Le premier Forum RPG basé sur la légende urbaine du Slenderman.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Miranda Smith vient retrouver sa soeur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

I am
Invité



MessageSujet: Miranda Smith vient retrouver sa soeur.   Ven 1 Nov - 1:28

Une psychologue à votre service !





Miranda Smith
Feat ...


Avatar

Informations


Nom Smith
Prénom Miranda
Âge 28 ans
Espèce Humaine
Pouvoirs / Travail Psychologue, clinicienne, psychothérapeute.
Orientation sexuelle Hétéro
Particularités Justement... aucune.



Mental


Généralités sur la patiente : Le profil de Mme Smith est assez classique. Blessure narcissique due à une importante carence affective avec abandon massif. Le moi s’est cicatrisé mais il reste toujours fragile sans doute à l’origine de son choix de carrière, mais surtout qui l’oblige à se soumettre à autrui et à chercher perpétuellement son amour et sa considération. Caractère doux et effacé. Elle intellectualise ses émotions avec efficacité mais cela n’empêche pas qu’elle puisse être complètement envahie par elles et totalement incapable de les dissimuler. Le profil parfait pour une psychologue si l’on excepte cette mauvaise estime d’elle-même issue de son histoire familiale. Cela la pousse parfois à une trop grande implication vis à vis de ses patients, mais aussi à une intrusivité dans les relations qu’elle entretient toujours extrêmes et étroites. Lorsqu’elle est mise en difficulté elle peut avoir des conduites à risques, voire masochistes mais elle semble posséder la force nécessaire pour élaborer les conflits, internes ou externes.  Elle est donc très sensible mais possède le contenant psychique suffisant, un self solide. Sa capacité d’élaboration psychique a constitué sa seule défense et cela continue d’être le cas d’où sa capacité à aider autrui à élaborer ses propres conflictualités. En même temps l’exclusivité de ce moyen de défense apparaît parfois à la limite de la pathologie et cela contient du même coup le risque de la confusion entre vie personnelle et vie professionnelle. Sa mauvaise estime de soi la prive de la narcissisation minimale pour l’accession à la colère alors celle-ci ne s’exprime que lorsqu’il s’agit d’autrui mais jamais pour elle-même. Si l’on devait résumer toute la pulsionalité de cette patiente, je dirais qu’elle est tournée vers la réparation (cf anamnèse) Réparation qui n’est évidemment jamais complète et qui la pousse toujours au déséquilibre. Pour compenser et matérialiser ce déséquilibre, elle s’étaye sur la musique et notamment le chant qui assoit son individualité fragile.


Physique


Présentation : Miranda se présente toujours sous l’égide de la discrétion. Elle prête de toute évidence une grande attention à son apparence mais dans le même temps elle cherche à ce que cela ne soit pas perçu par autrui. Son apparence lui sert sans doute à renforcer son contenant psychique, comme si le maquillage même discret, le choix de sa tenue pouvait masquer sa sensibilité aux yeux de l’observateur. En cela elle échoue totalement puisque c’est sa douceur et sa sensibilité qui sautent aux yeux. Il s’agit de se cacher et non de s’afficher tel qu’on est.  Elle est toujours vêtue avec classe et soin mais sans aucune extravagance si l’on excepte ce collier offert par sa sœur contenant une pierre d’ambre. Elle s’efforce d’être transparente, c’est à dire de correspondre parfaitement à ce qu’on attend d’elle exactement comme elle se comporte dans ses relations. Elle est totalement identifiée à son rôle de femme, à sa profession et cela se voit. Il y a quelques fausses notes cependant comme ces tatouages assez fins destinés à cacher les scarifications de son adolescence difficile ( cf anamnèse). Un sur chaque avant bras. Tout est classique chez Miranda y compris les restes de sa souffrance psychique. On note aussi son léger surpoids en lien sans doute avec un rapport compensatoire, voire addictif avec la nourriture. Cela dit, elle semble s’accommoder plutôt bien ses rondeurs comme elle s’accommode avec brio de toute ce qui va pas chez elle, au lieu de chercher à le régler. Juste pour mémoire, elle a les yeux marron, les cheveux châtains tirant sur le roux. Accent français mais maîtrise de la langue parfaite.


Histoire


Anamnèse : L’histoire familiale est très traumatique et marquée par de nombreux abandons et séparations qui n’ont pu être que partiellement élaborés. Pour commencer sa mère dira d’elle qu’elle est une « erreur de jeunesse » selon les termes de la patiente. La mère de Miranda a été abandonnée elle-même par son père. L’étayage maternel ne sera pas suffisant pour l’empêcher de mettre en acte son vécu de vide par un comportement décadent notamment à l’adolescence. A ce moment elle tombe enceinte de Miranda à seulement dix sept ans. On peut penser que ce désir d’enfant est sous tendu par un intense besoin de réparation narcissique. D’ailleurs la jeune mère souhaitait plutôt un garçon identifié au père absent. Miranda sera donc une déception pour cette mère adolescente qui la confiera à sa grand-mère. Cette grand-mère nouera avec Miranda une relation a peu près normale ce qui explique sans doute la solidité de la structuration actuelle. En effet pour sa mère, Miranda est devenu l’image même de l’abandon du père et elle a donc projeté sur elle toutes ses angoisses dont notre jeune patiente pour la responsabilité. La grand-mère parviendra sans doute à la dédoiner en parti de ce poids transgénérationnel. A noter également que la mère de Miranda abandonnée par son père, sera également abandonnée par son amant lors de la naissance de notre patiente perpétrant sans doute ce qui est une longue tradition d’abandons paternels.
Cette tradition se poursuit d’ailleurs sous un jour différent quand lorsque la mère de Miranda trouve un nouveau compagnon caractérisé par sa froideur, sa sévérité et surtout ses absences répétées au cours de nombreux voyages d’affaire. Par réaction la mère de notre patiente semblera connaître une espèce de revirement. Devant à son tour froide et distante elle se protège sans doute d’importants vécus abandonniques. Elle se réfugie dans le paraître processus qu’elle emprunte avec son actuel mari dont l’histoire est sans doute tout aussi traumatique. Hors ce paraître ne tolère pas que sa fille soit élevée par sa grand-mère. Miranda est donc arrachée à sa grand-mère avec qui elle avait nouée une relation assez (voire trop) fusionnelle pour se retrouver plongée dans cette sphère familialle manifestant à la fois une froideur et un rejet et de laquelle il est paradoxalement difficile de sortir.
Dans ce contexte difficile Miranda va amorcer une adolescence très compliquée marquée par des conduites à risques, automutilatoires notamment mais aussi boulimique et hyperphagiques. Etrangement tout ceci n’aboutira jamais à une tentative de suicide aboutie, sans doute grâce de l’étayage grand-maternel.
Miranda à cette époque de sa vie se retrouve également grande sœur. Compensant son narcissisme fragile avec les moyens du bord, elle prend cette place d’aînée très à cœur et s’occupera beaucoup de sa petite sœur, sans doute autant qu’elle aurait aimé que sa mère le fasse. Cette mère lui laissera pour cela tout l’espace nécessaire brillant par son absence.
Dans cette famille qui compte désormais quatre membres Miranda occupera la place de bouc émissaire. Déjà habituée à recevoir sur elle les angoisses maternelle elle héritera de celle du beau-père sans broncher. Malgré de nombreuses mais veines tentatives pour attirer l’attention des parents et ramener les affects  à la surface (parmi lesquels ses conduites à risques, mais aussi une importante pratique musicale, un énorme investissement de sa scolarité et les soins prodigués à la sœur comme à l’ensemble de la maisonnée) elle sera l’objet d’un rejet constant et ce encore d’avantage que sa sœur.
Docile jusqu’à lors vers ses dix neufs ans et sans doute sous l’impulsion de la grand-mère qui occupe toujours une place très importante dans sa vie et ce malgré que la famille cherche à la maintenir à l’écart, Miranda décide soudain d’aborder de front ce qui se joue dans sa famille. Elle semble avoir lentement pris conscience de son statut et du caractère pathologique du fonctionnement familial au cours des années précédents alors qu’elle commence à s’intéresser à la psychologie. Cette prise de conscience a sans doute été accélérée par le fait que la sœur Emylie âgée alors de dix ans commence elle aussi à souffrir du fonctionnement familial carencé. Lorsqu’elle décrit ce passage de sa vie elle semble à la fois faire preuve d’un grand talent dans ses raisonnement en même temps qu’une extraordinaire maladresse dans ses propos. En tout cas, son moi est encore bien trop atrophié pour l’accession à la colère qui aurait été salutaire. Aussi se retrouve-t-elle complètement éjectée de la famille qui met tout simplement le bouc émissaire au dehors sans préavis, lui fournissant un soutien financier pourvu que Miranda aille le plus loin possible. Elle a alors dix neuf ans.
Miranda décide encore une fois de se plier à ce qu’on exige d’elle comme elle continuera sans doute de le faire tout au long de sa vie. Elle part en France, complètement seule faire des études de psychologie. Au cours de cette période très difficile pour elle, elle entame un long travail de thérapie et commence à se fonder une existence par elle-même. Elle restera en lien par courrier avec sa sœur et sa grand-mère à l’insu de ses parents. Malgré son caractère extrêmement traumatique cet énième abandon semble être l’occasion pour elle de revenir sur ses failles. Elle poursuivra ses études avec succès.
Vers la fin de sa formation elle apprendra par sa sœur qu’elle a un petit frère. Elle se confrontera encore une fois au rejet familial tiraillée par le désir de rencontrer ce petit frère, Ryan, pour qui sa sœur s’est prise d’affection. Cette nouvelle confrontation sera un nouvel échec de ses tentatives maladroites de conciliation. En réalité son obsession de retourner dans la cellule familiale pour y occuper une place auprès de ce petit frère semble presque masochiste. Il semble s’agir pour elle d’une sorte de croisade ridicule destinée en surface à reconstruire son amour propre mais qui au niveau inconscient tends plutôt à réitérer l’expérience de l’abandon de façon active et non passive dans le vain espoir de l’intégrer.
Miranda terminera malgré toute sa formation avec succès et commencera par exercer en milieu carcéral auprès de grands psychopathes. Ce premier travail était une erreur monumentale compte tenu de son peu d’expérience. Un de ses patients se suicidera d’ailleurs la veille de son procès et elle en restera profondément marquée. Suite à cet incident elle démissionnera au bout de deux ans. Elle travaillera ensuite en psychiatrie adulte et enfant avec plus de succès thérapeutique.
Récemment Miranda, âgée à présent de vingt huit ans, décide de revenir aux Etats-Unis et de rejoindre sa demi-sœur Emylie de qui elle se sent très proche et avec qui elle entretien une correspondance soutenue. Elle pense naïvement que maintenant qu’elle a réussit sur le plan professionnel, elle sera autorisée à faire partie de sa famille à nouveau parce qu’elle corresponds aux exigences de paraître issues de la mère. Elle a finit par se trouver ici, à Lane un poste à mi-temps dans un hôpital général où elle s’occupe principalement d’accueillir les tentatives de suicide ratés et les victimes d’agressions diverses et variés, un autre mi-temps est assuré par un exercice libéral dans les quartiers chics de la ville.
C’est dans ce contexte que je deviens son superviseur. On sent dans son élaboration théorique l’influence de l’école française encore très très imprégnée de psychanalyse Freudienne. Elle n’en tire que le meilleur, le regard sur soi, la non directivité, le respect du patient qui commence à se perdre dans l’école Américaine. Sa pensée est parfois à la limite de la philosophie ce qui rend ses élaborations forts intéressantes mais parfois trop éloignée de la réalité concrète du patient.
Personnellement j’estime qu’une psychologue de cette nature, seule dans un cabinet en libéral, ou pire exerçant dans un hôpital ou l’équipe entière lui est hostile court tout droit à la catastrophe. Je ne suis pas sûr que notre supervision mensuelle lui permette de prendre autant de recul que ce que le travail institutionnel en psychiatrie lui permettait. Mais après tout, elle a prouvé à de nombreuses reprises dans son histoire qu’elle possède des ressources insoupçonnées.

Edward Pilgrim
Psychologue et psychanalyste membre de l’école Américaine de psychanalyse Freudienne.
Superviseur agréé.





Dernière édition par Miranda Smith le Ven 1 Nov - 1:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

♫ Casseur de guitares ♫

avatar
I am
Écrits : 43
Arrivée le : 09/10/2013
Age : 39
Localisation : Sur scène ~
Occupations : Casser des guitares ♥
Humeur : Juste sombre...


Feuille de personnage
Feat: Matt Bellamy
Informations: Shame on you for thinking you're an exception.
RPs: 3 actifs

MessageSujet: Re: Miranda Smith vient retrouver sa soeur.   Ven 1 Nov - 1:46

(Re) Bienvenue ! Wink

C'est une très bonne fiche ! Les descriptions sont étoffées et précises, détaillées comme il le faut. J'ai bien aimé le choix du point de vue de psychologue pour l'histoire de Miranda (en tout cas, on sent bien l'âme de psy qui se cache derrière http://fairy-tail-de) qui, quant à elle, est très triste mais ne baisse pas dans la qualité, claire et bien construite. Le personnage est intéressant ainsi présenté. L'écriture est très bien aussi et il n'y a pas de fautes, en tout cas j'en ai pas vu xD

Bref, j'adore o/ Bon rp parmi nous !

_________________
Oh you look surprised
Spoiler:
 



blubkjdkfjhkdfhdekjrfderthishasbeenthebestgigofmylifethankyouverymuchthisisourlastsongcalledstockholmsyndwome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mattbellamy-kya.tumblr.com/

⊗ Faceless Operator ⊗

avatar
I am
Écrits : 113
Arrivée le : 05/10/2013
Age : 22
Localisation : Dans la forêt.
Occupations : Remet cette page à sa place jeune humain...
Humeur : /


Feuille de personnage
Feat: Slenderman
Informations: 752 ans. Vit en forêt. Ne ressent aucune émotion. Provoque The Sickness envers ceux qui l'approchent.
RPs: Confusion [Ft Splendy]

MessageSujet: Re: Miranda Smith vient retrouver sa soeur.   Ven 1 Nov - 6:26

Je crois que j'me poserais toujours la question de savoir pourquoi Miranda à choisi un Superviseur qui croit en Freud comme un catholique dévoué croirait en Jésus xD
Cela dit j'aime toujours autant ta présentation et vraiment, ça promet d'être intéressant en RP, j'ai tellement hâte >: D La pauvre, après Sherlock elle va avoir droit à une thérapie de groupe avec la Slenderfamily ! /PAN/
Bref, bienvenue parmi nous ! http://fairy-tail-de

_________________


Spoiler:
 


Enjoy the Silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pbl-rpg.forumactif.org


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Miranda Smith vient retrouver sa soeur.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Miranda Smith vient retrouver sa soeur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F / LIBRE) MIRANDA KERR - Je suis ta soeur et bien plus
» Galchenyuk et Smith-Pelly dans l'eau chaude?
» Vient retrouver son fils [PV Nathan]
» Allez-vous m'aider à retrouver ma Soeur ? {PV les élus}
» Hallie Halloway | Fiche Achevée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Path of the Black Leaves :: Le Commencement :: La marche est entamée :: Présentations validées-