les fans le faisaient. Un jour, il faudrait vraiment qu’il apprenne cette chanson au violon, ses paroles et ses notes étaient tout simplement parfaites, incitaient à la rébellion.

— Hé Splendy regarde ! Celui qui chante là, il s’appelle Matt, c’est un Dieu tu sais, il est génial ! Le blond avec un sourire aussi brillant que l’éclairage il s’appelle Dom, parait qu’il est gay comme Trendy. Et le grand baraqué qui joue de la basse c’est Chris, il est trop classe ! Tu retiens hein, faut pas oublier ça c’est pour ta culture, les filles vont t’adorer si tu sais ça.

Bah quoi ? Il n’avait pas le droit de faire un peu d’éducation musicale ? Il avait bien compris que son humeur souvent changeante et agressive pesait à son frère et il trouvait ça vraiment reposant de partager un moment de joie passionnée avec lui tel que celui-ci. C’était important bien qu’il n’en laisse rien paraître. Il savait que cet état dans lequel il était plongé était source d’inquiétude, c’était aussi un moyen pour le rassurer. Pour lui dire sans mot une pensée ressemblant à : « hey, tu vois cette fois tout ne va pas mal pour moi, je peux encore être heureux. ». Alors il tâchait de profiter du spectacle et de profiter de la présence de son frère en même temps, fredonnant les paroles tout en les apprenant au grand clown qui l’accompagnait.

©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Sam 26 Oct - 16:51

Splendy avait faim. Et Splendy détestait avoir faim. Parce que Splendy n’avait jamais mangé de toute sa petite vie. Manger c’était pas bien. Manger c’était faire mal. Manger c’était être méchant. Très méchant.

Quand Splendy avait faim il essayait d’abord de pas y penser. Il allait jouer dans la forêt, dans le fond le plus loin possible des humains. Parce que Slpendy savait que manger, ça avait un rapport avec les humains. Qu’il se passait quelque chose d’horrible dont ses frères ne voulaient jamais parler. Splendy était triste. Il était triste quand il y pensait. Mais en fait Splendy il savait pas trop trop à quoi il pensait quand il y pensait. Manger il savait pas ce que c’était. Il savait juste que c’était pas bien. Il savait juste que c’était sale, dangereux et méchant. Et qu’il y avait du sang.

Un jour Slender était revenu de chez les humains et Splendy était tout petit parce qu’il voulait jouer avec les fourmis mais les fourmis voulaient pas jouer avec Splendy alors Splendy il était triste parce que les fourmis faisaient que travailler et elles voulaient pas jouer, un peu comme Slender qui sourit jamais même quand il joue avec Splendy.
Et Slender était revenu de chez les humains et Splendy il était sorti de la fourmilière et il s’était secoué parce qu’il avait de la terre partout et d’ailleurs en entrant chez les fourmis il avait perdu ses grelots en devenant tout petit parce que quand il devenait tout petit ben les grelots ils restaient gros et du coup ils tombaient et après Splendy devait les chercher pendant loooooongtemps parce que des fois ils étaient sous les feuilles et… Slender était revenu de chez les humains. Slender il allait pas souvent chez les humains d’ailleurs, il aimait pas les humains Slender, il disait tout le temps qu’ils étaient pas gentils avec les méchants arbres et qu’ils faisaient n’importe quoi mais Splendy lui il aimait bien les humains les méchants arbres il en avait rien à fiche et…

Slender était revenu de chez les humains et il y avait du sang sur lui, du sang partout, du méchant sang tout rouge. Alors il était devenu tout petit. Et Slender l’avait pas vu. Et il avait pas parlé. On parlait pas du sang tout rouge qui fait peur et qui fait mal.

Mais quand Splendy il avait faim,  il essayait d’abord de pas y penser. Il allait jouer avec les lapins, et puis après des fois il y avait des papillons et souvent les méchants arbres lui faisaient mal. Il jouait avec les papillons loooongtemps et puis il arrivait plus trop à les attraper.

Au bout d’un moment Splendy il voyait plus très bien et il commençait à plus pouvoir trop jouer alors il s’asseyait et il jouait avec ses tentacules en chantonnant. Il avait envie de faire dodo beaucoup et puis mal au ventre… très beaucoup mal au ventre.

Mais il essayait encore de pas y penser et puis quand vraiment il avait trop beaucoup très mal, il voulait se lever pour voir Trendy. Des fois il y arrivait pas trop trop  et c’est la seule fois où les arbres étaient gentils avec Splendy, il lui tenaient la main un peu, mais le sol il était plus très très sage, il faisait des vagues.

Ce jour là, Splendy il voulait vraiment pas y penser du tout du tout. Il était resté assis à jouer tout seul longteeeeeeeemps et puis il avait voulu aller voir Trendy. Il avait tellement mal au  ventre qu’il pleurait un peu. Les méchants arbres ils avaient pas voulu l’aider et puis il était tombé. Il était resté tout seul parce qu’il pouvait plus bouger.

Et puis il avait fait dodo un moment.

-Splendy ? Tu m’entends ?

Splendy battit des paupières, il se sentait tout pas bien, tout malade. Les mains de Trendy étaient blanches. Splendy il voyait pas très très bien. Il se frotta les yeux. En tout cas Trendy il était pas content du tout. Du tout du tout.

-Combien de fois il faut que je te le dise ! N’attend pas la dernière minute pour venir me voir. Un jour… ça va mal finir et tu le sais Splendy.

Trendy était en colère mais il était quand-même gentil et puis Splendy était triste alors il fit un câlin à Trendy. Il pleurait aussi un peu. Il avait eu peur.

Splendy se sentait mieux alors il se releva. Trendy mis les mains sur les hanches.

-Allez viens… je crois qu’Offendy est là.

-Sleeeeennndddyy !!

Splendy tendit l’oreille. Offendy était… content ? Offendy était content ? Offendy était content ! Il était content ! Content ! Content ! Content ! Content ! Content ! Content ! Connnntttteeeeeennnt !!!!

Mais Splendy venait faire une bêtise alors il voulait pas qu’Offendy le voit parce qu’après il allait se mettre en colère. Du coup il devint tout petit et alla se suspendre à un arbre pendant qu’il parlait avec Slendy.

-J’ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle pour toi Slendy, laquelle tu veux en premier ?

- Une nouvelle n’est jamais bonne ou mauvaise pour moi Offendy, je les prend de la même façon alors c’est à toi de voir.

Splendy comprenait pas trop trop, mais il sentait qu’Offendy était vraiment trèèèèès content. Alors Splendy il l’était aussi tellement qu’il se balançait.  Trendy était arrivé tout discret par derrière avec l’appareil photo. Splendy avait rigolé un peu mais comme il était tout petit personne l’entendait. Et hop Flash ! Attrapé Offendy ! Attrapé, attrapé ! Hihi !

-C’est tellement rare de te voir sourire comme ça qu’il fallait que j’immortalise.

Splendy rigola encore un peu, mais il était un peu triste aussi. Offendy il était pas souvent content. Pas souvent du tout…C’était la fête quand Offendy était content. Wouhou ! Mais Splendy voulait que ça soit la fête tout le temps.

-Alors ?

-Ah oui ! Muse est à Lane et va faire un concert ce soir.

Un concert ? Splendy chercha dans sa mémoire ce que ça voulait dire ce mot un moment. Qu’est ce qui pouvait rendre Offendy si content ? Il avait trop hâte de le savoir. Et puis Splendy se rappela qu’il avait déjà entendu ce mot. Il l’avait entendu un jour où Offendy avait sorti son violon et Splendy l’écoutait. Splendy il aimait bien quand Offendy jouait de la musique mais c’était l’heure d’aller faire dodo. Alors Slender avait dit « Allez on arrête le concert maintenant… »

Un concert… ça voulait dire qu’il allait y avoir de la musique. Et Splendy était encore plus content parce qu’Offendy était content et qu’en plus il allait y avoir de la musique et Splendy aimait vraiment la musique très beaucoup beaucoup. Surtout celle qui rendait Offendy content.

-Muse ! Mais Muse quoi ! Bordel de merde en 700 ans d’existence t’es aussi inculte ?!

Muse…. Muse… mumuse ! En tout cas ils allaient s’amuser. Il savait plus trop trop c’était quoi Muse mais il lui semblait que la dernière fois qu’il avait entendu Muse lui et Offendy était contents tous les deux. Mais Slendy avait pas l’air inquiet un peu alors Splendy avait peur qu’il prenne sa grosse voix méchante et qu’il dise le mot qu’il aimait pas : « non »

Offendy prit le truc à musique de Trendy et il força Slendy  à écouter.

-Tu écoutes ça, tu savoures et tu te la fermes.

Splendy attendit que Slendy soit content aussi comme Offendy parce que la musique ça rend les gens contents en même temps des fois. Mais sur Slendy ça marchait pas trop trop. C’était dommage. Splendy espérait qu’il allait pas dire non.

-C’est un homme ou une femme qui chante ? La voix est assez perchée.

-C’t’un mec !

-Il est eunuque ?

-Quoi ?

-Slender demande s’il a eu une ablation des organes génitaux pour stopper la production de testostérone qui donne une voix grave aux hommes, histoire qu’il puisse garder une voix aigue,

Splendy il savait pas c’était quoi un eunuque et puis il avait pas du tout compris ce que Trendy avait dit mais il s’en fichait parce qu’Offendy était encore content et c’était pas souvent !

Mais après Offendy et Slender ils eurent une conversation de grands. Slendy il avait pas l’air en colère un peu. Ils avaient dit qu’il y allait avoir pleins de monde et Splendy était content parce que pleins d’humains allaient venir près de la forêt avec la musique et tout et tout et au moins pour une fois ils seraient pas tous obligés de rester tout seuls au fond de la forêt. Et puis encore mieux ! Slendy il avait dit que Offendy ben il allait s’occuper de Splendy, donc ils allaient aller là bas peut-être tous les deux !

Splendy était vraiment trop cont…. Aaaaaaaahh paf !

Splendy il était tellement heureux qu’il s’était balancé un peu trop fort. Et donc la tentacule de Splendy avait lâché et puis ben Splendy ben il était tombé tête première dans les feuilles. Les arbres étaient méchants mais les feuilles étaient gentilles et du coup Splendy s’était pas fait trop mal. Ils avaient encore un peu parlé et puis Splendy il avait entendu sans bouger le nez dans le parterre.

-Laisse moi y réfléchir quelques heures.

Ah non Splendy il aimait pas quand Slendy il réfléchissait trop. Et puis d’ailleurs ça servait à quoi de réfléchir ? Splendy il avait jamais trop compris. Réfléchir c’est nul.
Splendy il voulait aller voir Offendy, mais il osait pas trop. Parce que si Slendy disait non ben après ils allaient être tristes tous les deux. Alors il tournait un peu en rond. Et Slendy il était parti loooooongtemps. Comme si on avait besoin de tout ce temps juste pour réfléchir c’était trop nul en plus y’avait même pas de papillons et les lapins étaient tous partis ailleurs. Restait les fourmis mais elles étaient pas gentilles et puis Splendy voulait être là quand Slendy reviendrait pour dire oui ou non.

En attendant Offendy avait fait du feu alors Splendy était venu d’asseoir à côté et il regardait les flammes.

Et puis Slendy était revenu et Splendy il voulait bien montrer qu’il était tout sage, tout gentil.

-C’est d’accord.

Splendy il était tellement content qu’il dansait tout autour du feu pendant que Offendy et Slendy avait les conversations de grands qu’il aimait pas trop. Splendy et Offendy ils allaient au concert ensemble. Yoooooouuuuuppppppiiiiiiiii !!!

Offendy attrapa la manche de Splendy et Splendy manqua de tomber. Il regarda Offendy avec un grand sourire immense, tellement qu’il en avait mal aux joues.

-Hé la demi portion, on va à un concert ce soir tu vas t’en prendre plein les mirettes ! Suis moi on a de la route à faire !

-Ouuuuuiiiiiii !!!!

Splendy était tellement content qu’il sauta au cou d’Offendy et lui fit un gros câlin. Mais il était pressé alors ça dura pas longtemps et ils s’en allèrent dans les bois. Offendy avait commencé à dire des choses de grands mais Splendy n’écoutait rien parce qu’il était trop excité. Il y allait y avoir plein de gens ! Plein de gentils humains tout plein beaucoup ! De la musique ! Et Offendy était content et Splendy était content aussi ! C’était la fête !

Splendy courait mais il s’en rendait même pas compte, en plus ce soir les arbres ils étaient pas méchants avec Splendy et il pouvait courir sans tomber, il allait vite et le vent était frais sur sa peau. Splendy il aimait bien le vent. C’était doux le vent c’était gentil, et puis quand on allait vite la forêt devenait toute flou et puis…

Oh ! Oooops !

Un humain était là. Nez à nez avec Splendy. Les humains étaient gentils souvent mais des fois ils avaient peur. Et ils criaient. Et Splendy il avait peur aussi quand les humains criaient. C’était pas un enfant en plus. Et les grands humain bizarrement ils avaient plus peur que les petits. Alors Splendy se fit tout petit. Et l’humain s’en alla. Au fond… Splendy était un peu déçu. Il aurait voulu le voir de plus près mais c’était pas grave parce qu’après il y allait y avoir des humains tout plein beaucoup.

Et puis d’ailleurs il était où Offendy ?

-Tu fous quoi dans cet arbre ? C’est pas l’moment de jouer au singe, allez descend !

Splendy hésita un peu et regarda ou l’humain était juste avant. Mais il était parti. Alors il descendit.

-Le grand zhumain il est parti. Il était pas content. Il est allé vers les zautres zhumains… tu crois c’est parce qu’il était tout seul ?

Offendy il répondit pas. Il regarda partout pour voir s’il était toujours là. Et puis il fallait aller vers les gens. Il y avait pleins de bruit plein d’ humains qu’on entendait et qui avaient l’air tous contents. Ils marchèrent encore un peu et Splendy fit attention à ne pas courir, il voulait pas s’éloigner d’Offendy.

Et puis après la forêt il y avait plus d’humains que Splendy en avait jamais vu ! C’était trop super génial !

-Putain…

« Putain » c’était pas un gentil mot mais Splendy s’en fichait !

-T’as vu ça, c’est énorme !

Offendy attrapa Splendy et le secoua un peu.

-Hihi ouiiiiii ! fit-il en riant. Il attrapa Offendy à son tour pour lui faire un câlin en faisant attention aux nœuds.  Et ils allèrent ensemble dans les arbres près de la scène. Les arbres étaient plus gentils avec lui quand Offendy était là.

-Tâche de bien te tenir et de pas t’emmêler, j’m’en voudrais de devoir te ramasser à la p’tite cuillère parce que t’es tombé comme une noix trop mûre.

-Splendy pas noix trop mûre ! Mais Splendy il était pas en colère. Il faisait souvent des blagues en fait, Offendy.

Les gens ils arrivaient de plus en plus et il y en avait vraiment très beaucoup tout plein. Splendy était content et les gens étaient contents et Offendy aussi alors c’était bien. La musique arriva et Splendy battit des mains et riant. Il se souvenait bien, il aimait bien Muse ! Il voulait pas partir de l’arbre, il voulait rester là tout le temps avec Offendy.

-Hé Splendy regarde ! Celui qui chante là, il s’appelle Matt, c’est un Dieu tu sais, il est génial ! Le blond avec un sourire aussi brillant que l’éclairage il s’appelle Dom, parait qu’il est gay comme Trendy. Et le grand baraqué qui joue de la basse c’est Chris, il est trop classe ! Tu retiens hein, faut pas oublier ça c’est pour ta culture, les filles vont t’adorer si tu sais ça.

C’était rare qu’Offendy parle autant tout d’un coup. Alors Splendy il écoutait. Il avait pas tout compris ce qu’il disait, mais il sentait qu’il était content et gentil alors c’était bien. Il hocha la tête et puis il fit un câlin à Offendy. Pour une fois ça faisait pas des nœuds. Il écouta la musique pendant très longtemps comme ça sans lâcher Offendy la tête posée sur son épaule. Il se sentait bien.

Les gens en bas de l’arbre s’agitaient tout le temps et Splendy avait l’impression qu’en fait ils étaient qu’un seul, comme si la musique faisait qu’ils étaient tous vivants en même temps. La musique c’était vraiment un truc magique.

Splendy était content parce que ça durait longtemps. Après Offendy il essaya d’apprendre les paroles à Splendy mais c’était pas très facile alors il rirent beaucoup tous les deux.

Après ils écoutèrent juste la musique parce que ça devenait de plus en plus intéressant. En fait les gens devenaient de plus en plus fous dans la foule. Ils criaient de plus en plus mais c’était pas des cris qui faisaient peur, c’était des cris qui donnaient envie de venir avec eux.

Et puis Splendy commença à regarder les lumières de la scène, les flash, les gens, tout bougeait et tout tournait. En fait ils étaient tous dans un très grand manège.

Et Splendy voulait aller dans le manège aussi !

Offendy regardait la foule aussi, il écoutait, il faisait pas attention. Splendy savait qu’Offendy voudrait pas venir avec lui. Offendy voulait pas que Splendy aille vers les humains. Il disait souvent que les humains étaient méchants. Alors Splendy allait aller vers les humains, faire la fête avec eux et leur faire des câlins et comme ça Offendy serait content de voir qu’ils sont gentils en fait et il viendrait avec lui.

Splendy se concentra et devient petit. Il fit très attention en descendant de l’arbre parce qu’il était pas une noix trop mûre quand-même. Et puis il courut dans les feuilles jusqu’à la foule.

Quand on était tout petit les humains ils étaient grands et Splendy avait peur de se faire écraser alors brusquement il devint très grand, comme ça les humains était tout petits. C’était rigolo.

Certains le montèrent du doigt mais ils l’avaient pas tous vu parce qu’ils regardaient vers la scène. Il faisait trois fois la taille d’un humain maintenant c’était marrant !

Les humains le montraient de plus en plus du doigt et il aimait bien ça. Ils avaient l’air de trouver ça rigolo alors Splendy fit tout plein de grimaces et des gestes tout bizarres avec les bras et grandit encore un peu.

Et puis il se tourna vers la scène, avec toutes les lumières et puis Muse. Si Offendy aimait autant Muse c ‘était qu’ils devaient être vraiment très gentils. Alors il décida d’aller jouer avec eux, d’autant qu’ils avaient l’air de bien s’amuser, encore plus que les gens dans la foule. Et Splendy voulait jouer avec eux et danser devant tout le monde.

Il devient encore plus grand, comme ça en un seul pas il pouvait passer par dessus les gens sans leur faire de bobo et puis monter sur la scène, ensuite il resta grand parce que les gens ils avaient fait plein de bruit quand il était apparu.

Peut-être que les gens ils aimaient bien Splendy ?

En tout cas Splendy il aimait bien les gens et la musique alors Splendy dansa et ses tentacules firent des ronds autour de lui. Il ferma les yeux parce qu’il était bien, il sentait la musique palpiter dans son corps et il se sentait vivant tout à coup.

Et puis Splendy sentit quelque chose toucher son pied. Il rouvrit les yeux et dit :

-Ooooops…

Le pied de Splendy avait tapé dans le gros instrument où le gentil humain était assis. Et Muse ils avaient pas l’air contents du tout maintenant. Avec tous les trucs qui y étaient attachés, l’instrument s’était écrasé sur le côté de la scène, il était tout cassé et il avait vraiment beaucoup de bruit.

-Splendy a fait bêtise… fit-il en reculant.

Il sentit encore quelque chose sous son pied alors il le releva très vite, perdant l'équilibre.

Oh la la ! Splendy il avait faillit écraser Matt le gentil humain ! Terrorisé il recula encore parce qu’il avait vraiment très beaucoup honte. Splendy il faisait toujours que des bêtises de toute façon.

Cette fois il sentit quelque chose contre sa jambe, avec les lumières il comprenait plus trop bien et il avait peur. Il regrettait de pas avoir été sage et de pas être resté avec Offendy tranquillement sur l’arbre. Il arrivait plus trop à se tenir droit avec le vent et comme il était tellement grand.

Le problème en fait c’était pas que les humains était méchants, c’était que Splendy et ses frères étaient méchants avec les humains, même quand ils voulaient être gentils.

Le gros truc qui faisait la musique était en train de tomber. C’était ça qui avait tappé sa jambe. Et en bas, juste en dessous il y avait les gens. Tout plein de gentil gens tout fragiles.

Splendy n’avait jamais été aussi adroit de toute sa vie. Il y eut un grand bruit et il plongea en dessous dans la foule en poussant les gens avec son gigantesque corps qui roula allongé sur le sol en les faisant tous tomber.

Il y eut autre bruit et la masse noire et vibrante tomba sur lui.

-Aïïïïïïïe ! hurla-t-il Booooooooooobbbbbboooooooooo !
Revenir en haut Aller en bas

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Lun 28 Oct - 18:14

Hysteria


Matthew Bellamy & Splendy



La musique faisait vibrer l’air, trembler le sol et surtout les emmenait loin. Loin d’une vie monotone, dans un endroit qui n’appartenait qu’à eux et qui les faisait rêver. Mais à vrai dire, l’instant qui fit plaisir à Offendy au-delà de pouvoir assister à un concert de Muse, ce fut son frère ; il paraissait tellement heureux et souriant d’être là, avec lui. Alors, il avait bien fait de l’emmener hein… pour pouvoir partager un petit moment bien sympathique avec lui qui semblait à la fois si proche et si éloigné.  Évidemment il savait qu’il ne se montrait pas toujours facile à côtoyer, qu’il devait souvent être insupportable et méchant. Mais même s’il ne pensait pas mériter ce moment de complicité avec Splendy, il était heureux d’être là et le reste il s’en contrefichait. Quand il se colla à lui pour le câliner, Offendy se raidit de surprise et aussi un peu de gêne mais finit par y répondre maladroitement. D’habitude il refusait les câlins avec agressivité mais ce soir il était trop heureux pour repousser son adorable petit frère. Même s’il avait l’impression de ne pas mériter ce genre d’attention également. Enfin, s’il commençait de cette façon, autant dire qu’il ne méritait rien et pour ce soir, il n’avait pas envie d’y penser, juste de profiter. Pas de nœuds en plus, ils se montraient incroyablement chanceux ! Nul doute que voir une masse gigotante dans un arbre aurait attiré l’attention.

Offendy tenta de lui apprendre les paroles des chansons qui se présentaient mais Splendy s’emmêlait facilement les pinceaux. Une chose en entraînant une autre, les gentilles taquineries suivirent et finirent par quelques rires pendant que les paroles et les notes des chansons faisaient vibrer au moins leur âme pour ne pas dire leur corps entier. Le tout s’enchaînait en un parfait mélange et la foule elle-même semblait se plonger dans une folie de plus en plus puissante, comme si leurs cris cherchaient à couvrir le flot de son sortant des amplis. C’était son cas aussi, un peu, même s’il ne poussait pas des cris comme tous ces fans amassés en tas. Il se contentait de chanter et de laisser la musique emporter ses tracas.

— Bon, maintenant, on passe à Hysteria pour vous achever !

Oh s’il devait être achevé sur Hysteria, nul doute qu’il se redresserait pour en redemander. L’éclairage changea comme à chaque chanson, laissant entrevoir une atmosphère à la fois étrange et pleine de folie. En plus Matt avait sorti sa guitare fétiche, MB-1 quoi ! Il faisait de ces prouesses avec ce putain d’instrument, sans doute bien plus que lui avec son joli violon qu’il chouchoutait. Et puis cette chanson était tellement… hystérique !

— Hey Splendy, écoute bien ce morceau il est génial aussi ! s’écria-t-il avec joie.

Seul petit problème, le léger coup de coude qu’il voulait donner à son frère se perdit dans le vide et il tourna la tête pour savoir pourquoi il n’avait fait que brasser l’air. Ah bah si le petit frère en question n’était plus à côté de lui, tout était tout de suite plus logique. Tout d’un coup, Offendy était beaucoup moins joyeux. Il était même glacé par l’appréhension.

— Splendy je joue pas, reviens poser ton cul sur cette branche ! grogna-t-il en espérant qu’il n’ait que rétréci pour se poser ailleurs sur l’arbre.

L’espoir faisait vivre ? Pourtant aujourd’hui il l’amena à pire qu’une déception, pire qu’une désillusion. Un mouvement vint titiller le coin de sa vision mais à vrai dire, il ne voulait pas tourner la tête pour en avoir le cœur net. Les cris d’hystéries remplacés par la peur l’énervaient ; pourquoi fallait-il qu’ils prouvent si cruellement la vérité qui prenait sens dans sa tête. Il les détestait ces cris, presque autant pour cette raison que parce qu’ils dénonçaient la peur. Peur de Splendy voyons ?! Ce n’était qu’un gamin, certes un gamin très chiant et maladroit mais un gamin quand même, totalement inoffensif. Cela dit, le gamin en question était un peu en train de tout gâcher. De détruire joyeusement un concert absolument génial et de piétiner allègrement la confiance que Slender avait en Offendy. Il aurait préféré affronter son père, lui balancer à la tête ce qu’il pensait de lui puis mourir dans d’atroces souffrances que de vivre ce qui se passait en ce moment. Il refusait de l’admettre. Une absurde horreur l’avait envahi et encore, l’expression était tellement faible comparée à la réalité… Une partie de son esprit eut soudain l’idée d’ordonner à son corps de se rouler en boule dans un coin pour pleurer, aussitôt remplacée par une colère noire.

— Attends que j’te choppe l’artiste j’vais t’apprendre à danser ! éructa-t-il en sautant de sa branche pour atterrir habilement sur le sol et fendre la foule.

Cet idiot avait grandi d’au moins cinq mètres en plein milieu de la foule et s’était ensuite retrouvé sur la scène du concert, entre les trois membres du groupe abasourdis mais qui tentaient malgré tout de continuer leur chanson. Offendy se mit à courir, ignorant royalement ces humains idiots hypnotisés par son frère. Ils risquaient de le blesser pour interrompre cette mascarade. De l’emporter loin de ses frères pour qu’il se retrouve sur une table froide dans une salle blanche à la merci d’horribles chercheurs. Et ce serait de sa faute parce qu’il ne l’avait pas surveillé. Un vacarme assourdissant retentit et il put presque voir la batterie voler dans un coin.

— Splendy arrête ! cria-t-il désespérément.

Un nuage de fumée sembla émaner et gonfler à partir de la scène. Court circuit sans doute, ça devenait dangereux tout ça. Avec un grognement, il se téléporta juste devant la scène, juste en face d’une vigie abasourdi de sa soudaine apparition. De sa taille aussi sans doute puisqu’il devait au moins faire trois têtes de plus que lui et n’avait pas pris la peine de masquer les tentacules qui bougeaient furieusement derrière lui. Des cris, encore des cris. S’il choppait ces filles qui se pissaient dessus rien qu’en le voyant ainsi, elles ne passeraient pas la nuit. Quoi qu’il en soit, ce grand mec baraqué allait lui poser problème, surtout avec son flingue en main. Il avait déjà vu ces petits bijoux, avait même eu l’occasion d’en chopper un pour l’utiliser. Et étrangement, vu l’état dans lesquels les humains s’étaient retrouvés, il ne voulait pas en être victime.

— Tu sais mon chou, j’suis bien conscient que les contraires s’attirent mais t’es trop foncé pour moi là.

Comment ça s’était raciste ? Il s’en foutait totalement, l’effet qu’il souhaitait était là ; surpris, le pauvre humain en avait presque oublié de tirer. Offendy ne lui en laissa plus l’occasion et lui colla un coup de poing dans la mâchoire. Bon, il se fit un peu mal aussi mais ce n’était pas important. L’un de ses tentacules enserra son coup suffisamment fort pour l’étouffer mais le relâcha dès qu’il fut inconscient. Le sol vibra non loin de lui et avant qu’il n’ait pu ce repérer dans ce chaos impressionnant, le cri de son frère lui parvint :

— Aïïïïïïïe ! Booooooooooobbbbbboooooooooo !

Ce crétin venait de tomber de la scène et s’était pris un putain d’ampli dessus. Et une merde comme ça c’était lourd. Horrifié, Offendy éjecta un humain qui lui barrait le passage et se précipita vers Splendy pour l’aider. Pourvu qu’il ne soit pas blessé, n’ait rien de cassé… Son envie de le frapper pour sa bêtise s’était évaporée pour céder la place à la peur et l’inquiétude qui nourrissaient peu à peu sa colère. Colère dont il se servit contre ce foutu ampli.

— Bouge pas mon grand !

Il grogna en projetant son corps dessus pour le faire tomber de côté, s’aidant de ses tentacules dont la force était relativement conséquente. D’un geste brusque il tira son frère par ses habits avant que le matériel lui retombe dessus et l’éloigna tout en le tenant fermement pour qu’il ne s’échappe plus il ne savait trop où.

— Tu vas bien ? Rien de cassé ? s’enquit-il en vérifiant qu’il pouvait encore marcher.

Il n’eut pas le temps de saisir clairement ce qu’il lui arriva ensuite. Il entendit un drôle de bruit, un cri furieux et totalement déchaîné derrière lui et l’air siffler. Offendy eut juste le temps de tourner la tête pour se retrouver presque nez à nez avec Matthew Bellamy. Ce qu’il vit sur son visage lui fit mal. C’était dur de se retrouver, de se reconnaître dans la folie et la douleur de quelqu’un d’autre. Ressemblait-il réellement à cela lorsqu’il avait encaissé le choc ? A ce mélange d’hystérie, de rage et de douleur non contrôlée ? Quelle triste réalité il voyait là. Puis MB-1 arriva devant ses yeux et finit par rencontrer sa jolie tête lisse et blanche, avec une force suffisante pour l’étourdir durant une bonne vingtaine de secondes, temps durant lequel Matt alla faire d’autres victimes un peu plus loin. Vulnérable et devant des milliers de personnes, elles semblèrent passer aussi lentement qu’une éternité. La douleur du choc avait été si intense qu’il voyait noir et que ses tympans sifflaient. Il finit tout de même par se reprendre et se redressa en frottant sa tête douloureuse et cabossée à présent. Et comment il allait draguer maintenant ?!

Grommelant une insulte, il tituba en se redressant et attrapa Splendy par le bras. Le moment était venu de se tirer maintenant. Le mal était fait, le concert était foutu. Rester ici ne ferait que leur apporter plus d’ennuis et de blessures inutiles.

— Allez suis moi Splendy, faut qu’on s’tire en vitesse !

Il le tira un peu mais connaissant la maladresse de son frère, il finit par l’attraper par la taille pour se soutenir lui déjà et sa pauvre tête malmenée mais aussi pour l’entraîner sous le couvert des arbres, un peu plus loin. Le grand être aux tentacules blancs ne prononça plus un mot tant qu’ils ne furent pas éloignés d’au moins un bon kilomètre et finit par s’arrêter pour souffler. Attentif au moindre bruit, il vérifiait que personne ne les avait suivis. Cette sortie était un fiasco total finalement, quelle merde ! Il avait envie de hurler, de frapper, de mordre pour se calmer. Mais d’un autre côté, il était si attristé qu’il aurait aimé s’enfoncer plus bas que terre.

— T’es fier de toi, tu t’es bien marré là ? grogna-t-il avec froideur en s’allumant nerveusement une cigarette.

Il détestait hausser le ton avec son petit frère pour le gronder, il s’en voulait toujours horriblement. Mais voila, il ne pouvait pas non plus faire comme si rien ne s’était passé, d’autant que Slender allait sans doute le tuer au moins une fois, attendre qu’il soit rafistolé par Trendy et recommencer une seconde fois.

— Cette putain de soirée avait tellement bien commencé mais nan ! Fallait qu’tu foires tout pour faire mumuse !

Il se rendit compte après coup de son jeu de mot à la con et se frappa la tête, s’arrachant un gémissement douloureux. Merde, il allait avoir un bleu, raison de plus pour s’énerver. Splendy était trop jeune encore pour penser aux conséquences mais elles étaient bien là et nul doute que son aîné allait les lui balancer en pleine face lorsqu’il le verrait. En même temps c’était de sa faute. Un bruit feutré l’obligea soudain à se raidir et non sans une certaine surprise, il vit Matt débouler juste à côté d’eux et s’arrêter lorsqu’il les vit. S’était-il calmé ou allait-il à nouveau leur sauter dessus ? Mieux valait se tenir prêt au cas où, Offendy n’avait pas tellement envie de se prendre d’autres coups.


©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Mar 29 Oct - 0:32

Splendy avait mal. Vraiment très beaucoup mal. Dans son petit esprit prisonnier de la douleur il dessina la tête de Trendy. Trendy gentil, Trendy gentil se répétait-il. Et les gentils humains ils avaient bodo aussi ? Et Offendy il allait venir le chercher ? Il voyait rien et il y avait tellement de bruit que ses oreilles sifflaient comme après une explosion.

Pourquoi y’avait jamais de gentils papillons quand Splendy avait mal ?

Ah oui… c’était parce que Splendy il avait fait une bêtise. C’était normal que Splendy il ait bobo. C’était le bobo de la bêtise. Sa bêtise, à lui.

C’était pas marrant. Les humains ils étaient contents quand Splendy était pas là. Mais quand Splendy venait jouer avec eux, d’un coup ils se mettaient tous en colère ou alors il criaient et pleuraient. Pourquoi ils pouvaient pas juste jouer tous ensemble ? Pourquoi ils jouaient tous alors que Splendy et Offendy étaient obligés de rester loin caché dans les arbres ?

Parce que Splendy était méchant. Splendy il méritait d’avoir mal. Il voulait pas que Trendy vienne le soigner. Il ne pleurait plus, il ne criait plus, il avait juste plus envie de bouger du tout du tout. Des fois, il aurait bien aimé rester tout petit tout le temps pour que plus personne ne le voit.

-Bouge pas mon grand !

Offendy était là. Offendy était trop gentil avec Splendy. Splendy voulait rester sous le méchant ampli. Il s’en fichait d’avoir fait bobo, il voulait pas qu’Offendy le voit. Mais l’ampli disparut et Splendy reprit sa taille normale et se redressa. Il avait bobo tout partout mais un peu moins. Il avait très beaucoup mal à son bras qui était tout tordu. Paniqué il regarda tout partout. Mais le méchant sang n’était pas venu pour le punir.

-Tu vas bien ? Rien de cassé ?

Splendy cacha son bras tordu derrière lui et hocha la tête parce qu’il pouvait pas parler. Il avait mal aux tentacules aussi, mais c’était pas grave. Il pleurait toujours alors il voulait parler à Offendy pour pas qu’il devienne méchant à cause de lui mais le gentil humain Matt derrière lui ben il n’avait plus l’air gentil du tout. Il voulut crier mais trop tard, la guitare tomba sur la tête d’Offendy tout d’un coup et Splendy eut très peur.

Offendy aussi il avait bobo à cause de lui. Tout le monde avait bobo à cause de lui. Et les gentils humains ils devenaient tous méchants à cause de lui.

-Offennnddyyyyyy pleura Splendy.

Offendy avait mal. Et quand Offendy avait mal Offendy devenait méchant des fois alors Splendy rétrécit un peu parce qu’il avait peur. Parce qu’il savait qu’Offendy allait le gronder très très très fort. Et Splendy ben il pourrait rien dire parce qu’Offendy avait raison de gronder Splendy parce que Splendy avait fait une très très grosse bêtise.

-Allez suis moi Splendy, faut qu’on s’tire en vitesse !

Ben oui… Offendy il allait pas gronder Splendy devant les humains. Ben oui. Parce qu’il fallait rester caché. Caché… Caché comme les souris dans les trous. C’était ça que Splendy avait oublié. Et Offendy il était très très en colère et Slendy allait… Slendy Splendy pouvait même pas y penser.

Offendy tirait Splendy dans les bois, les méchants arbres ils faisaient des vilains bruits et ils faisaient mal à Splendy mais Splendy il disait rien. Les arbres avaient tout vu ils savaient ce que Splendy il avait fait. Il avait tout cassé, il avait fait mal aux gentils humains, il avait fait mal à Offendy et il allait faire mal à Slendy et ils allaient tous crier et puis après ils allaient tous être tristes et puis après Splendy il serait obligé de rester tout seul dans la forêt avec eux tous tristes et tous froids mais Splendy il l’avait mérité parce qu’il était méchant et puis…

-T’es fier de toi, tu t’es bien marré là ?

Splendy devint un peu plus petit et Offendy était très grand au dessus de lui. Il allait devenir méchant, très beaucoup méchant. Splendy l’avait rendu méchant, Splendy rendait toujours les gens méchants et c’était à cause de lui qu’Offendy était méchant que Slendy faisait dodo du dedans et que Trendy se faisait du souci.  Splendy voulait disparaître.

-Noooooooooooonnnnn pleura-t-il

-Cette putain de soirée avait tellement bien commencé mais nan ! Fallait qu’tu foires tout pour faire mumuse ! continua Offendy.

Splendy tomba assis sur le sol devenant encore un peu plus petit. Il était de la taille d’un petit humain, mais il serait jamais un petit humain. Offendy se tapa sur la tête et Splendy compris pas trop pourquoi. Sinon il aurait surement frappé sur la tête de Splendy parce qu’il l’avait mérité.

Il était juste un méchant. Pourquoi il avait pas pu juste rester sur l’arbre et faire des câlins à Offendy ? Foirer Splendy savait bien faire. Il pouvait pas juste rester sage, fallait toujours qu’il fasse des bêtises. La musique… la musique lui avait croire que tout le monde était gentil. Mais il avait tout cassé. Il avait tout gâché, il avait tout foiré.

-Splendy voulait juste jouer avec les gentils humains comme ça après ils auraient tous vu qu’on est tous gentils et puis Offendy serait venu et même Slendy et même Trendy et même…

Il renifla avant de continuer.

-Parce les humains ils s’amusaient tous bien Splendy et Offendy on s’amusait bien aussi et puis la musique et la fumée et les gentils gens et puis la lumière et…alors pourquoi on pouvait pas tous jouer tous ensembles, mais on pouvait pas jouer tous ensemble parce que Splendy est méchaaaaaaaant… Splendy il a tout casssééééééé… Splendy il a tout foiréééééééééé.


Splendy renifla encore une fois et puis il y eut un petit bruit. Offendy se retourna. C’était Matt. Splendy revit la guitare tomber sur la tête de son frère comme un flash, mais il était trop triste pour avoir peur.  Il avait entendu la gentille musique il savait qu’il était gentil et vrai et que c’était juste parce que Splendy était méchant qu’il l’était aussi alors il se tourna vers lui et s’avança. Un jour Slendy avait dit que quand on savait qu’on avait fait une bêtise il fallait s’excuser. Slendy s’excusait jamais parce que Slendy lui il faisait jamais de bêtise.

-Splendy voulait pas tout gâcheeeeeeeeeeeeeer pleura-t-il à chaudes larmes, voulait juste jouer avec les gens hummaaaaaaaaiiiiiiiinnnnss…
Revenir en haut Aller en bas

Don't take the Rose Sweetheart ♥

avatar
I am
Écrits : 74
Arrivée le : 08/10/2013
Age : 22
Localisation : Une Roseraie perdue dans les bois.
Occupations : Fuck some bitches !
Humeur : Câline ♥


Feuille de personnage
Feat: Offenderman
Informations: 296 ans. Adore les roses. Fume beaucoup trop. Violeur en série et mangeur de biatchs. N'amoureux à jamais.
RPs: Hysteria [Ft Splendy et Matt] ♦ Une rencontre... fort intéressante [Ft Emy]

MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Ven 11 Juil - 21:54

[HRP : Pardon, j'ai mis un temps bien trop long pour répondre et je doute que le résultat en vaille vraiment la peine. Remerciez quand même Emy/Dom parce que si elle avait pas râlé, il serait pas là.]

Hysteria


Matthew Bellamy & Splendy



Honnêtement, entendre Splendy sangloter lui fendit le cœur. Voir les larmes qui s’échappaient de ses yeux le rendait profondément triste également. Non, il ne voulait pas que Splendy se mette à pleurer. Pas parce qu’il lui avait crié dessus, surtout qu’il n’aurait pas du. Offendy souffla un bon coup ; il devait absolument se calmer.  Vouloir s’amuser n’était pas accusable. Vouloir se faire des amis et s’intégrer non plus. La vie de plusieurs de ces humains braillards et terrifiés aurait prit fin si son jeune frère ne s’était pas sacrifié sous l’ampli. Mais ça, personne ne le remarquait jamais. Ils restaient des monstres craints et incompris. Il s’en voulait de plus en plus, c’était insoutenable.

— Splendy ne pleure pas… C’est pas grave. Tu n’es pas méchant, juste maladroit et c’est normal de vouloir s’amuser. T’as pas fait exprès, ils t’en voudront pas longtemps va…

Il allait s’accroupir pour prendre son frère dans ses bras et sécher les vilaines larmes qui mouillaient ses joues lorsqu’un bruit de pas sur les feuilles mortes retentit non loin d’eux, le forçant à tourner la tête vers son origine. Matthew Bellamy venait de sortir des buissons, ses yeux se peignant soudainement d’un effarouchement certain lorsqu’il les vit. Offendy ne s’attendait clairement pas à le revoir et le joli coup qu’il lui avait asséné avec MB-1 recommença à le lancer un peu. Il l’avait encore en main d’ailleurs, une vraie arme, il fallait s’en méfier. Il risquait d’avoir un sale bleu par la suite et pas question d’aller geindre auprès de Trendy. Il voulut ouvrir la bouche pour protester lorsque Splendy se redressa et tituba vers le chanteur, de peur qu’il ne se prenne lui aussi un coup. Il ne saisit d’ailleurs que maintenant qu’un ou deux de ses tentacules étaient tordus et qu’il bougeait son bras de façon peu naturelle. Une nouvelle culpabilité vint lui tomber sur les épaules. Il n’aurait pas été blessé s’il ne l’avait pas emmené ou s’il avait été plus consciencieux dans sa surveillance.

— Splendy voulait pas tout gâcheeeeeeeeeeeeeer, voulait juste jouer avec les gens hummaaaaaaaaiiiiiiiinnnnss…

Non vraiment, Offendy se sentait mal maintenant. Non seulement son petit frère pleurait encore mais par sa faute il devait avoir sacrément mal sans pour autant vouloir le dire. Il allait se punir lui-même si Slender ne le faisait pas. En plus Matt semblait prêt à s’enfuir, ce qui n’arrangeait rien à son énervement. Quoi, il avait peur aussi ? Il flippait face à Splendy qui venait pourtant de lui prouver qu’il  n’avait pas prémédité ses bêtises ? Pourquoi les humains étaient-ils donc incapables de réagir autrement ?

— Je… Je… Je… Tu devrais… commença-t-il mais étrangement, l’exercice semblait lui couter énormément d’énergie et il dut prendre une inspiration tremblante avant de reprendre. Je voulais te dire que tu devrais… Tu devrais pas t’habiller comme ça c’est… Euh… Pas très rock et en plus, les clowns c’est pas très esthétique. Ouais, c’est ça que je voulais te dire.

Offender grogna. Non mais son frère était très bien comme il était, adorable et mignon. Son costume lui allait bien en plus, il ne voyait pas où était le problème. Et surtout, il ne supportait pas qu’on le critique. Matthew avait beau sembler au bord de l’évanouissement, il disparut plus vite que la lumière, les congédiant d’un « B-bonne soirée alors » assez amusant à entendre. Tss, il n’avait même pas pu rétorquer quoi que ce soit pour défendre son cadet qui n’avait sans doute pas du comprendre pourquoi il lui avait fait cette remarque. Ni prévenir Matt qu’il se barrait un peu dans la mauvaise direction.

— Génial, de mieux en mieux ! balança-t-il en tapant dans un caillou solitaire qui reposait sur les feuilles sans déranger personne. Va falloir qu’on le retrouve avant Slender maintenant.

Oui peut-être mais avant cela il fallait s’occuper de Splendy hein, il restait tout de même plus important. Il souffla un bon nuage de fumée pour se calmer avant que le ton ne recommence à monter et vint enfin câliner son frère comme il le souhaitait précédemment. Au moins Matt ne l’avait pas frappé avec sa guitare, c’était déjà ça.

— Ça va ton bras ? Pourquoi tu m’as pas dit que tu t’étais fait mal ? interrogea-t-il non sans un léger soupçon de reproche dans la voix.

Il n’avait rien sur lui pour essayer de fixer ça en plus, quel idiot il faisait. Ou plutôt quel frère inutile. Trendy ou Slendy auraient su comment réagir ou quoi faire mais lui non. Il ne savait que râler et mettre ses pairs dans les ennuis. Quoi qu’il en soit, sa manche fit office de mouchoir de fortune quand il essuya ses joues déjà bien trop humides. A cause de ces vilaines larmes, il avait rétréci au lavage, se retrouvant à la même taille qu’un humain moyen.  Il espérait vraiment qu’aucun os n’était cassé, que seul un bleu apparaîtrait mais étrangement, une partie de lui se doutait que le destin ne se montrerait pas aussi clément avec sa pauvre personne. Et justement quand on parlait du loup on en voyait la queue. Ou plutôt les tentacules. Une sorte de craquement sinistre retentit et lorsque le grand être tourna la tête, cela ne fit que confirmer ce qu’il pensait ; Slender venait de débarquer. Durant une longue minute il ne fit que les observer, sans un mot. Comme le silence semblait de très mauvais augures, Offendy préféra se relever et s’éloigner de Splendy, sans même oser le regarder. Il allait s’en prendre plein la tête et il le savait. Lentement le visage de son grand frère passa de l’un à l’autre, sembla les contempler. Toujours sans le moindre son, il s’approcha du cadet en retirant sa cravate pour la passer délicatement autour de son bras et essayer d’en faire un bandage convaincant pendant que l’atmosphère devenait exponentiellement insoutenable. Il n’arrivait pas à la laisser s’alourdir encore. Intenable, ses mains filèrent se réfugier dans les poches de son manteau et il inspira un bon coup.

— C’était pas censé arriver… tu sais si t’as besoin d’aide je-

— Je viens d'effacer la mémoire à tellement de gens que je n'ai pas pu les compter et un affreux mal de tête en a résulté alors entendre ta voix est la dernière chose dont j'ai envie, Offendy, le coupa Slender du ton le plus sec qu’il était capable de produire.

L’être en question émit un grognement en signe de protestation et voulut hausser le ton comme il le faisait si souvent quand les discussions s’enflammaient mais il n’en eut pas le temps parce que son ainé était déjà sur lui pour lui en coller une. Le voir s’emporter était rare alors mieux valait baisser la tête au final.

— Je ne sais même pas si j’ai réussi à leur effacer la mémoire correctement, la foule était trop dense et même s’ils étaient tous rassemblés comme des moutons affolés par un loup, je suis sûr qu’il y en a qui sont partis en forêt ou déjà retournés en ville. Certains ont sans doute filmé ce qui s’est passé. Un demi million d’humains, Offendy ! Tu sais ce qui va se passer maintenant ?

— On va avoir des ennuis ?

— Très certainement. Malgré les rumeurs nous avons pu rester relativement tranquilles, tu sais pourquoi ? Parce que les humains ont peur. Et la peur les empêche d’agir. Un ou deux humains lambdas qui nous auraient croisé pourraient clamer sur tous les toits la véracité de leurs propos que personne ne les croirait. Ils préféreront employer une excuse qui implique qu’ils se soient concertés avant plutôt que d’y croire dur comme fer. Mais cinq cent mille personnes, voire plus qui disent toutes avoir vu la même chose… rendent la chose indéniable.

S’il avait pu, Offendy aurait disparu sous terre. Il leur avait effacé la mémoire n’est ce pas ? Peut-être même avait-il manipulé leurs souvenirs pour qu’ils croient à une explosion ou une défaillance plutôt qu’au fait que Splendy soit allé danser sur la scène.

— Mais on voulait juste en profiter un peu, voir autre chose… on pensait pas à mal.

— A cause de ton envie de profiter, on va devoir partir si je n’arrive pas à finir le travail que tu m’as mis sur le dos, Offendy. Mais j’imagine que tu ne mesurais pas l’ampleur de la chose et que tu ne pensais pas à elle puisque tu voulais voir autre chose. Pour la sortir de ta tête c’est ça ? C’est presque réussi tu vois si on doit s’en aller. Mais je me demande si tu arriveras seulement à quitter la ville.

Les deux Slender-Like étaient prêts à en venir aux mains, tous deux montraient les crocs. Et pourtant Slender était calme. Il l’était toujours. Sa voix froide, sans émotion, ni compassion, ni même intention de blesser alors qu’elle était sous-jacente, le transperça comme une lame qu’on faisait ensuite tourner avec allégresse. Pourquoi évoquer ce sujet maintenant ? Mais plutôt que de le défigurer, Offendy préféra le pousser violemment, ce qui n’eut pour seul résultat que de provoquer une téléportation de son frère qui devenait sérieusement insupportable. Quoi, il voulait pas tomber sur le cul et salir son costard ? Oh lui il allait se faire une joie de faire des trous dedans.

— Ferme ta gueule. Moi au moins j’ai pas foutu Lane à feu et à sang quand j’ai pété les plombs.

Il aurait tellement apprécié que cela le fasse réagir un peu. Or il n’en était rien. Pas une seule réaction si ce n’est celle de ne rien trouver à rétorquer. Il restait là, immobile, impassible. Comme s’il s’en foutait. Sans doute était-il passé à autre chose, avec sept cents ans, on avait le temps. Offendy serra les poings jusqu’à se griffer et saigner. Il arrêta en sentant ses paumes le piquer. Splendy ne devait pas voir ça, il en avait déjà trop entendu. En fait, maintenant qu’il y pensait, se faire transpercer par une vraie lame aurait été préférable. La douleur restait là, sourde, accentuée par la culpabilité qui le torturait et lui rongeait l’esprit. Il aurait du surveiller son petit frère un peu mieux. L’empêcher d’aller sur la scène, ou se prendre l’ampli à sa place. A chaque fois qu’il pensait pouvoir partager quelque chose de positif, le destin faisait tourner la roue et tout se transformait en enfer. Si cela n’avait pas été aussi dur, il aurait pleuré.

— Vous allez voir Trendy, tout de suite. Pas de discussion, j’ai intérêt à vous y trouver quand j’aurais fini.

Slender n’attendit pas d’avoir une réponse pour se téléporter et ne plus réapparaître, après un long regard entendu –ou ce qui s’en approchait– en direction d’un Offendy qui regardait le sol en tremblant pour ne pas craquer. Il resta là un instant encore, sourd à ce qui se passait autour de lui, contemplant les feuilles mortes comme tant de cadavres qu’il avait semé en pensant à elle. A quoi bon s’acharner, de sa vie et de ses actions ne ressortait que le négatif de toute façon. Sa mort serait peut être le seul truc positif. Ou alors elle serait prise négativement aussi. Honnêtement, il s’en foutait en cet instant. Du moment qu’il arrivait à ne plus penser à celle qui avait pris son cœur, l’avait gardé, malmené puis oublié pour le laisser prendre la poussière.

— Viens Splendy, on y va. Lâcha-t-il finalement sans grande conviction en attrapant faiblement la manche de son frère après avoir essuyé discrètement le sang qui séchait sur sa peau blafarde contre son pauvre manteau.

De l’autre il fouilla maladroitement dans sa poche pour en tirer d’autres cigarettes vu que celle qui reposait entre ses lèvres avait fini consumée rapidement par sa respiration hâtive puis sa légère absence. Deux d’un coup c’était pas mal, même s’il galéra un peu pour les allumer, la flamme de son briquet montrant comme lui-même quelques signes de faiblesses à cause du vent qui se frayait un chemin entre les arbres. Et son autre main ne voulait pas lâcher Splendy. Avec un soupir et après une bouffée de fumée qui le calma un peu, il entraîna son frère plus profondément dans la forêt en trainant un peu des pieds contre les feuilles mortes. Peut être qu’en tassant la terre, il la creuserait de plus en plus et finirait par pouvoir s’enterrer vivant. Il se sentait si mal qu’il ne remarqua pas tout de suite qu’en fait, Splendy secouait un peu son bras comme pour lui signifier quelque chose.

Il releva la tête en essayant d’esquisser un maigre sourire pour le rassurer avant de voir que son cadet regardait dans une direction toute autre. Il jeta un regard par-dessus son épaule et remarqua une sorte de tas un peu difforme, rose et …, qui bougeait légèrement. Si MB-1 ne trônait pas fièrement non loin de là, Offendy n’aurait peut être pas reconnu Matt qui mangeait les feuilles mortes. Ou qui faisait la feuille morte plutôt vu qu’il semblait évanoui. Slender avait du passer par là.

— Reste là tu veux Splendy ? Je vais voir.

Avec les ondes qui émanaient de son frère, les humains avaient parfois une tête assez laide et couverte de sang. Au vu de la relation particulière qu’entretenait Splendy avec l’hémoglobine, mieux valait qu’il n’y regarde pas de trop près. Offendy vint s’agenouiller à côté de la loque qu’était Matt et qui semblait effectivement avoir bien saigné du nez. Un peu sceptique, il lui appuya sur la joue avec un tentacule de peur de se faire mordre un doigt. Aucune réaction.

— Hé, t’es mourru ?

Pas de réponse non plus, il ne fallait pas espérer des miracles.  Ramener Matt à Trendy était exclus si Slender se ramenait juste après en sifflant dans son dos. Il avait eu assez de reproches pour la soirée. Il lui frotta un peu l’épaule, le secoua mais la seule réponse fut un mot qui s’apparentait à « Champignons » qu’il semblait avoir marmonné aléatoirement. Bon, au moins son chanteur favori avait encore un certain élan vital. Offendy passa un bras sous ses jambes, un autre dans son dos et ses tentacules vinrent l’aider à porter son corps définitivement très mou de façon un peu plus confortable. Et il n’oublia pas MB-1 évidement. Quand on avait trois paires de bras en plus, c’était pratique de transporter encore quelques objets même avec les mains pleines.

— Il euh… il a l’air d’être évanoui. J’vais le jeter dans la rivière pour le réveiller et après je te ramène chez Trendy d’accord ? Ou on le ramènera d’abord à l’orée de la forêt sinon Slender risque de le croiser encore… Enfin si ça va pour toi hein.

Avaient-ils vraiment le choix ? Au pire il se ferait engueuler par son frère pour avoir trainé et laissé souffrir Splendy vu qu’il était indigne et ne pensait qu’à lui. Mais au moins il aurait sauvé une vie, ou du moins il aurait aidé quelqu’un. Mais son petit frère aussi avait besoin d’aide, il avait mal… Pourquoi tout était si compliqué ? Heureusement pour eux de nombreux petits cours d’eau traversaient la forêt, descendant directement de la montagne et à force de déambuler parmi les arbres, on savait à peu près où chercher. Ils ne mirent qu’une dizaine de minutes avant d’en trouver un mais il n’était pas assez grand pour que son idée première de le balancer dedans marche. Au pire il le suspendait par les pieds pour lui foutre juste la tête dans le ruisseau ? Ouais enfin même ça c’était limite. Avec un soupir, il l’allongea donc juste à côté de la berge et essaya de l’éclabousser du mieux qu’il pouvait en espérant que ça suffise pour le faire émerger un peu.

— Maaaaatt mon chou, me force pas à t’embrasser comme la belle au bois dormant pour que tu te réveilles je le ferais pas.

Au pire si l’eau ne marchait pas et qu’il avait entendu ça, la vision cauchemardesque provoquée le réveillerait peut être. Il n’en savait rien d’habitude il tuait des humains et s’il en assommait, il les laissait là où ils étaient. Ranimer c’était pas son fort.


©Mako

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   Dim 13 Juil - 18:35

Splendy savait qu’il avait fait une bêtise, une très grosse bêtise. Offendy l’avait crié sur Splendy fort un peu et splendy était encore plus triste parce que quand Offendy criait il était en colère et surtout il était malheureux. Mais Offendy il était pas comme Slender il restait pas méchant longtemps. Et puis Splendy aussi était triste. Ils voulaient juste rigoler un peu écouter la musique et regarder les grandes lumières des humains tous les deux. Mais rester sur la branche c’était trop nul en fait. Voir les autres jouer alors qu’on était tout loin… C’était trop nul oui ! Splendy voulait jouer et s’amuser avec pleins de gens qui sourient. Et il savait qu’Offendy même s’il le grondait très très fort juste là, en vrai il aurait juste bien aimé faire pareil. Mais évidemment c’était à cause de truc de grand qu’on pouvait pas. Des trucs que Splendy pouvait pas comprendre.

-Splendy ne pleure pas… C’est pas grave. Tu n’es pas méchant, juste maladroit et c’est normal de vouloir s’amuser. T’as pas fait exprès, ils t’en voudront pas longtemps va…

Splendy aurait bien voulu plus pleurer parce que pleurer c’était nul et puis ça rendait Offendy triste. Mais il pouvait pas trop trop alors il renifla en essayant ses yeux. La forêt était toute noire et y’avait plus de lumière ni de bruit. C’était nul le silence. Offendy l’était gentil de nouveau mais Splendy s’en fichait parce que maintenant ils étaient juste tristes tous les deux. Toujours les choses qu’on pensait qu’elles seraient bien finissaient mal. Et puis d’un coup y’eu un petit bruit. Offendy se retourna pour regarder. C’était l’humain qui était tout devant sur la scène, celui avec la voix qui chante super fort. Celui qui avait mis un coup sur la tête d’Offendy avec ce gars objet pointu qui faisait beaucoup de bruit aussi. Splendy voulait pas qu’il fasse mal à Offendy mais surtout l’était triste parce que c’était sa fête après tout qu’il avait toute gachée. Et l’humain aussi il devait être triste c’est pour ça qu’il avait tapé. C’était sa faute en fait. Voilà. Alors Splendy se mit à pleurer de nouveau.

- Splendy voulait pas tout gâcheeeeeeeeeeeeeer, voulait juste jouer avec les gens hummaaaaaaaaiiiiiiiinnnnss…

Mais l’avait l’air trop bizarre en fait l’humain… il savait plus parler peut-être ou alors, il avait eu bobo la tête aussi…

- Je… Je… Je… Tu devrais… Je voulais te dire que tu devrais… Tu devrais pas t’habiller comme ça c’est… Euh… Pas très rock et en plus, les clowns c’est pas très esthétique. Ouais, c’est ça que je voulais te dire.

Splendy cessa de pleurer tout d’un seul coup. Il avait pas l’air triste ni en colère contre Splendy l’humain. Et euh… c’était bien ça, enfin Splendy pensait. Par contre… l’avait rien compris au reste du tout, du tout. Déjà ça voulait dire quoi « zéstétique » ? Et puis l’avait parlé de ses vêtements… Slender l’aimait pas non plus mais bon… Splendy se contenta de répondre :

-Euh….

Mais Matt dit au revoir en s’en alla. Après tout après toutes les bêtises que Splendy avait fait il devait avoir plein de travail maintenant. Et Splendy eut un peu envie de pleurer de nouveau.

-Génial, de mieux en mieux ! Va falloir qu’on le retrouve avant Slender maintenant.

Offendy l’était en colère de nouveau et un petit cailloux s’envola dans les feuilles. Splendy pour se changer les idées se demanda où il atterrirait et s’il serait content de se trouver ailleurs tout d’un coup parce que oui Splendy aimerait pas être un cailloux parce que les cailloux ça peut pas bouger ni faire de bruit et puis d’ailleurs est-ce que ça a des yeux les cailloux ? Non surement pas ça voit rien et puis ça peut rien faire et…

Splendy toussa parce qu’Offendy avait de la fumée qui lui sortait de la bouche. Splendy l’aimait pas ça mais là encore moins parce qu’il avait bobo le bras et bobo les tentacules et que tousser ben ça faisait secouer tout ça.

- Ça va ton bras ? Pourquoi tu m’as pas dit que tu t’étais fait mal ? demanda Offendy.

Splendy hocha la tête parce qu’il avait pas envie d’aller voir Trendy du tout. Parce que Trendy serait triste encore alors bon, de toute façon c’était pas très beaucoup grave ça faisait juste bobo. Splendy s’en foutait d’avoir bobo si Offendy était plus triste. Alors il changea de sujet.

-Offendyyyyyy ? ça veut dire quoi « zestétique » ?

Offendy soignait Splendy pendant ce temps et Splendy pleurait un peu parce que dès qu’on touchait ça commençait vraiment à faire beaucoup bobo quand-même. Et puis pouf comme ça d’un coup, Slender était là. Et il les regardait sans rien dire du tout mais Splendy savait qu’il était pas content du tout, du tout.

-Oooops, lâcha-t-il en voyant son plus vieux frère.  Il ne put pas s’empêcher de rétrécir un peu parce qu’il savait que Slender allait crier très très beaucoup fort dans pas très beaucoup longtemps.

Offendy mis les mains dans ses poches et commença à parler parce que bon ils allaient pas rester là comme ça sans rien dire c’était un peu nul et ça faisait peur à Splendy.

-C’était pas censé arriver… tu sais si t’as besoin d’aide je-

-Je viens d'effacer la mémoire à tellement de gens que je n'ai pas pu les compter et un affreux mal de tête en a résulté alors entendre ta voix est la dernière chose dont j'ai envie, Offendy.

Slender criait pas. En fait Slender criait presque jamais mais c’était pire. C’était crier sans crier. Crier du dedans. Splendy baissa les yeux alors que deux grosses larmes tombaient de ses yeux sur les feuilles mortes. Et puis il y eu comme un bruit très rapide, une sorte de wwwwsssssssshhhhh sonore suivit d’un grand CLAC. Splendy sursauta et en voyant Offendy baissé, il comprit que Slender l’avait tapé. C’était une chose que Spleny ne supportait pas ça. C’était méchant. MECHANT !

- Na Slender pas tapper ! cria-t-il.

Mais Slender il s’en fichait de ce que Splendy disait. Tout le monde s’en fichait un peu des fois de ce que Splendy disait alors il pleura à nouveau.

-Je ne sais même pas si j’ai réussi à leur effacer la mémoire correctement, la foule était trop dense et même s’ils étaient tous rassemblés comme des moutons affolés par un loup, je suis sûr qu’il y en a qui sont partis en forêt ou déjà retournés en ville. Certains ont sans doute filmé ce qui s’est passé. Un demi million d’humains, Offendy ! Tu sais ce qui va se passer maintenant ?

-On va avoir des ennuis ? fit Offendy qu’était tout triste.

Splendy voulait crier que oui on allait avoir des ennuis parce que oui maintenant les gentils z’humains se souviendraient pas que Splendy été sous l’ampli qui tombait pour réparer ses bêtises. Ils verraient que les trucs qui avaient été cassés par lui.

-Très certainement. Malgré les rumeurs nous avons pu rester relativement tranquilles, tu sais pourquoi ? Parce que les humains ont peur. Et la peur les empêche d’agir. Un ou deux humains lambdas qui nous auraient croisé pourraient clamer sur tous les toits la véracité de leurs propos que personne ne les croirait. Ils préféreront employer une excuse qui implique qu’ils se soient concertés avant plutôt que d’y croire dur comme fer. Mais cinq cent mille personnes, voire plus qui disent toutes avoir vu la même chose… rendent la chose indéniable.


Tout ça c’était des trucs de grands… Des trucs que Splendy comprenait pas mais qui rendaient tout le monde malheureux. Oui les z’humains avaient peur des fois mais Splendy l’avait jamais vraiment su pourquoi. Après c’était flou ce que Slender racontait.

-Mais on voulait juste en profiter un peu, voir autre chose… on pensait pas à mal.

-Ouais… ajouta Splendy qui était décidé à ne pas laisser Offendy tout ramasser la colère à sa place. D’ailleurs Slender aurait du taper Splendy pas Offendy. C’était Splendy qui avait tout gâché pas Offendy. Offendy lui avait dit de rester sur la branche. Splendy était pas resté sur la branche. L’était devenu grand et il avait voulu jouer avec les humains.  C’était sa faute surtout.

-A cause de ton envie de profiter, on va devoir partir si je n’arrive pas à finir le travail que tu m’as mis sur le dos, Offendy. Mais j’imagine que tu ne mesurais pas l’ampleur de la chose et que tu ne pensais pas à elle puisque tu voulais voir autre chose. Pour la sortir de ta tête c’est ça ? C’est presque réussi tu vois si on doit s’en aller. Mais je me demande si tu arriveras seulement à quitter la ville.

C’était qui « elle » dont Slender parlait ? Pourquoi Offendy l’avait l’air plus triste que triste ? On disait jamais rien à Splendy et du coup Splendy comprenait rien du tout. Mais il savait juste que ce que Slender avait dit était très méchant. C’était plus méchant que taper peut-être mais Splendy pouvait rien dire du tout.  Tous les deux ils se disputaient souvent et souvent Splendy savait pas vraiment pourquoi. Il savait juste qu’il aimait pas ça. Mais là c’était pire parce que c’était sa faute. Sa faute et Slender il disait des choses méchantes à Offendy au lieu de le gronder lui.

-Ferme ta gueule. Moi au moins j’ai pas foutu Lane à feu et à sang quand j’ai pété les plombs.

« Ferme ta gueule » ça c’était pas gentil du tout. C’était quelque chose que Splendy n’avait pas le droit de dire. Alors Splendy pleurait toujours parce que quand Offendy disait « Ferme ta gueule » à Slender c’était pas bon signe en général. Et puis « feu » et « sang » ça c’était deux mots que Spleny aimait pas. Il voulait pas savoir ce que ça voulait dire « foutu Lane à feu et à sang » ni même le sens de « pété les plombs ».

« à feu et à sang »…

« à feu et à sang ».

Ça faisait peur ça.

-Vous allez voir Trendy, tout de suite. Pas de discussion, j’ai intérêt à vous y trouver quand j’aurais fini.

Splendy voulait pas aller voir Trendy. Splendy aimait pas aller voir Trendy parce que ça rendait toujours Trendy triste. Même quand il avait juste faim c’était toujours un peu nul. Mais bon… Slender avait dit. Offendy faisait. Splendy se taisait. C’était comme ça.

Mais cette fois Offendy resta un peu sans bouger et il avait l’air tellement triste que Splendy osa même pas lui faire un câlin. A la place il regarda le par terre sans comprendre pourquoi il n’allait pas serrer ses bras autour de son frère. Parce qu’il savait pas peut-être. Il savait pas qui était « elle » et de quoi Slender avait parlé pour qu’il soit aussi triste.  Et puis tout ça c’était la faute de Splendy. Et aussi bien Offendy pouvait être en colère de nouveau. Il savait pas trop alors il dansa un peu d’un pied sur l’autre, mal à l’aise et puis pleurant un peu parce que même s’il avait moins bobo avec la cravate autour de son bras voilà…

-Viens Splendy, on y va.

Il avait attrapé sa manche et comme Splendy se sentait mal, il dit rien du tout. Il marcha juste à côté de son frère en se demandant s’il était en colère après lui encore pour avoir tout gâché la gentille fête des humains. Il faisait tout noir et y’avait pas de bruit. Offendy fumait encore et Splendy essaya de se retenir de tousser jusqu’au moment où c’était plus trop possible. Offendy cria pas sur lui donc il commença à se dire qu’aussi bien il lui en voulait pas trop trop.

-Dis Offendy… pourquoi Slender il crie toujours sur toi quand Splendy fait des bêtises ?

Offendy il écoutait plus trop Splendy là. Il devait réfléchir à il savait pas quoi. C’était un truc de grand ça réfléchir. Et puis d’un coup Splendy vit un truc bizarre, tout rose, par terre.

-Euh… commença-t-il mais il savait pas bien ce que c’était.

Et puis il vit le gros truc qui faisait du bruit, le truc avec lequel l’humain avait fait bobo à Offendy. Ce truc, c’était lui en fait. C’était le gentil z’humain qui était devenu méchant tout d’un coup. Splendy tira sur le manteau d’Offendy mais comme il faisait dodo le z’humain il voulait pas le réveiller. Il bougeait un peu mais des fois Splendy aussi il bougeait en faisant dodo et après il tombait des méchants n’arbres ou il était entortillé tout autour ou alors il était tout en hauuuut et après il avait peur et…

-Reste là tu veux Splendy ? Je vais voir.

Splendy hocha la tête. Bien sage. Il voulait trop trop aller voir aussi mais bon… il se rappelait aussi le grand truc long tomber sur Offendy.

-Hé, t’es mourru ?

Splendy espérait que non mais il bougeait, alors… Les gens mourrus ça bougeait pas normalement. Sans rien dire, il attendit que Offendy explique ce qui se passait et ce qu’il faisait là tout seul dans la forêt, lui qui avait pleins de gentils z’humains qui l’aimaient bien.

-Il euh… il a l’air d’être évanoui. J’vais le jeter dans la rivière pour le réveiller et après je te ramène chez Trendy d’accord ? Ou on le ramènera d’abord à l’orée de la forêt sinon Slender risque de le croiser encore… Enfin si ça va pour toi hein.

Splendy se mit à rigoler. Il voulait battre des mains mais il manquait un bras pour ça. Alors il sourit et hocha la tête. Il aimait bien quand Offendy le jetait dans la rivière l’été quand il faisait chaud. C’était un jeu que Splendy adorait. Il courrait dans les bois en riant et Offendy lui courrait après et puis d’un coup, il l’attrapait et puis plouf ! Après l’était tout mouillé.

Ils marchèrent jusqu’à la petite rivière. Splendy suivait en tournant tout autour d’eux tout content d’un coup. Offendy allait jouer avec Matt et faire qu’il ait plus bobo. Matt serait content. Matt serait gentil avec Offendy et Splendy. Slender serait content et il arrêtait de dire que les z’humains sont tous méchants et après comme ça tout le monde il serait content et les gentils z’humains viendraient jouer avec eux dans la forêt.

-Maaaaatt mon chou, me force pas à t’embrasser comme la belle au bois dormant pour que tu te réveilles je le ferais pas.

Splendy explosa de rire brusquement même s’il avait toujours bobo au bras ça lui faisait du bien.

-Mais siiiiii ! Comme ça Matt et Offendy seront namoureux et tout !

Splendy l’était pas sérieux du tout. Il voulait juste que Offendy rigole un peu aussi. En tout l'humain s'appellait Matt. Il l'avait su ou pas il savait plus mais il allait essayer de s'en souvenir pour être gentil.
Revenir en haut Aller en bas


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hysteria {feat Offendy & Splendy}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hysteria {feat Offendy & Splendy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Full metal hysteria [Feat Zanshi]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Path of the Black Leaves :: Les Lieux :: Le passage vers la forêt :: Les arbres renversés-