Le premier Forum RPG basé sur la légende urbaine du Slenderman.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Sam 2 Nov - 0:16

Emylie,

Comment vas-tu depuis notre dernier échange de lettre ? J’espère que ton travail te convient toujours et que tu es toujours aussi heureuse. Tu as l’air d’avoir une vie bien remplie… même si je n’ai pas l’impression d’en savoir très long sur la façon dont tu occupes tes journées. J’ai beaucoup pensé à toi ces derniers temps.
De mon côté j’ai quitté mon travail à l’hôpital psychiatrique. Certains des enfants vont beaucoup de manquer je pense. J’étais bien là bas…Mais il est temps pour moi de prendre un nouveau départ. Mes collègues m’ont fait un pot de départ bien sympathique avec discours et tout le tralala. J’étais très touchée. Les enfants m’ont offert des dessins ou des objets en terre. Même les gens du service pour adultes où je travaillais avant sont venus me dire au revoir. Maintenant que je suis complètement libérée de mes obligations là bas, je cherche à m’installer en libéral. Je serais plus tranquille, j’aurais moins de pression, j’aurais des patients moins lourds pour la plupart et la possibilité de faire des suivis beaucoup plus longs.
Sinon c’est assez calme. En fait il ne se passe pas grand-chose dans ma vie en ce moment. Quelque fois j’ai un peu l’impression de vivre par procuration à travers mes patients. Et puis je commence à me sentir seule. J’ai noué des amitiés en France mais j’ai beaucoup bougé et puis les liens que j’ai avec les gens sont assez superficiels en somme. Je ne sais pas, j’imagine que j’ai l’impression qu’autre chose de mieux m’attends ailleurs…d’autres amitiés et qui sait, l’amour… A vingt huit je suis toujours seule tu te rends compte ?
J’ai encore envoyé beaucoup de lettres à notre mère pour essayer de la convaincre de me laisser voir Ryan. Elle ne m’a jamais répondu comme tu t’en doutes. Est-ce qu’elle t’en a parlé au moins ? Est-ce que parfois elle mentionne mon existence depuis que je suis partie ? J’en doute…
Mais peu importe je t’ais toi. Toi tu penses à moi. Et Ryan penserait à moi aussi si seulement il pouvait savoir que j’existe. Tout cela me rend triste mais j’ai eu assez l’occasion de m’y attarder et d’en faire le tour. Il faut faire avec ce qu’on a dans la vie parfois non ? Saisir les opportunités qui se présentent.
Je me demande souvent à quoi ressemble ta vie tu sais. Je crois que la seule chose que je sais de toi, c’est que tu tiens à moi en temps que sœur. Non pas que ça ne me suffise pas mais je suis curieuse… Je sais que tu es serveuse dans un bar où tu te plais assez, que tu as du caractère comme quand je suis partie, sans doute plus encore. Tu es devenue une belle femme je l’ai vu sur les photos que tu m’a envoyées… Mais qui sont tes amis ? Avec qui passes-tu tes journées ? A quoi ressemble ton quartier, ton appartement ? Est-ce que tu as trouvé l’amour toi de ton côté ? Dans quelle forêt du fait ces footings dont tu me parles souvent ? Je ne sais rien de tout ça et j’ai la sensation que ce sont des choses qu’on devrait savoir de sa sœur.
Et puis il y a toutes ces choses que je voudrais qu’on fasse ensemble... Les après midi shopping entre filles, les confessions, et tout un tas d’autres choses encore que je n’imagine même pas. Aller au cinéma, à la patinoire, rire bêtement pour des bêtises comme quand on était gamines, parler mecs. Etre ensemble en somme.
Alors oui je pourrais venir te voir, un jour, si jamais j’arrive à réunir l’argent, je pourrais rentrer aux Etats-Unis le temps de quelques semaines pour qu’on puisse faire tout ça. Mais avec l’installation en libéral je serais prise à la gorge financièrement pendant un moment. Tu n’as pas idée de ce que ça paye mal en France d’être psychologue. Et puis à quoi bon venir si c’est pour repartir seule et le cœur brisé d’être loin de ma famille à nouveau ?
Non, je ne viendrais pas te voir Emylie je suis désolée.
J’en ai décidé autrement. J’ai décidé que j’allais venir vivre à Lane, près de toi. Je vais m’installer en libéral dans le centre, j’ai aussi trouvé un poste à l’hôpital général là bas pour être un peu tranquille. Je n’aurais jamais pu espérer une aubaine pareille en France ! Coïncidence ou pas… il paraît qu’à Lane l’hôpital est assaillit de gens qui reviennent traumatisés de la forêt. Il y a aussi beaucoup de cas de dissociations de personnalité qui n’existent pas ailleurs. Ils proposaient un bon salaire pour quiconque s’occuperait des patients classiques de l’hôpital et chercherait en plus à y voir plus clair dans tout ça.
Sache que je n’ai rien sacrifié pour venir te trouver, c’est une super opportunité pour moi. Comme je ne voulais pas te causer de souci, ni te demander quoique ce soit j’ai déjà tout réglé. J’ai trouvé un cabinet que je partage avec un généraliste et une kiné en centre ville. J’ai aussi un appartement à quelques rues de là. J’ai même trouvé un superviseur.
Je ne veux pas que tu penses que je vais venir m’immiscer dans ta vie, ou juger ce que tu es devenue, ou me mêler de ce qui ne me regarde pas. Je me rends compte que tout ce temps loin de mon pays et de ma famille… loin de toi… Je me suis sentie déracinée. J’ai assez fuit. Je veux être ta sœur ni plus ni moins. Je veux tout faire pour essayer de montrer à notre mère que je mérite qu’elle me laisse voir Ryan.
J’ai le sentiment qu’on peut rattraper le temps perdu, que tout peut encore s’arranger, si seulement tu veux bien de moi.
J'arrive Mardi prochain vers trois heures de l'après-midi heure locale je crois... J'espère que sera là pour m’accueillir sinon on se verra plus tard à toi de voir.



Ta sœur qui t’aime,

Miranda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Sam 2 Nov - 17:41





« Retrouvailles »


C'était un mardi tout ce qu'il y avait de plus normal pour la jeune Emy. Elle était de service le soir donc ce matin-là elle fit la grasse matinée. Se réveillant sur les coups de midi elle s'extirpa de ses couvertures bien chaudes pour affronter le froid de ce mois de novembre. Soupirant elle enfila un jean ainsi qu'un petit pull et se dirigea vers sa petite cuisine pour ce faire un petit truc à manger. N'étant pas très bien réveillé encore elle décida de se faire un truc simple : des pâtes. Fouillant dans les placards pour dénicher une casserole elle finit par en trouver une, bien cachée. Emy mit de l'eau à chauffer et jeta un regard à sa microscopique cuisine.

- Faudrait peut-être que je pense à me trouver un appart' plus grand et mieux situé...


Soupirant encore une fois elle s'installa sur son ordinateur le temps que sa bouffe cuise. Une fois prête elle le dégusta sans conviction, perdue dans ses pensées. Ça faisait un moment qu'elle n'avait plus eu de nouvelles de sa sœur... Comme toujours lorsqu'elle pensait à Miranda, elle ressentait un pincement au coeur de ne pas l'avoir retenue à l'époque, ni de ne pas l'avoir suppliée de revenir toutes ses années. Soudainement prise d'une boule au ventre causée par le remord, la jeune fille saisit ses clés et sortit de son immeuble pour prendre son courrier. Tient, tient. Quand on pense au loup... Eh bien on le voit sautiller au milieu de la rue, une lettre de sa sœur à la main. Remontant rapidement dans son appartement elle se jeta sur son canapé pour l'ouvrir. C'était avec une joie immense qu'elle commença sa lecture, mais avec une autre sensation qu'elle lue la dernière phrase :

« J'arrive mardi prochain vers trois heures de l'après-midi heure locale je crois... J'espère que sera là pour m'accueillir sinon on se verra plus tard à toi de voir. »

Blanc dans l'esprit d'Emy. Regardant l'enveloppe elle vit qu'elle avait été postée la semaine précédente. Mardi prochain... Merde ! C'était aujourd'hui ! La jeune louve s'obligea à respirer calmement. Jetant un regard fébrile à l'horloge elle constata qu'il était treize heures, ce qui lui laissait un peu plus d'une heure, car il fallait compter le trajet qui durait déjà quarante-cinq minutes, en voiture, si ça roulait bien. Merde ! Bon ça irait, elle aurait le temps... Relisant encore une fois la lettre, elle s'attarda cette fois-ci sur quelques passages.

« Tu as l'air d'avoir une vie bien remplie... même si je n'ai pas l'impression d'en savoir très long sur la façon dont tu occupes tes journées. » En même temps la jeune louve ne faisait pas grand-chose de ses journées si ce n'était aller bosser et foutre le bordel de temps à autre. Glander aussi, elle faisait ça souvent.

« De mon côté j'ai quitté mon travail à l'hôpital psychiatrique... J'étais bien là-bas... » Pourquoi le quittait-elle dans ce cas ?

« Je ne sais pas, j'imagine que j'ai l'impression qu'autre chose de mieux m'attends ailleurs...d'autres amitiés et qui sait, l'amour... A vingt huit je suis toujours seule tu te rends compte ? » Vingt-huit ans, c'était pas si vieux quand même. Mais bon, il est vrai que parfois changer d'air n'était pas si mal, Emy l'avait déjà fait en quittant son petit village de campagne pour Lane.

« J'ai encore envoyé beaucoup de lettres à notre mère pour essayer de la convaincre de me laisser voir Ryan. Elle ne m'a jamais répondu comme tu t'en doutes. Est-ce qu'elle t'en a parlé au moins ? Est-ce que parfois elle mentionne mon existence depuis que je suis partie ? J'en doute... » Ce paragraphe sera le cœur de la jeune louve, car sa sœur avait raison, depuis son départ, son prénom avait été presque interdit de prononcer. Lorsqu'elle vivait encore chez ses parents elle avait vu sa mère ou son père jeter le lettre de Miranda au feu de nombreuse fois sans même les ouvrir. Seulement un jour Sarah, leur mère, en avait ouverte une et avait appris qu'Emylie avait dit à sa sœur pour la naissance de Ryan. Une chance pour elle que son père était en déplacement à ce moment-là car rien que la fureur de sa mère lui avait suffit à la décider de partir. Peu de temps après la jeune louve faisait ses bagages et se dirigeait vers Lane. L'une des raisons de son départ était qu'elle en comprenait et ne supportait plus la haine de ses parents envers sa grande sœur qu'elle aimait tant. Emy était resté en contact régulier avec ses parents, mais uniquement dans le but de pouvoir venir voir son frère et parfois même en avoir la garde un week-end tous les trois ou quatre mois. En y réfléchissant, cela faisait un moment qu'elle n'était pas retournée chez ses parents... Peut-être pourrait-elle proposer à Miranda d'y aller cette après-midi ?

« Mais peu importe je t'ai toi. Toi tu penses à moi. » Une larme coula sur sa joue et elle la chassa rageusement en grommelant un "putain...".

«  Je me demande souvent à quoi ressemble ta vie tu sais. (...) Mais qui sont tes amis ? Avec qui passes-tu tes journées ? A quoi ressemble ton quartier, ton appartement ? Est-ce que tu as trouvé l'amour toi de ton côté ? Dans quelle forêt du fait ces footings dont tu me parles souvent ? » Emy ricana. Sa vie ? Alors, ses " amis" n'étaient ni plus ni moins des loup-garous, comme elle, donc assez dangereux pour une humaine comme Mira'. Elle vivait dans un appartement un peu pourri et assez petit situé au milieu du quartier des étudiants, rien de bien passionnant. L'amour ? Hum... Passons. Ah ses footings, doux euphémisme pour parler de ses parties de chasse dans la peau de sa louve...

« Les après-midis shopping entre filles » Emy frissonna, elle détestait faire les boutiques... Mais bon, elle ferait un effort pour sa soeur.

« J'ai décidé que j'allais venir vivre à Lane, près de toi. (...) Comme je ne voulais pas te causer de souci, ni te demander quoique ce soit j'ai déjà tout réglé. (...) Je ne veux pas que tu penses que je vais venir m'immiscer dans ta vie, ou juger ce que tu es devenue, ou me mêler de ce qui ne me regarde pas. » La jeune louve en savait pas trop comment réagir face à ça... Elle avait quitté la demeure familiale pour protéger sa famille de sa nature pour le moins dangereuse et voilà que sa soeur venait habiter dans la même ville ? Certes Lane était une assez grande ville mais bon... Peut-être faudrait-elle qu'elle lui parle de son secret..

« Je me rends compte que tout ce temps loin de mon pays et de ma famille... loin de toi... Je me suis sentie déracinée. J'ai assez fuit. Je veux être ta soeur ni plus ni moins. Je veux tout faire pour essayer de montrer à notre mère que je mérite qu'elle me laisse voir Ryan. J'ai le sentiment qu'on peut rattraper le temps perdu, que tout peut encore s'arranger, si seulement tu veux bien de moi. » Ok... Emy ferait attention à sa sœur, elle allait la mettre au courant. Visiblement ça lui tenait vraiment à cœur de se rapprocher de la jeune louve, elle allait donc tout faire pour que ça se passe au mieux. Pas question qu'il lui arrive quoi que ce soit à Lane, maintenant qu'elle maîtrisait mieux ses transformations elle pourrait peut-être même lui montrer sa forme de loup. Enfin, fallait-il encore que Mira' ne la prenne pas pour une cinglé. Emylie ferait aussi tout pour que sa sœur rencontre Ryan, quitte à le cacher à ses parents. Il était hors de question qu'elle vive aussi proche et ne connaisse pas son frère.

Soupirant Emy se leva et posa la lettre sur la table basse. Elle fila ensuite à la douche et réfléchis beaucoup. Plus les minutes passaient plus l'inquiétude et l'angoisse montait. Qu'allait penser Miranda de sa petite sœur ? Serait-elle fière de la jeune femme qu'elle était devenue ? La croirait-elle pour son secret ? Allait-elle s'enfuir ?

Toutes ses questions résonnèrent dans sa tête alors qu'elle s'habillait un peu plus convenablement qu'à son réveil, se changeant plusieurs fois, lorsqu'elle passa dans la salle de bain pour se maquiller, lorsqu'elle sortie et qu'elle roula à travers les rues jusqu'à l'aéroport.

Pour une fois elle trouva une place de parking assez rapidement et se dirigea vers l'entrée les mains dans les poches de son blouson en cuir. Ses talons claquaient sur le sol fait de carrelage. Emy marchait d'une cadence assez rapide, l'estomac noué. Une fois dans le hall d'accueil elle scruta les arrivées et trouva le vol en provenant de France qui arrivait à quinze heures douze. Le prochain était à dix huit heures, ça devait donc être le premier où se trouvait Miranda. Jetant un coup d'oeil à l'énorme pendule elle remarqua qu'il lui restait quatorze minutes pour aller là où elle allait atterrir et à angoisser.

Se frayant un passage à travers la foule elle arriva au bon endroit et regarda par l'immense baie vitrée les avions décoller et atterrir. Sa soeur hantait ses pensées. Miranda lui avait elle aussi envoyée des photos d'elle donc Emylie savait qui chercher. Voyant des gens commencer à arriver avec leurs bagages, la jeune louve croisa les bras sous sa poitrine et scruta la foule. Puis elle la vit. Elle était là, tirant ses valises, l'air un peu épuisée, certainement du au voyage. Elle se rapprochait pendant qu'Emy restait figée. Peut-être que sa soeur ne l'avait pas reconnu. Merde, qu'est ce qu'elle allait faire ? Mais là, alors que seulement deux mètres les séparaient, leurs regards se croisa. Elle s'était arrêtée. Un peu tremblante Emy fit un pas puis deux. Elle sourit timidement.

- Salut.


Le truc le plus bidon à sortir quand presque dix ans ont passés sans voir sa soeur. Mais quelle conne... Enfin, rien n'importait plus aux yeux de la louve que le fait que sa soeur était là. Mira' était rentrée.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Sam 2 Nov - 22:53

C’était fait. Elle était vraiment partie. L’appartement était vide, elle avait vendu tous les meubles. Elle avait vécu là plusieurs années et elle ne ressentait pas la moindre peine, juste un immense soulagement. Il ne restait rien ici sinon elle, ses deux valises qui contenaient tout ce qu’elle avait osé se construire comme vie, comme possessions et les murs jaunis par le temps de l’appartement.

Et comme elle contemplait ce vide, elle réalisait qu’en réalité elle n’avait jamais vraiment eu l’intention de faire sa vie ici dans ce pays qui après tout ce temps lui semblait toujours étranger, loin de chez elle. Pourtant, lorsqu’elle s’était installée dans ce même appartement des années plus tôt elle s’y était vue mariée, avec des enfants. Il y avait la place. Une place qu’elle n’était jamais parvenue à remplir. Parce que ce n’était pas chez elle, ici. Chez elle c’était là bas. Là où elle avait peur de retourner. Là où elle n’avait pas le droit de rentrer.
Ce droit elle allait le prendre, elle allait se battre pour l’obtenir. Son travail approfondi sur elle-même avait toujours eu cet effet étrange. En même temps qu’elle possédait soudain la force d’aller au delà de la souffrance de faire ce qu’il fallait, elle la ressentait avec toute sa force dans toutes ses nuances.

Elle soupira, observa une dernière fois la vue sur le parc en bas de l’immeuble et s’en alla. Dans l’escalier elle salua gentiment les nouveaux locataires, un jeune couple avec un petit bébé. Elle leur assura une dernière fois que l’appartement était très bien et quand ils demandèrent pourquoi elle partait elle ne répondit pas.
Le taxi l’aida avec les bagages et ça y était elle était parti. Elle peinait à y croire. Elle avait peur en même temps. Mais chaque fois qu’elle pensait à sa sœur, elle se disait qu’elle avait fait ce qu’il fallait. Après avoir pleurer toutes les larmes de son corps, après avoir replongé dans tout ce qu’elle avait vécu enfant, puis séparée de sa grand-mère et au contact de cette famille, après s’être rendue compte que malgré ce qu’elle avait tenté de se faire croire elle n’était parvenu à détester personne, faible comme elle était, elle était enfin prête à se remettre sur les rails. Il en avait fallut du temps. Certaines plaies seraient toujours là, mais elle se sentait guérie.

Pendant longtemps, inconsciemment aussi, elle avait pensé que sa sœur ne voulait pas d’elle non plus. Elle avait pensé qu’en restant loin d’Emylie elle la protègerait qu’elle ne serait de toute façon pas une grande sœur à la hauteur de l’honnêteté, de la générosité et du caractère sans pareil de sa cadette. D’ailleurs… c’était pareil pour tout ce qu’elle entreprenait. Combien de fois ne s’était-elle pas surprise à penser que l’hôpital fonctionnerait mieux sans elle, que ses patients n’avaient pas besoin d’elle ? C’était pour lutter contre ce sentiment chronique de ne rien valoir qu’elle était devenue psychologue. Cette impression de honte qui la poursuivait depuis qu’elle était née et chaque fois qu’elle se regardait dans le miroir.

Mais il fallait passer par dessus, maintenant qu’elle savait très précisément d’où ça provenait et en même temps qu’elle savait que cela ne s’en irait pas. Jamais. Elle avait décidé de ne pas demander à sa sœur si elle souhaitait qu’elle la rejoigne. C’était une question stupide au fond non ?

Elle avait accepté la sentence de ses parents quand ils lui avaient demandé de partir comme si cela était la chose la plus naturelle du monde. Quand elle se demandait ce qu’elle avait fait pour mériter pareil traitement, il lui venait tout un tas de bonnes raisons. Des raisons qu’elle avait du prendre une à une et démonter pour découvrir avec un mélange subtile de surprise et d’horreur qu’elles étaient sans fondement. Il en avait fallu du temps pour qu’elle arrive à s’autoriser à rentrer chez elle.

Elle avait attendu ce départ avec impatience. Mais maintenant que c’était fait, qu’elle était dans le taxi, qu’elle ne pouvait plus faire marche arrière elle se sentait soulagée certes, mais aussi terriblement angoissée. Et si ça se passait mal à son nouveau travail ? Et si finalement elle ne se plaisait pas à Lane ? Et pire que tout, que ferait-elle si jamais sa sœur ne manifestait pas d’intérêt pour elle ?

L’aéroport n’était pas très chargé, alors elle se sentait seule à attendre l’embarquement en regardant les avions s’envoler. Elle avait pris un livre mais elle ne se sentait pas le cœur à s’y plonger. A la place, elle écoutait du Muse parce qu’elle savait que sa sœur aimait bien. Elle aussi d’ailleurs, aimait bien. Elle parvient à se calmer peu à peu en imaginant tout ce qu’elles pourraient faire ensemble ou se dire. Mais elle ne poussa pas la fantaisie jusqu’à s’imaginer serrant son petit frère dans ses bras. Par dessous l’angoisse, elle était heureuse, il fallait juste s’accrocher à ça.

Le vol fut agréable au départ, elle observa les nuages. Elle était partie tôt alors elle dormit un peu et après avoir visionné au moins cinq films en tout, l’atterrissage la fit revenir à la réalité. L’angoisse la rattrapa à ce moment là. Elle se força à respirer à fond en se disant que si sa sœur n’était pas venue, soit elle n’avait pas lu la lettre, soit elle travaillait, après tout nous étions en pleine semaine. D’ailleurs, elle aurait presque préféré qu’elle ne soit pas là. Non pas qu’elle n’avait pas envie de la voir. Mais plutôt qu’elle ne saurait pas comment se comporter. Longtemps elle s’était imaginée serrant sa sœur dans ses bras, pleurant de joie. Mais maintenant elle n’en savait plus rien.

Elle attendit longtemps autour de ce maudit tapis que ses valises daignent se montrer, en se rongeant les sangs et en regardant par la vitre des fois qu’elle voit quelque chose. Mais elle s’était bien trompée car il lui fallut encore passer d’interminables contrôles de sécurité. Heureusement les choses étaient facilitées par le fait qu’elle n’était pas une étrangère.

En franchissant les dernières étapes qui la séparaient de sa sœur, Miranda se sentit ridicule. Elle avait les mains qui tremblaient légèrement et le cœur qui battait. Merde à la fin ! Elle allait retrouver sa sœur. Sa sœur qui lui avait tellement manqué. Pourquoi cette angoisse ne pouvait pas la laisser tranquille pour une fois ?
Miranda traçait tout droit regardant devant elle. Mais brusquement elle la vit. Elle était là un peu sur le côté et leurs regards se croisèrent. Sans s’arrêter elle s’avança vers elle pour masquer son angoisse. Mais comme elle la voyait là devant elle, la joie commençait à prendre lentement sa revanche alors elle lui sourit largement alors que son cœur continuait de frapper entre ses côtes comme s’il voulait s’échapper. Emylie s’avança vers elle et finit par dire.

-Salut.

Cette voix, il y avait tellement longtemps qu’elle n’avait pas entendu cette voix. Pourquoi ne s’étaient-elle pas téléphoné ? Pourquoi avaient-elles perdu tout ce temps ?

-Hey… fit-elle alors que sa voix se mouillait des larmes.

Miranda lâcha ses valises et plongea sur sa sœur la serrant dans ses bras à l’en étouffer. Brusquement elle se rendit compte que les choses se passaient exactement comme elle l’avait imaginé. Pour une fois, elle n’était pas resté là paralysée par la honte. Elle avait fait tout ce chemin, elle avait serré sa sœur dans ses bras sans hésiter et elle sentait son corps fin contre le sien. Elle avait réussit. Quelques larmes roulèrent sur ses joues et elle sanglota.

Elles restèrent là un moment puis Miranda recula un peu pour la regarder séchant ses pleurs. Elle avait tellement changé, elle était tellement belle, elle était tellement… elle-même, là devant elle. Elle lui sourit encore largement, elle était si heureuse de la voir.

-Tu… vas bien ? demanda-t-elle maladroitement. Puis elle ajouta.

- C’est seulement maintenant que je me rends compte à quel point tu m’as manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Dim 3 Nov - 18:44





« Retrouvailles »


Emylie avait eu tout le temps nécessaire pour détailler sa sœur alors qu'elle marchait vers elle. Miranda était habillée d’une façon discrète, avec des vêtements un peu passe partout mais dans les tons de cet automne. Visiblement elle ne répugnait pas à passer sa journée dans une boutique de fringues à retourner les produits pour dénicher la perle rare. Rien que d’y penser cela faisait presque frissonner la demoiselle. Sa sœur était un peu plus forte qu’elle mais elle restait jolie pour ne pas dire magnifique à ses yeux. Les photos n’avaient pas menti, mais n’avaient pas non plus montré toute la beauté qu’était son aîné.

-Hey… finit-elle par lâcher.

Alors qu’Emy allait lui demander si son voyage s’était bien passé elle vit sa sœur se détacher de ses bagages et lui sauter au cou. Miranda était assez petite en taille, à peu près un mètre soixante-cinq à vue d’œil. Au naturel la blonde devait la dépasser de quelques centimètres mais avec ses talons, elle faisait une demie tête de plus.

Emylie rigola doucement tout en serrant sa sœur contre sa poitrine d’une main, lui frottant le dos de l’autre. Elle avait tellement changé, pourtant elle restait sa grande sœur adorée qu’elle aimait tant. Avant son arrivée elle se questionnait pour savoir si elle devait l’enlacer ou non mais finalement la question ne se posait plus, cela serait comme avant, les deux sœurs étant très tactiles à l’époque.

Mira’ commença à sangloter dans les bras de la jeune louve et celle-ci en fut très touchée, les larmes lui montèrent aux yeux. Une larme, puis deux finirent par couler et elle se mit aussi à pleurer en silence. Merde, son maquillage allait couler. Merde. Soupirant elle essaya de retenir ses pleurs pour ne pas ressembler à un panda.

Les gens défilaient autour d’eux, les frôlant sans pour autant les bousculer, la vie continuait dans l’aéroport pendant que le temps avait l’air de s’être suspendu entre les deux jeunes filles. Et puis soudain, les secondes recommencèrent à passer quand Miranda recula légèrement, séchant ses joues humides en souriant. Emy fit pareil sans toutefois lâcher la main de sa sœur qu’elle avait pris instinctivement.  

-Tu… vas bien ? lui demanda-t-elle sans se départir de son sourire tendre, mais elle finit par baisser les yeux en rajoutant : C’est seulement maintenant que je me rends compte à quel point tu m’as manqué.

Est-ce qu’elle allait bien ? Bien sûr ! Miranda était rentrée à la maison !

-Toi aussi tu m’as manqué grand sœur. Énormément.

Un autre avion venait d’arriver. Le hall fut bientôt remplit et cela ne facilita pas le dialogue. De par son instinct de louve Emy détestait être dans un endroit clos avec des inconnus. Elle prit donc l’une des valises de sa sœur sans lui demander et sans lâcher sa main, l’entraina vers la sortie. La jeune fille avait hâte d’être seule avec Miranda pour qu’elle puisse lui raconter comment c’était la France.

Perdue dans ses pensées elle oublia presque que dix ans s’étaient écoulés et tira Mira vers sa voiture comme lorsqu’elles étaient enfant et que la plus jeune avait découvert un trésor, sans un mot, laissant planer comme une sorte de mystère.
Arrivant devant son véhicule elle ouvrit le coffre et y jeta les deux valises puis se glissa dans la voiture, côté conducteur et attendit que sa sœur monte. Elle se demanda après coup si elle n’aurait pas dû lui parler avant de monter ou l'inciter à s'installer. Emy avait toujours était impulsive et en réfléchissait pas beaucoup sur le moment, du coup là elle se rendit compte qu’elle avait planté sa sœur sur le trottoir sans rien dire. Merde… Alors qu’elle allait ouvrir sa portière, celle du côté passager s’ouvrit.

Soulagée, la louve attendit qu’elle s’installe et en profita pour glisser son cd préféré de Muse, « Absolution » dans le lecteur et le mettre en route pas très fort. Comme ça, si Mira’ voulait parler elle pourrait et si au contraire elle ne voulait pas… Eh bien elles se seraient pas entourée d’un silence pesant, elles pourraient prétexter écouter la musique.

-Tu veux aller où en premier ? Manger un truc ? Tu dois être affamée. Tu veux aller au resto ou tu préféré passer chez moi ? Ou tu veux peut-être que je te dépose à ton appart ?

Se mordant l’intérieur de la joue, Emy s’obligea à se taire. Rien n’avait changé entre elles pourtant la blonde était encore stressée. Elle voulait absolument plaire à Miranda !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Dim 3 Nov - 19:42

-Toi aussi tu m’as manqué grande sœur. Enormément.

Décidément elle était incorrigible. Elle était presque surprise d’entendre ça. L’idée qu’elle puisse manquer à quelqu’un lui semblait folle, incongrue. Après cela, elle se demanda si sa sœur ne lui disait pas qu’elle lui avait manqué juste pour lui faire plaisir. Une seconde elle se sentit ridicule et angoissée à nouveau alors elle resta là, les bras ballants.

Mais Emylie attrapa une de ses valises, lui prit la main et elle se remit à sourire. Il fallait juste s’apercevoir que tout était comme avant, rien n’avait changé entre elles deux, pendant tout ce temps. Elles s’étaient transformés elles étaient devenues des femmes à part entière, encore plus différentes qu’à l’époque mais leur relation était resté la même.

Elles sortirent en vitesse de l’aéroport qui se remplissait lentement et Miranda se souvient que sa sœur n’avait jamais aimé la foule. Emylie flaqua les deux valises dans son coffre et monta derrière le volant. Sans hésiter sa sœur s’installa sur le siège passager. Elle reconnu Muse, elle ne savait plus exactement quel album mais la chanson lui plaisait alors elle l’écouta un moment.

-Tu veux aller où en premier ? Manger un truc ? Tu dois être affamée. Tu veux aller au resto ou tu préféré passer chez moi ? Ou tu veux peut-être que je te dépose à ton appart ?

Emylie avait parlé un peu vite. En y réfléchissant bien, Miranda se rendait compte qu’en réalité sa sœur était tout aussi anxieuse qu’elle. Elle avait l’œil attentif à force de côtoyer les patients. Après tout, elles avaient grandi dans la même famille, elles craignaient les mêmes choses, elles pouvaient se comprendre.

-On pourrait aller poser les valises chez moi… Comme ça tu verrais l’appartement et… moi aussi par la même occasion. Et après… je veux bien aller au resto. Je t’invite si tu veux.

Elles roulèrent un moment et Miranda commença à se sentir mal à l’aise à nouveau comme elle indiquait le chemin, pas très sûre d’elle. Après tout elles allaient dans les beaux quartiers. Son travail à l’hôpital était vraiment bien payé et elle avait pu se permettre un petit appartement plutôt bien situé. Elle doutait que sa sœur bénéfice d’un tel niveau de vie. Elle se sentait soudain coupable d’être si bien habillée. Elle fit silence quand elles arrivèrent en bas de l’immeuble. Sur les photos elle ne s’attendait pas à une entrée si fastueuse avec de grands miroirs. L’escalier était vaste et en pierre. L’ascenseur se trouvait au centre dans une cage en ferraille.

Elles montèrent toutes les deux et Miranda ouvrit la porte avec appréhension. Après tout, c’était chez elle mais elle n’y avait encore pas mis les pieds. L’appartement était juste sous les toits. On entrait directement dans le salon. Sur la droite un escalier montait vers la mezzanine, tout en bois foncé. Juste à côté un petit couloir donnait sur la salle de bain et un petit bureau logés juste sous l’étage. En face une large baie vitrée laissait voir une jolie vue sur la ville. Sur la gauche se trouvait une cuisine américaine. Le tout était assez petit, entièrement meublé dans des tons chauds, construit sous les pentes des toits. Rien ne dépassait, rien n’était en désordre. On se croyait sur une photo de magazine de décoration. Il serait urgent de mettre un peu de désordre dans tout ça. A nouveau Miranda se sentit mal à l’aise. Alors elle lança :

-Bon… Tu connais un bon resto ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 5 Nov - 1:06





« Retrouvailles »


-On pourrait aller poser les valises chez moi… Comme ça tu verrais l’appartement et… moi aussi par la même occasion. Et après… je veux bien aller au resto. Je t’invite si tu veux.

Emy avait marmonné quelques mots pour montrer son accord, puis avait mis le contacte et manœuvré pour sortir du parking. Elle roula jusqu'au centre ville, se souvenant que dans sa lettre, Miranda lui en avait parlé. Se laissant guider à travers les rues d'une manière maladroite par sa sœur, elles finirent par arriver en bas de l'immeuble. La chance continuait de sourire à la la louve qui trouva une place libre juste en face du hall d'entrée.

La demoiselle fut vaguement agacée de voir le luxe dans le quel Miranda allait vivre alors qu'elle, elle bénéficiait d'un salaire plutôt convenable mais pas encore assez élevé pour s'offrir un appartement chic dans les beaux quartiers de Lane.

Sortant les bagages du coffre elle se saisit d'une valise et suivit Mira' dans l'entrée couverte de miroirs. Promenant un regard elle vit un immense escalier en marbre et même une cage d'ascenseur dans le fond. Ouais, elle ne pourrait jamais vivre dans un tel confort, définitivement. Emy haussa les épaules intérieurement.De toute manière elle préférait la simplicité au côté tape à l’œil. Elles prirent l'ascenseur – s'il y en avait un, autant s'en servir – et arrivèrent devant la porte de l'appartement. La plus jeune vit sa sœur hésiter mais fini par ouvrir et toutes deux détaillèrent du regard l'intérieur. La première pièce était assez vaste, comptant le salon ainsi qu'une cuisine américaine dans le coin gauche. A côté du grand escalier en bois qui menait à la mezzanine, il y avait un un couloir donnant certainement sur les pièces comme la salle de bain. Vu la taille de l'appartement il devait certainement avoir un bureau ou une pièce supplémentaire. La blonde émit un sifflement mi admiratif mi moqueur. Face à elle se trouvait une baie vitrée laissant voir l'activité de la ville. Vu la hauteur, c'est là qu'Emy comprit qu'elles étaient sous les toits.

-Pas mal pour un grenier, ricana-t-elle doucement.

Cet appartement était clairement différent de celui d'Emy, de part sa taille et sa localisation mais aussi par le ton des meubles et de la tapisserie. Le tout appelait à la chaleur alors que chez la louve son bordel ambiant et son mobilier donné plus envie de ne pas rentrer.

Tirant sa sœur de ses rêveries, Miranda lança :

-Bon… Tu connais un bon resto ?

Un bon restaurant ? Bien sûr qu'elle en connaissait un ! Celui où elle bossait. Pour la louve c'était le meilleur dans le quel elle avait mangé, mais aussi l'ambiance était sympa. Enfin... Pour elle qui faisait parti de la meute... Pour une humaine « normale » cela pourrait poser problème. Était-ce une bonne idée de la conduire là-bas ? Emy réfléchit, pesant le pour et le contre à plusieurs reprise puis décida qu'aucun événement n'était encore survenue au bar et que si sa sœur devait apprendre pour son secret s'était certainement le meilleur endroit où le faire.

-Le bar où je bosse sert des bons plats, si tu veux. Pour la note je te laisserais régler hein, puisque tu l'as si gentiment proposé tout à l'heure. Et puis, vu la gueule de ton appart' tu as largement les moyen d'inviter ta petite sœur d'amour au resto, nan ?
Rigola-t-elle pour d'étendre l'atmosphère qu'elle sentait encore bien tendue.

En y réfléchissant bien, le « Big Bad Wolf » était le meilleur endroit où emmener sa sœur, comme ça elle pourrait lui présenter Cathy – si elle bossait, ce qui serait certainement le cas en semaine –, celle qui avait été comme une mère pour elle depuis son arrivée à Lane, malgré qu'elle ne faisait pas partie de la meute. Elle connaissait notre secret, évidemment, puisqu'elle était marié avec un loup. Aussi étonnant que ça puisse paraître, Cathy avait été acceptée directement par cette communauté alors que c'était plus ou moins une intruse.

Miranda aurait peut-être autant de chance et les camarades d'Emy ne la dévisagerait pas comme une un lapin dans un terrier de renards. Espérons le.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 5 Nov - 16:07

Emylie avait sifflé en entrant dans l’appartement et Miranda s’était crispée regrettant amèrement d’avoir conduit sa sœur chez elle.  De toute évidence en temps que serveuse elle ne pourrait jamais se permettre un tel confort. Elle espérait qu’elle n’y verrait pas une marque de mépris de sa part, ou une tentative pour la rabaisser, ou elle ne savait quoi d’autre. En réalité, elle-même sur les photos n’avaient pas réalisé que l’endroit était aussi luxueux… ou alors c’était ce qu’elle se disait pour faire taire sa culpabilité… Elle avait été fière de sa réussite social elle devait bien se l’avouer. Elle s’était enorgueillie d’avoir de l’argent, parce que cela voulait dire qu’elle était devenue quelqu’un. Mais ce faisant considérait-elle que sa sœur n’était personne ? Non évidemment. Elle avait peur que le message soit compris de cette façon là par elle. Elle serra les dents, espérant comme toujours qu’elle serait pardonné pour sa maladresse.

-Pas mal pour un grenier lança sa sœur en ricanant.

Miranda ne put pas s’empêcher d’entendre une pointe d’amertume dans sa voix. C’était vrai que l’appartement était sous les toits. Il était sans doute deux fois moins cher que ceux de l’étage en dessus, plus spacieux et mieux isolé. Malgré cela, la vue qui s’étalait derrière la baie vitrée lui faisait étrangement honte.

Miranda voulut dire qu'elle avait eu beaucoup de chance mais juste après elle se sentit encore plus ridicule. De la chance… Il n’était pas tombé du ciel l’appartement non plus. Elle avait les moyens, il fallait bien l’admettre. Elle se sentait soudain comme si elle avait volé cet argent. Comme s’il n’était pas à elle. Méritait-elle tout cela ? La réponse formulée par son esprit n’avait rien de surprenant. Non. Evidement que non. Sa sœur aurait infiniment plus le droit d’être à sa place qu’elle-même. Elle chassa ses sombres pensés se rappelant par quoi elles lui étaient dictées et tentant de retrouver la joie d’être auprès de sa sœur enfin, après tout ce temps. Quelle idée aussi d’avoir attendu si longtemps avant de la revoir ? Tout ce temps perdu n’était pas sans conséquences finalement. Et si elle avait trop changé pour que sa sœur l’apprécie toujours. ? Et si elle la trouvait prétentieuse, imbue d’elle-même ?

Elle avait donc fini par proposer d'aller au restaurant, où sa sœur voudrait, pour ne plus voir son regard se promener sur le mobilier.

Sa sœur sembla hésiter un instant. Et Miranda espéra que sa sœur n’était pas en train d’hésiter à la conduire dans un des restaurants qu’elle fréquentait sous prétexte qu’il ne serait pas assez bien pour elle. En France elle avait été bien moins lotie qu’ici et elle avait gardé un goût prononcé pour les fast-foods ou les petites gargotes, hélas pour sa ligne.

-Le bar où je bosse sert des bons plats, si tu veux. Pour la note je te laisserais régler hein, puisque tu l'as si gentiment proposé tout à l'heure. Et puis, vu la gueule de ton appart' tu as largement les moyen d'inviter ta petite sœur d'amour au resto, nan ?

Cette fois une expression de douleur tout à fait perceptible avait du passer sur son visage et Miranda le regretta. Elle avait oublié à quel point sa sœur pouvait parfois mettre les pieds dans le plat. Une fois sortie de leur famille étouffante et rigide ce trait de caractère se manifestait dans toute son amplitude. Peut-être parce que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas échangé directement avec sa sœur, Miranda sentit cela comme une critique à son encontre.

-Oui oui je t’invite aucun souci, dit-elle un peu trop vite, en plus j’ai envie de voir où tu travailles.

Au fond inviter sa sœur à manger semblait être une injure de plus à lui faire, parce que c’était sous entendre qu’elle ne pouvait se débrouiller. Ne pas le faire aurait été être atrocement égoïste, il n’avait donc pas de bonne solution à ce dilemme. Comme elle faisait les choses de travers de toute façon, elle éprouva le besoin de s’expliquer auprès de sa sœur. Aussi elle commença à lui parler de son travail alors qu’elles se mirent en route vers le restaurant.

-En fait moi-même je ne comprends pas bien pourquoi ils me payent autant à l’hôpital. Alors certes les psys gagent mieux aux États-Unis qu’en France, mais là je touche presque deux fois plus tu te rends compte ? Je pense que c’est à cause de cette recherche à laquelle je participe…

Voyant que chercher à trouver des raisons à son exorbitant salaire ne l’aidait pas à se sentir mieux Miranda changea de sujet alors qu’elles s’engouffraient dans l’ascenseur :

-D’ailleurs tu as entendu parlé de ces histoires étranges qui entourent la forêt de Lane ? Une partie de mon poste est financé par le SCP… je ne sais pas si tu vois de quoi il s’agit. Il y a eu toute une série de cas de dissociation de la personnalité très étranges à Lane. Un genre de pathologie qu’on ne trouve pas ailleurs et qui ne concerne que des gens qui sont allés en forêt, assez loin parfois. Jusqu’à maintenant ils ont l’air assez désemparés, personne n’arrive à dire de quoi il s’agit mais il n’y a pas d’anomalie cérébrale ou rien de toxique qui puisse expliquer ça. Ils ont trouvé des genre de radiations mais rien de probant donc ils pensent que c'est psy. A tel point qu’ils étaient contents de voir arriver quelqu’un de l’école Française…Apparemment ces patients font des crises très intenses après quoi ils atterrissent à l’hôpital général parce qu’ils sont complètement confus... Je suis sensée les suivre, essayer de les soigner et faire des comptes rendus pour les labos du SCP.


Miranda se rendit compte qu’elle avait trop parlé. Sa pauvre sœur n’allait pas pouvoir en placer une si elle continuait de la sorte. Un peu mal à l’aise elle tomba dans le silence, espérant qu’Emylie oublierait les histoires d’argent et aurait quelque chose d’intéressant à lui raconter sur les légendes locales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Ven 8 Nov - 23:19





« Retrouvailles »


Le but d'Emy n'était pas d'être blessante, mais de dire les choses comme elle les pensait, sans trop faire attention. Elle avait toujours été impulsive mais toute son adolescence elle avait dû brider ses émotions pour plaire à ses parents, alors maintenant qu'elle faisait plus ou moins ce qu'elle voulait, la jeune fille ne se privait pas.

-Oui oui je t'invite aucun souci, en plus j'ai envie de voir où tu travailles.

Voir où elle bossait ne serait certainement pas ce à quoi elle pensait. Les gens passaient leur temps à se jeter des bières à la tronche, à se battre pour rien et à parler de base-ball... Ouais en fait ce n'était pas différent des autres bars, sauf que là, la clientèle était principalement composée de loup-garous. Emy se surpris à espérer qu'il n'y est pas de débordement qui nécessite d'expliquer à Mira pourquoi un tel rigolait alors qu'un autre venait de lui ouvrir le bras et que la dite plaie avait déjà disparu, ou alors pourquoi une bagarre d'ivrogne avait fini par un combat de loup.

Perdu dans l'élaboration de situation à risque qui pourrait se produire, la jeune fille avait vaguement hoché la tête.

-En fait moi-même je ne comprends pas bien pourquoi ils me payent autant à l'hôpital. Alors certes les psys gagent mieux aux États-Unis qu'en France, mais là je touche presque deux fois plus tu te rends compte ? Je pense que c'est à cause de cette recherche à laquelle je participe...

Emy était en ville depuis quelque temps déjà et avait entendu pas mal de rumeur sur des légendes locales, mais aussi sur un centre plus ou moins secret qui étudiait ses phénomènes. Sortant de ses rêveries elle écouta attentivement sa soeur, peut-être que « cette recherche » était un projet lié à ça.

Mira passa devant elle pour sortir et la demoiselle la suivis. Puis lorsqu'elles rentrèrent dans l'ascenseur Mira continua son discours, prenant certainement le silence d'Emylie comme une invitation à poursuivre, ce que c'était justement.

-D'ailleurs tu as entendu parlé de ces histoires étranges qui entourent la forêt de Lane ? Une partie de mon poste est financé par le SCP... je ne sais pas si tu vois de quoi il s'agit. Il y a eu toute une série de cas de dissociation de la personnalité très étranges à Lane. Un genre de pathologie qu'on ne trouve pas ailleurs et qui ne concerne que des gens qui sont allés en forêt, assez loin parfois. Jusqu'à maintenant ils ont l'air assez désemparés, personne n'arrive à dire de quoi il s'agit mais il n'y a pas d'anomalie cérébrale ou rien de toxique qui puisse expliquer ça. Ils ont trouvé des genre de radiations mais rien de probant donc ils pensent que c'est psy. A tel point qu'ils étaient contents de voir arriver quelqu'un de l'école Française...Apparemment ces patients font des crises très intenses après quoi ils atterrissent à l'hôpital général parce qu'ils sont complètement confus... Je suis sensée les suivre, essayer de les soigner et faire des comptes rendus pour les labos du SCP.

On voyait que Miranda était passionnée par son travail ! La blonde n'avait pas eu le temps d'aligner trois mots, n'osant pas la couper. Pendant ce temps les deux soeurs avaient rejoins la voiture de la plus jeune. Emy pris le temps de déverrouiller les portières et de s'installer pour réfléchir.

Le SCP ? C'était ça le nom de l'organisme ultra secret qui bossait sur les phénomènes étranges, selon les rumeurs ?

Bien sûr qu'elle avait entendu parler de ces histoires flippantes. Tous les gens de Lane en avaient plus ou moins conscience. Plusieurs disparitions étaient survenues et parfois les gens revenaient mais étaient ... Différents. Emy savait bien que ces phénomènes n'avaient pas encore trouvés d'explications logique.

Cela ne rassura pas tellement la jeune fille de savoir que sa soeur allait faire partie du projet et qu'elle allait voir des patients traumatisés et potentiellement violents. Certes Mira avait déjà travaillée avec des criminels, mais à ce moment elle était loin et Emy ne pouvait rien y faire. Là, elles étaient dans la même ville, la louve pouvait la protéger, elle le devait. Mais, après tout c'était le choix de Miranda de travailler pour cet organisme...

- Pour répondre à ta question, oui j'ai déjà entendu parler des choses bizarres qui se passent en forêt. D'après ce que je sais, il y aurait une sorte de monstre qui y rôde et qui tue, ou du moins fait disparaître les humains qui s'aventurent trop loin, surtout la nuit. Certain reviennent, mais ils sont ... C'est plus les mêmes. Mira, je vais être honnête, ça ne me plaît pas trop que tu bosses dans ça. Ça peut être dangereux. Je sais, tu es grande, c'est ta vie et tes choix, mais je m'inquiète pour toi... Maintenant que je t'ai retrouvé, je ne veux pas qu'il t'arrive malheur... Mais bon, je peux pas t'obliger, promets moi juste de ne pas t'acharner à la tâche et faire passer ta santé avant tout.

Emy avait soupiré. Mira venait à peine d'arriver que déjà, la jeune fille lui donnait des consignes. Elle voulait simplement la voir heureuse, entre eux deux, c'est l'aîné qui le méritait le plus selon elle. Après avoir autant souffert elle avait le droit de s'épanouir.

Pendant qu'elles parlaient, la jeune fille avait roulé en direction du « Big Bad Wolf », toujours pas convaincu que c'était la meilleure idée pour aller manger dans le calme et de ne pas griller son secret. Enfin, on verra bien.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Dim 10 Nov - 16:45

Miranda avait parlé à sa sœur de son travail plus pour dissiper le malaise qu’autre chose. Mais elle l’avait vu comme… s’assombrir. Ces légendes étaient décidément prégnantes pour que sa sœur qui n’était tout de même pas native de la région en soi autant imprégnée. Plus Miranda entendait parlé de tout cela et plus cela lui semblait complètement absurde. Il devait bien y avoir une explication logique. Mais apparemment vu sa mine sinistre sa sœur n’était pas en mesure de lui là fournir.

-Pour répondre à ta question, oui j'ai déjà entendu parler des choses bizarres qui se passent en forêt. D'après ce que je sais, il y aurait une sorte de monstre qui y rôde et qui tue, ou du moins fait disparaître les humains qui s'aventurent trop loin, surtout la nuit. Certain reviennent, mais ils sont ... C'est plus les mêmes. Mira, je vais être honnête, ça ne me plaît pas trop que tu bosses dans ça. Ça peut être dangereux. Je sais, tu es grande, c'est ta vie et tes choix, mais je m'inquiète pour toi... Maintenant que je t'ai retrouvé, je ne veux pas qu'il t'arrive malheur... Mais bon, je peux pas t'obliger, promets moi juste de ne pas t'acharner à la tâche et faire passer ta santé avant tout.

Elles étaient maintenant en voiture, en route pour le lieu de travail de sa sœur où elles allaient pouvoir prendre un bon repas. Miranda observa sa sœur qui avait les yeux fixés sur la route. Elle avait dit tout cela sans ciller. Elle en parlait comme si cela la touchait de près, ou qu’elle avait connu quelque chose de semblable. En tout cas, elle avait l’air de prendre ces légendes très au sérieux. C’était très étrange, elle ne savait pas Emylie si superstitieuse. Quand elle l’avait quitté elle était plutôt du genre à avoir bien les pieds sur terre. Qu’est ce qui avait bien pu se passer entre temps, pour que soudain elle se mette à s’inquiéter à cause de vieilles légendes locales ?

En même temps Miranda était touchée. Sa sœur s’inquiétait pour elle. La jeune femme n’était plus habituée à ce qu’on se fasse du souci pour elle. En France Mira avait été très réservée, beaucoup de ses amis de la fac lui parlaient lorsqu’elles allaient mal, elle avait des amis avec qui sortir, aller faire un bowling le week-end. Mais personne ne s’était jamais fait de souci pour la jeune psychologue là bas. Personne n’avait remarqué à quel point elle était mal, ce jour où elle avait retrouvé son patient pendu dans sa cellule un matin, quand elle travaillait à la prison. Miranda avait été reçue en supervision pour les entretiens post-traumatiques, elle l’avait vu se balancer au bout de sa corde pendant des semaines dans ses cauchemars. En y pensant, elle entendait toujours ce bruit, elle avait oublié la vision, se rappelait du bruit et cela suffisait à la terroriser. Evidement Miranda avait fait le tour de la question de savoir comment la culpabilité de ce suicide faisait écho à toute les autres, à ses sentiments de ne rien valoir. Son patient s'était suicidé, elle était donc une mauvaise psy, en plus d'être une mauvaise fille, une mauvaise personne et une mauvaise soeur... Fouiller dans les plaies de son existence, cela faisait parti de son travail dans ces moments là. Mais elle avait mal vécu de le faire seule, avec seulement des professionnels pour la soutenir et non des amis. Non pas que les gens étaient égoïstes, mais si elle ne leur montrait rien, ils ne pouvaient pas deviner. Une fois seulement Miranda avait parlé de ce suicide, c’était un an après, le jour du réveillon. Il s’en était suivit d’un silence de mort. Personne n’avait été capable d’avoir un mot gentil. Et ce jour là la jeune femme avait réalisé que contrairement à ce qu’elle répétait à ses patients, en parler ne garantissait pas nécessairement de trouver une oreille attentive, bien au contraire.

Et sa sœur s’inquiétait pour elle, alors qu’il ne lui était encore rien arrivé. Elle avait décidément très très bien fait de rentrer. Sa sœur était si proche d’elle encore et malgré tout ce temps qui les avait séparés qu’elle se souciait d’elle, quand-bien même elle ne montrait rien et peu importait la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle eut envie de la serrer dans ses bras l’espace d’une seconde mais comme elle conduisait…

Alors Miranda repensa à son entretien d’embauche. Le type qu'elle avait eu au téléphone lui parlait de légendes, de personne malades mentales ou délirantes donc dans un premier temps, elle avait déduit qu’il ne croyait rien de tout cela. Mais en même temps, il avait évoqué de façon très sérieuse les monstres sans visages de la forêt et les personnes qui revenaient transformés de leur expédition dans les bois. Maintenant qu’elle y pensait, il avait aussi évoqué un nombre anormal de personnes convaincues d’être des loups garous ou des vampires. Et puis surtout, le détail le plus alarmant avait été qu’il semblait surpris qu’elle accepte ce poste malgré l’importance du salaire. Peut-être bien que sa sœur avait raison, qu’il fallait se méfier. Elle n’envisageait pas une minute que quoique ce soit puisse être vrai, autre chose que des légendes ou le délire de quelques personnes en souffrance. Mais peut-être bien qu’il y avait quelque chose de louche derrière tout cela.

-C’est normal que tu t’inquiètes pour moi. Je suis ta sœur. commença Miranda en souriant à Emylie. Mais ne t’en fais pas, avec l’expérience j’ai compris que trop m’impliquer n’était utile ni pour moi, ni pour les patients. Mais… apparemment ils ne sont violents que pendant les crises et pas après quand je les reçois.

Miranda marqua une pause.

-En fait je me pose surtout des questions sur ce genre de recherche… le SCP. J’espère qu’ils ne m’ont rien caché quand ils m’ont embauchée. Ils avaient presque l’air d’y croire eux quand j’y repense. C’est fou non ? Ils m’ont parlé des monstres de la forêt comme toi. Et ils m’ont aussi dit qu’il y avait beaucoup de gens qui arrivaient à l’hôpital en disant qu’ils étaient des vampires… ou des loups garou…ou qui étaient certains d'en avoir vu. C’est assez incroyable non ? Ça fait aussi parti de mes missions de les soigner et d’essayer de comprendre pourquoi ils sont si nombreux à présenter ce genre de délire par ici. Mais toi… Dis moi pas que tu y crois… ?

Finalement elles étaient arrivées au restaurant où travaillait Emylie. Juste comme elle achevait sa phrase elle avisa le nom de l’endroit « Big Bad Wolf » un vague sentiment de malaise s’empara d’elle. A croire que cette psychose ambiante était contagieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 12 Nov - 0:21





« Retrouvailles »


Emy voyait que sa soeur la fixait du coin de l'oeil mais n'y prêta pas attention, gardant les yeux fixés sur la route. C'était la fin d'après-midi, les gens commençait à sortir du travail, les enfants rentraient de l'école. La circulation était encore fluide, mais serait très vite ralentit quand tous les bureaucrates auraient fini leur journée. La jeune fille était contente que sa soeur soit arrivé dans ses heures là, cela les épargnait les bouchons interminables.

La louve remarqua aussi son mouvement pour se rapprocher, mais très vite sa soeur se ravisa. Note à soit même : faire un câlin à sa soeur en arrivant.

Emylie roula en direction de son lieu de travail pendant que le silence s'installait, perturbé uniquement par le poste cd restait allumé. La chanson «Thoughts Of A Dying Atheist» résonnait dans l'habitacle.

-C'est normal que tu t'inquiètes pour moi. Je suis ta soeur, dit soudain sa soeur,Mais ne t'en fais pas, avec l'expérience j'ai compris que trop m'impliquer n'était utile ni pour moi, ni pour les patients. Mais... apparemment ils ne sont violents que pendant les crises et pas après quand je les reçois.

La blonde vit bien le sourire de Mira mais n'y prêta pas attention. Sa soeur allait travailler avec des patients potentiellement violents et ça ne lui plaisait pas. Cela devait venir de son gène de louve car elle n'était pas aussi protectrice avant. Ou peut-être était-ce juste le fait qu'elle venait de la retrouver et ne voulait pas la perdre à nouveau.

Elles n'étaient plus qu'à quelques rues du bar. Une boule d'anxiété naquit dans le ventre d'Emylie. Pourvut que tout se passe bien !

-En fait je me pose surtout des questions sur ce genre de recherche... le SCP. J'espère qu'ils ne m'ont rien caché quand ils m'ont embauchée. Ils avaient presque l'air d'y croire eux quand j'y repense. C'est fou non ? Ils m'ont parlé des monstres de la forêt comme toi. Et ils m'ont aussi dit qu'il y avait beaucoup de gens qui arrivaient à l'hôpital en disant qu'ils étaient des vampires... ou des loups garou...ou qui étaient certains d'en avoir vu. C'est assez incroyable non ? Ça fait aussi parti de mes missions de les soigner et d'essayer de comprendre pourquoi ils sont si nombreux à présenter ce genre de délire par ici. Mais toi... Dis moi pas que tu y crois... ?

Hola ! Ça partait mal pour la jeune louve, sa soeur ne semblait pas croire à l'existence de créatures surnaturels. Merde... Elle allait vraiment la prendre pour une folle si elle lui avouait son secret.

Emy déglutit avec peine quand Mira aborda le sujet des loup-garous. Merde, encore... Hé ! Ça se trouve ses patients lui diraient avoir vu un loup géant, tout blanc avec une oreille noire et le bout de la queue de la même couleur... Non, il ne fallait pas penser à ça bordel... Comment abordait le sujet...

Est-ce qu'elle y croyait ? Bien sûr ! Elle en faisait partie ! Elle soupira.

Elles venaient d'arriver devant le « Big Bad Wolf » et ce nom fit sourit Emylie compte-tenu de la discussion. La jeune fille sortie de la voiture et en fit le tour pour ouvrir la portière à sa soeur. Elle attendit qu'elle descende et la prit dans ses bras. La blonde s'écarta et réfléchit à la meilleure réponse à fournir.

-Euh... Ouais, j'y crois. Je fais partie des gens qui ont... Vu des choses bizarres. J'en suis pas folle pour autant, hein ! Je sais pas, il doit y avoir des choses que la science n'explique pas et qui sont trop complexes pour le cerveau humain. Je... Faut que je te dise un truc, Mira, je...

Elle fut interrompu par deux gars - des mecs de sa meute forcément - qui sortaient du bar en gueulant. Emy leva les yeux au ciel puis les fixa d'un air mauvais. Quand elle s'apprêtait à tout avouer à sa soeur il fallait que des abrutis fassent irruptions. L'un deux reconnu la blonde et se dirigea donc vers les deux filles.

-Salut ma belle, c'est qui ton amie ? Tu me présentes ?

Il manquait plus que ça. Emy eut envie de lui foutre sa main dans la tronche pour effacer son sourire moqueur. C'est peut-être ce qu'elle allait faire s'il insistait. La louve posa sa main sur le torse du type et le poussa pour qu'il recule, se décalant légèrement pour être devant sa soeur.

- Dégage Jason. Tu vois pas qu'on est occupées ? Alors barre toi avant que je m'énerve et que je te colle mon poing dans la gueule, tu sais que j'en suis capable. Me fais pas chier ce soir.

-Tu te prends pour qui, connasse ! Depuis quand tu me parles comme ça ?! Je suis plus dominant que toi alors montre moi que tu es une gentille soumise et excuse toi.

-Moi ? Une soumise ? La blague, tu dois confondre. Je m'excuserais pas devant un branleur qui vit au crocher de la meute et se cache derrière les jupe de son père dès que ça sent le roussi. Je respecte Philippe en tant que second, mais rien ne m'oblige à avoir de l'estime pour son fils.

Emy avait un peu oublié sa soeur qui était juste derrière et commença à réaliser qu'elle avait ouvertement parlé de son secret en sa présence. Encore une fois, merdeeee ! Elle n'osait pas se retourner alors elle garda les yeux braqué sur Jason, concentré dans un duel de regards. Le type qui accompagnait cet emmerdeur fit enfin son apparition et secoua le bras de ce qui semblait être son ami.

-Jason, laisse là ! Tu vois pas qu'elle est avec une humaine ! Tu vas encore t'attirer des emmerdes ! Réfléchis, en plus tu sais qu'elle payera pour ça !

-On en a pas finit, Emy.

Il cracha par terre et fit demi tour en poussant son pote. La blonde ferma les yeux pour repousser sa louve déjà bien trop proche. Elle soupira et finit par les rouvrir et se tourner vers sa soeur en baissant le regard, n'osant affronter son expression.

-Et merde...

Décidément, c'était le mot du jour.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 12 Nov - 21:03

Miranda parlait de son travail. Quand elle y repensait le type de l’entretien téléphonique avait eu l’air de prendre ses légendes très au sérieux. La jeune psychologue espérait qu’on ne lui cachait rien sur la nature exacte de son emploi. Elle fut surprise quand elle sortit de la voiture, car sa sœur la prit dans ses bras. Elle avait du sentir son impulsion de tout à l’heure. Emylie avait toujours eu une sensibilité particulière pour ce genre de choses.

Puis elle lança un nouveau regard à l’enseigne du bar. Tout cela l’intéressait profondément, apparemment dans cette ville on ne rencontrait pas la même psychopathologie qu’ailleurs. Il y avait un nombre important de dissociations de la personnalité chez ceux qui étaient allés en forêt et aussi des gens qui disaient être ou avoir vu des loups-garous, des vampires… Miranda espérait que sa sœur l’aiderait à comprendre un peu mieux de quoi il était question. Pour sa part elle s’imaginait que la ville avait connu un traumatisme qui serait resté vivace. Dans l’avion, elle avait eu l’idée de chercher dans les archives quelque chose remontant à peu près trois générations. Mais sa théorie était remise en cause du fait que sa sœur semblait prendre tout cela très au sérieux elle aussi, alors qu’elle n’était pas native de la ville. A moins que le phénomène soit vraiment très puissant, ça n’avait pas de sens. Alors Mira attendit la réponse de sa sœur.

-Euh... Ouais, j'y crois. Je fais partie des gens qui ont... Vu des choses bizarres. J'en suis pas folle pour autant, hein ! Je sais pas, il doit y avoir des choses que la science n'explique pas et qui sont trop complexes pour le cerveau humain. Je... Faut que je te dise un truc, Mira, je...

Miranda allait rassurer sa sœur en lui disant qu’elle ne la pensait pas folle, mais elle s’interrompit là car deux hommes se dirigeaient vers elle d’un pas assez assuré qui fit un peu peur à la jeune femme. Sa sœur leur lança un regard noir qui ne lui disait rien qui vaille.

-Salut ma belle, c'est qui ton amie ? Tu me présentes ? commença un des deux hommes.

Miranda fut mal à l’aise en voyant l’espèce de regard concupiscant qu’il lança à sa sœur. Elle réalisa brusquement qu’elle n’avait plus neuf ans, que c’était une femme maintenant.

-Je suis Miranda, se présenta la jeune psychologue, la sœur d’Emylie.

Mais sa remarque passa complètement inaperçue.

-Dégage Jason. Tu vois pas qu'on est occupées ? Alors barre toi avant que je m'énerve et que je te colle mon poing dans la gueule, tu sais que j'en suis capable. Me fais pas chier ce soir.

Miranda eut un mouvement de recul. Décidément non, sa sœur n’avait plus neuf ans du tout. Elle avait sous estimé son hostilité envers cet homme. Elle espéra que les choses ne dégénèrent pas. Elle ne voulait pas que sa présence cause de conflits, mais apparemment cela remontait à bien avant au vu de la violence de la réaction d’Emylie.

-Tu te prends pour qui, connasse ! Depuis quand tu me parles comme ça ?! Je suis plus dominant que toi alors montre moi que tu es une gentille soumise et excuses toi.

Miranda butta un instant. Je suis plus « dominant » que toi ? C’était quoi cette réplique machisme complètement déplacée. Elle commençait à sentir la colère monter devant un comportement aussi absurde et elle allait répliquer qu’elle ne tolèrerait pas qu’on traite sa sœur de « connasse ». Mais elle avait oublié que la petite Emy n’avait pas eu besoin d’elle pour se défendre tout ce temps. Elle resta alors silencieuse pendant que sa sœur lança sa tirade, se sentant vaguement coupable.

-Moi ? Une soumise ? La blague, tu dois confondre. Je m'excuserais pas devant un branleur qui vit au crocher de la meute et se cache derrière les jupe de son père dès que ça sent le roussi. Je respecte Philippe en tant que second, mais rien ne m'oblige à avoir de l'estime pour son fils.


Cette fois la jeune psychologue était confuse… Elle avait parlé d’une… « meute », d’un « second »… et il avait dit… « dominant ». Mais qu’est ce que c’était que ce vocabulaire ? « Meute » c’était sans doute une métaphore. « Second » « dominant » ça ressemblait à une sorte de hiérarchie. La seule conclusion logique que Mira put tirer était que sa sœur était entrée dans une secte, mais la connaissant c’était très étonnant. Avec son goût pour la contestation, elle n’y aurait pas survécu plus de quelques jours. Au moment où Miranda se sentait complètement dépassée par les évènements, l’autre homme intervint finalement.

-Jason, laisse là ! Tu vois pas qu'elle est avec une humaine ! Tu vas encore t'attirer des emmerdes ! Réfléchis, en plus tu sais qu'elle payera pour ça !

« Humaine » oui encore heureux qu’elle était humaine. Qu’est ce qu’elle aurait pu être d’autre ? Brusquement la réponse fut claire dans son esprit. Une meute, des dominants, des seconds… ils parlaient comme dans les films mettant en scène des loup-garou. Elle entendit à nouveau le ton sérieux de son recruteur au téléphone et revit la mine sombre de sa sœur. Elle lui avait dit qu’elle y croyait, qu’elle avait vu des choses… C’était officiel, elle était en train de devenir complètement paranoïaque. Des loups garous, de vrais loups-garous. Non, non, il devait y avoir une explication possible à tout ceci et sa sœur allait lui la fournir.

-On en a pas finit, Emy.

Cette dernière phrase ramena Miranda à la réalité brusquement. Quoiqu’il soit en train de se passer et qu’elle ne comprenait pas, sa sœur venait de s’attirer des ennuis. Et il n’était pas question de la laisser « payer » pour quoique ce soit sans se battre. Elle n’avait fait que s’emporter, elle ne méritait pas qu’il lui arrive quoique ce soit. Et le ton de l’autre avait laissé entendre que ce qui l’attendait ne serait pas beau à voir. Le dénommé Jason cracha sur le sol et ils s’en allèrent. Miranda se tourna alors vers sa sœur qui se tenait là, les yeux fermés, à essayer de contenir sa colère.

-Eh merde… finit-elle par souffler.

Miranda hésita sur quoi dire. Les questions se bousculaient dans sa tête et en même temps, elle craignait que certaines d’entre elles ne poussent sa sœur à se retourner contre elle. Elle retourna le problème dans tous les sens avant de conclure que quelles que soient ses hypothèses elle se trompait surement.

-Emylie… dit-elle très doucement, je crois qu’on va s’asseoir à l’intérieur… devant un bon repas et si tu veux, tu vas m’expliquer ce qui se passe…

Puis elle ajouta très vite.

-A moins que tu veuilles aller manger ailleurs du coup…

Miranda n’était pas très sur de vouloir savoir ce que tout ceci cachait, mais il faudrait sans doute bien s’y résoudre. A nouveau l’enseigne clignota devant ses yeux. A nouveau elle douta. Des loups-garous… En tout cas il était clair que ni sa sœur, ni ces hommes n’étaient délirants, avec le temps elle avait appris à reconnaître ce genre de choses. Que se passait-il alors ? Quel était le sens de cette altercation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Lun 16 Déc - 2:07





« Retrouvailles »


Une brise souffla et la jeune fille enroula ses bras autour de sa poitrine, plus parce qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre que dû à la morsure du froid. Le regard baissé vers le trottoir humide et jonché de feuille, la jeune louve n'osait pas relever les yeux pour affronter ceux de sa sœur. Sans s'en rendre compte, Emy venait de révéler une bonne partie du secret qu'il fallait absolument qu'elle préserve face à Miranda. D'une part, elle tenait à protéger sa famille, mais dans le fond, c'était surtout elle à qui elle voulait épargner le plus de choses.

Certes, le fait que sa sœur sache toute la vérité lui permettrait de partager avec elle, cela lui éviterait aussi de toujours faire attention à la moindre de ses paroles. Par le passé, Emylie avait déjà prouvé que la réflexion sur le moment n'était pas son fort.

Pendant un instant qui sembla durer des heures, un silence gêné plana dans l'air. La blonde sentait Mira réfléchir et elle voulait lui apporter les réponses dont elle avait besoin mais elle craignait qu'en relevant la tête elle la face fuir. Ou simplement qu'elle la prenne pour une cinglé.

Alors que la demoiselle s'apprêtait à prononcer un flot de paroles pour expliquer la situation au plus vite, elle entendit la voix douce de sa sœur. Elle n'avait pas l'air en colère ni terrorisé mais clairement perdue.

-Emylie... je crois qu'on va s'asseoir à l'intérieur... devant un bon repas et si tu veux, tu vas m'expliquer ce qui se passe... A moins que tu veuilles aller manger ailleurs du coup...

La blonde expira profondément, sans même s'être rendu compte qu'elle retenait sa respiration depuis qu'elle l'avait entendu prononcer son prénom. Sa sœur avait toujours eu un don pour la mettre à l'aise et malgré tout ce temps passé l'une sans l'autre c'était toujours le cas.

Emy voulait lui montrer son lieu de travail et lui présenter les gens qui s'y trouvait mais elle craignait que ce ne soit pas le meilleur endroit pour évoquer sa lycanthropie. Mais à bien y réfléchir, si le bar de loup devant lequel elles se trouvaient ne convenait pas, aucun autre n'irait.

Lentement, elle releva ses yeux bleus vers le visage de sa sœur et lui fit un faible sourire. Puis sans réfléchir - encore - elle lui sauta au coup, les larmes aux yeux.

- Mira je suis désolée, vraiment. Je ne suis qu'une idiote, j'aurais pas dû te cacher un truc pareil, je... Je voulais pas. Tu es l'une des personnes auxquels je tiens le plus...

Serrant sa soeur un peu plus fort elle ferma les yeux et essaya de se calmer. Waaah on était bien loin de la Emy robuste et avec du caractère qu'on avait pu voir quelques minutes auparavant ! En l'espace d'un instant, elle était redevenue la petite fille à qui on retire sa grande sœur qu'elle aimait tant. Soupirant elle s'écarta légèrement et releva la tête. Il fallait qu'elle se ressaisisse, merde à la fin !

- Ok. On va entrer. Je te raconterais tout. Et le premier dans ce putain de bar miteux qui me cherche, j'lui arrache la tête et l'offre aux gosses des rues pour qu'ils jouent au foot.

Là ça ressemblait déjà un peu plus à la femme qu'était devenue Emylie. Elle saisit sa sœur par la main sans lui laisser le temps de répondre et marcha vers l'entrée d'un pas décidé. Elle avait déjà trop attendu pour lui dire la vérité. C'était ce soir qu'elle lui raconterait tout et puis voilà. Même si cela risquait de les séparer à nouveau... Mira méritait de savoir.

Poussant la porte rageusement, attirant le regard de la salle, elle se dirigea en grognant vers un petit box libre. Son patron l'avait salué et elle lui avait répondu en « ta gueule ». Vraiment, elle n'était pas d'humeur là. Après s'être installé elle soupira et fixa sa sœur.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 17 Déc - 22:17

Pour sûr c’était la conversation la plus absurde que Mira ait jamais entendue…En dehors de l’hôpital psychiatrique au moins. Il s’y parlait de « meute » de « dominant » de « soumise »  de « second »… La jeune psychologue ne savait plus vraiment quoi penser jusqu’à ce qu’elle se souvienne d’un film qu’elle avait vu il y avait peu sur les loups garous. Et puis il y avait mention de loups géants dans les légendes urbaines… et ce type qui l’avait recrutée au téléphone, qui semblait y croire lui aussi maintenant qu’elle y pensait.

Mieux valait ne pas se perdre en vaines conjectures alors que sa sœur était sur le point d’exploser de rage. Ce qui était certain c’était que ce type avait été plus que grossier avec Emy. Miranda lui avait donc simplement proposé d’aller s’asseoir à l’intérieur pour qu’elles puissent parler de tout cela posément.

Elle était contente car ses paroles semblèrent avoir pour effet de calmer sa sœur qui eut une sorte d’expiration. Il y eut encore un instant de silence gêné qu’elle ne comprit pas, elle attendit anxieusement une réponse, s’attendant presque soudain à ce qu’Emy lui hurle quelque chose au visage dans un regain de sa rage. La tension avait été si intense.

Mais au lieu de cela elle leva vers elle des yeux pleins de larmes et brusquement elle lui sauta au cou. Mira serra ses bras autour de sa sœur. La minute d’avant elle se défendait avec hargne et véhémence et voilà qu’à présent elle retrouvait la petite fille qu’elle avait connue et consolée autre fois. Elle était touchée au cœur par sa soudaine fragilité.

- Mira je suis désolée, vraiment. Je ne suis qu'une idiote, j'aurais pas dû te cacher un truc pareil, je... Je voulais pas. Tu es l'une des personnes auxquels je tiens le plus...


La jeune femme resta interdite une seconde. Sa sœur dans les bras. Venait-elle vraiment de dire « Tu es l’une des personnes auxquels je tiens le plus… » à elle ? Elle qu’elle n’avait pas vu depuis tout ce temps. Une sorte d’abîme s’ouvrit à l’intérieur d’elle. En même temps elle était plus qu’heureuse que sa sœur lui dise cela, c’était comme si un morceau d’elle lui était rendu, comme si ce pan de sa vie prenait sens tout à coup. D’un autre côté elle envisageait soudain son départ sous un autre jour. Visiblement, ce que sa sœur lui cachait, de quoi qu’il s’agisse, était très lourd à porter. C’était quelque chose difficile. Elle n’avait pas été là pour elle tout ce temps. Quand elle était partie elle avait été persuadée que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire pour sa sœur, qu’elle était réellement nuisible pour toute la famille comme sa mère le lui avait fait croire. Mais pendant qu’elle se battait avec ses vieux démons à des milliers de kilomètres de là, pendant qu’elle aidait de parfaits inconnus, sa sœur avait besoin d’elle et elle n’avait pas été là.

- En même temps… bredouilla-t-elle, j’ai l’impression que ce n’est pas vraiment le genre de chose qu’on a envie de dire par téléphone… ou dans une lettre…

Mais sa sœur sembla se ressaisir soudain et à nouveau Mira réalisa à quel point elle avait changé depuis tout ce temps. A quel point elle avait été forgée par son habitude à se débrouiller seule. Sans elle.

- Ok. On va entrer. Je te raconterais tout. Et le premier dans ce putain de bar miteux qui me cherche, j'lui arrache la tête et l'offre aux gosses des rues pour qu'ils jouent au foot.

Miranda frissonna en imaginant la scène mais ne fit aucun commentaire. Un peu déconcertée par ce brutal changement d’attitude elle se laissa prendre la main et suivit Emy dans le bar, non sans une certaine appréhension. L'endroit avait l'air sympathique mais il était étrange de constater à quel point tous les hommes qui se trouvaient là semblaient imposants et robustes. Mais c’était sans doute son imagination. Un homme héla Emylie mais elle lui répondit simplement « Ta gueule » et la jeune femme se raidit. Décidément, tout ceci semblait pire que ce à quoi elle s’attendait. Sa sœur l’entraîna jusqu’à un petit box un peu à l’écart. Elle s’assit redoutant le pire.

Elle observa que sa sœur semblait fatiguée soudain.

-Je t’écoute... souffla-t-elle.

Juste après elle se gifla mentalement. Cette phrase là en général, elle était pour ses patients. Ses patients pas sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Ven 4 Avr - 16:39





« Retrouvailles »


Comment expliquer à sa sœur humaine qu’en réalité, la personne qu’elle considérait comme de sa famille était en fait un monstre capable de se couvrir de fourrure quand les émotions la submergent et que ses crocs avaient déjà servi à tuer des êtres humains ? Franchement, il n’y avait pas de façon idéal pour annoncer ça mais il fallait bien qu’Emy en trouve une et vite. D’autant que la subtilité, la maitrise dans ce genre de situation ou le tact n’était pas les points forts de la jeune femme.

- Je t’écoute... la pressa gentiment Mira.

Emy soupira longuement en baissant les yeux puis les releva pour la regarder intensément.

- Miranda, tout à l’heure tu m’as demandé ce que je pensais de l’existence des loups garous et je t’ai dit que j’y croyais… Seulement je ne t’ai pas tout dit... Disons que tes patients qui arrivent chez toi en te disant qu’ils font partis de la communauté surnaturelle, ce n’est pas tout le temps dans leur tête…

Incapable de soutenir son regard, Emylie tourna la tête pour observer les clients qui vaquaient à leurs occupations. Deux amis d’un certain âge discutaient, accoudé au bar, une bière à la main. Celui qu’elle pouvait apercevoir portait la moustache et celle-ci était couverte de mousse alcoolisée, pourtant il ne semblait pas en avoir conscience, riant de bon cœur en entendant les propos de son interlocuteur qui parlé si fort que la jeune fille aurait pu participer à la conversation.

La demoiselle tourna son regard vers le fond de la salle où elle vit un des plus récents loups prendre la main d’une femme à la crinière d’un roux flamboyant et prononcer quelque mot, les joues se colorant d’un jolie teinte rosâtre.  Clara, la femme assise à ses côtés porta une main à ses lèvres pendant que le jeune homme sortait une petite boite de sa poche. Emy assistait bien malgré elle a une demande en mariage et cela ne la fit même pas se réjouir. Toute ses choses qui l’aurait fait sourire d’ordinaire ne représentaient alors qu’une série d’images sans importance tellement son cerveau travaillait pour trouver la façon la plus délicate pour elle d’annoncer la nouvelle. La jeune louve devait bien l’admettre, elle était trop préoccupée par sa sœur tout juste rentré au pays à qui elle devait annoncer qu’elle n’était pas humaine.  

Ce n’était pas la première fois que la blonde devait dire à quelqu’un qu’elle était une louve garou, sa grand-mère en l’occurrence avait été la première à qui elle avait dû faire face. Depuis ce temps, elle avait bien sur continué de garder ce détail secret mais son cercle de connaissance étant restreint, le sujet n’était plus considéré comme une tare. Tous les gens dans ce bar, mise à part Miranda faisaient partie de sa meute ou étaient conjoint d’un loup.

C’était d’ailleurs le cas pour Cathy, la femme du patron qui avait certainement compris de quoi les deux jeunes femmes conversaient car elle fixait Emy avec un regard encourageant.  Cette femme à l’allure un peu rondouillarde, ses yeux pétillante et sa mine souriante était devenu sa mère de substitution depuis son arrivée à Lane. Les vrais parents d’Emylie ne savaient pas pour sa lycanthropie et la version officielle était qu’elle avait réalisé que mettre un peu de distance entre eux faciliterait leurs relations qui commençaient, à l’époque à se dégrader. La demoiselle devenait grande et ses parents avaient de moins en moins d’emprise sur elle, provoquant leur agacement et un esprit de rébellion encore plus fort chez la blonde.  Son petit frère, Ryan, était plus ou moins au courant pour son secret car la jeune fille lui avait dit pouvoir se transformer en loup et qu’elle le mangerait s’il n’était pas sage. C’était une demi-vérité et cela pouvait amplement passer pour un gentil mensonge au cas où le petit aurait la langue un peu trop bien pendu.

Seulement, cela fonctionnait pour ses parents, préférant certainement ne pas s’attarder sur la question, aillant aussi des choses plus importantes à gérer que la raison qui avait poussé leur fille à s’imaginer louve. Mais malheureusement pour Emy, sa sœur n’était pas aussi indifférente à sa personne et elle se trouvait actuellement en face d’elle, attendant une réponse à sa question. Il fallait faire de la lumière sur ce point sombre de la vie de la blonde et le destin avait décidé que cela devait ce faire ce soir-là, dans ce bar.

Emylie se racla la gorge et tourna son regard vers Miranda qui continuait de la regarder intensément. Elle essaya de ne pas se demander si sa sœur observait ses patients ainsi mais c’est comme si elle était à une thérapie que la demoiselle cracha le morceau.

- En fait, ce que je vais te dire est assez compliqué à expliquer pour moi et à comprendre pour toi. Quand tu es partie en Europe, il s’est passé des trucs à la maison et ma vie a changé. Je ne t’en ai pas parlé car je ne voulais pas t’inquiéter et parce que tu semblais te reconstruire petit à petit là-bas. Et plus le temps est passé, plus ce secret c’est enfouis en moi mais puisque tu es de retour, je ne peux plus me cacher derrière l’excuse de la distance…

La jeune femme n’avait jamais été aussi sérieuse qu’à ce moment-là et elle espérait que cela arriverait à convaincre Miranda qu’elle n’était pas cinglée. Emy tripotait nerveusement  la manche de sa veste en cuir en réfléchissant à quoi dire ensuite. Elle avait jugé inutile de tourner autour du pot plus longtemps et aucune tournure de phrase ne l’aiderait sur ce coup là. Elle avait donc décidé de foncer tête baissé comme à chaque fois, même si parfois – très souvent – il s’était avéré que cela n’était pas la bonne méthode.

- Enfin bref, ici il y a des légendes locales dont tu entendras certainement beaucoup parler lors de tes séances et les habitants y croient beaucoup. Mais depuis quelques années, une dizaine à peu près, il y a eu des rumeurs concernant des immenses loups qui parcouraient la forêt la nuit et particulièrement les soirs de pleines lunes. Ces apparitions ont fait la une des journaux locaux pendant quelques semaines puis l’histoire c’est tassée et on a parlé d’un truc dans l’eau ou quoi qui aurait fait délirer des gens. Mais ça a jamais été expliqué. Bah ça en fait, c’est parce que il y a des gens bien placé qui ont étouffés l’affaire.

Emy avait fait des recherches sur la ville par curiosité peu de temps après son arrivé et elle avait même découvert que certaine personne de sa meute avait subi cette période où leur secret menaçait d’être révélé.  Malgré son caractère impulsif et son coté blonde idiote, il se cachait une fille intéressée et intelligente. La demoiselle appréhendait la réaction de sa sœur face à sa passion pour la culture locale car même si elles avaient beaucoup conversé, jamais la plus jeune n’avait jamais laissé aucun détail sur une quelconque motivation quant à la recherche de tant d’information.

- Si je te dis tout ça c’est qu’en réalité, l’existence des loups garous a bien failli être connue de tous. A l’époque je ne savais rien de tout ça et ce n’est que récemment que j’ai découvert ses informations. Car cette histoire est propre à Lane et les membres de la meute locale et ils ne sont pas tout à fait d’accord que des étrangers en aient connaissance. Mais toi je sais que je peux te faire confiance donc… Je sais, ce n’est pas très précis ce que je te dis mais c’est que… Miranda, tu te souviens il y a quelques années, j’ai arrêté de répondre à tes lettres quelques temps et j’ai prétexté des examens. En fait c’était pas très vrai… A ce moment il s’est passé un truc et j’ai découvert que j’étais différente. Quand je t’ai dit que les rumeurs étaient exactes c’est parce que j’en fais partie, je veux dire des sources de ses histoires. Depuis quelques années maintenant je peux disons… Me transformer à ma guise en louve. Pas comme dans UnderWorld hein, ni à la The Vampire Diaries… Mais si je devais faire une comparaison je dirais que ceux de Twilight relate le mieux la réalité même si on a quand même l’air plus méchants.

Son discourt avait l’avantage de lui avoir permis de lui dire la vérité mais la demoiselle craignait d’avoir légèrement perdu sa sœur ou alors de lui avoir fait peur. Elle se rassit au fond de sa banquette en se rongeant un ongle, attendant le verdict. Elle murmura aussi qu’elle était désolée mais garda dès lors le silence pour laisser à Mira le temps d’assimiler l’annonce de la lycanthropie de sa petite sœur.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Ven 4 Avr - 23:10

Miranda venait de signifier à sa sœur qu’elle l’écoutait… Exactement comme elle faisait avec ses patients. Elle détestait cette idée. Cela la faisait se sentir coupable. Comme si elle ne se souciait pas de sa sœur assez, comme si c’était une parfaite inconnue. En même temps elle sentait que ce n’était pas le cas.

Emy lâcha un profond soupire et les yeux rivés sur la table et quand elle les releva son regard fit naître une boule dans le ventre de Miranda. Qu’est ce qu’elle avait de si terrible à cacher ? Elle avait peur de ce qu’elle allait entendre. La pire option étant que sa sœur avait souffert et qu’elle n’avait pas été là pour elle, quand elle en avait besoin. C’était sans doute le cas, quelque soit ce secret. Toutes les hypothèses avaient quitté son esprit. Quoique ce soit, c’était terrible et au fond c’était ce qui était important.

- Miranda, tout à l’heure tu m’as demandé ce que je pensais de l’existence des loups garous et je t’ai dit que j’y croyais… Seulement je ne t’ai pas tout dit... Disons que tes patients qui arrivent chez toi en te disant qu’ils font partis de la communauté surnaturelle, ce n’est pas tout le temps dans leur tête…

Miranda repensa à certains de ces patients. Ce jeune homme qu’elle avait suivit après une tentative de suicide. Sérieuse, la tentative à l’arme à feu. Sa survie avait tenu du miracle vraiment. Il ne semblait pas délirant, il était très déprimé avec une problématique narcissique importante certes mais adapté. Deux semaines après sa sortie de l’hôpital il avait retrouvé du travail tout ce qui fallait. Mais son discours c’était « Je suis monstrueux, parfois je me transforme et je deviens mauvais. » Quand elle essayait de remonter jusqu’aux causes de sa tentative elle se trouvait confrontée à de très très importantes résistances. Il disait qu’il ne se souvenait pas vraiment de ce qui s’était passé juste avant qu’il s’était « transformé, avec des crocs » des choses de cet ordre. Il parlait de sang aussi, mais elle avait pensé que le traumatisme l’avait emmené jusqu’à sa tentative trop vite. A présent, elle entendait tous ces éléments d’une toute autre oreille.  Cette histoire de poils retrouvés partout, lâchée juste sur le pas de la porte. Et si ce patient savait ce qui lui était arrivé ? Et si c’était précisément la raison pour laquelle il voulait mettre fin à ses jours ?

Mais ce n’était pas la question… la question pour le moment c’était sa sœur. Sa sœur qui détournait les yeux d’elle, parce qu’elle avait peur elle aussi apparemment. Miranda aurait voulu dire quelque chose de rassurant mais elle ne savait vraiment pas quoi. Les yeux d’Emy se promenèrent sur la salle mais elle ne voulait la regarder que elle, pour lui montrer qu’elle l’écoutait.

Après un temps qui parut infiniment long à Mira elle se racla la gorge.  Elle attendit sans ciller, le cœur battant.

- En fait, ce que je vais te dire est assez compliqué à expliquer pour moi et à comprendre pour toi. Quand tu es partie en Europe, il s’est passé des trucs à la maison et ma vie a changé. Je ne t’en ai pas parlé car je ne voulais pas t’inquiéter et parce que tu semblais te reconstruire petit à petit là-bas. Et plus le temps est passé, plus ce secret c’est enfouis en moi mais puisque tu es de retour, je ne peux plus me cacher derrière l’excuse de la distance…

Miranda senti un poids tomber sur ses épaules. La distance… la distance avait fait que sa sœur ne lui avait pas confié ce secret. Elle avait du traverser elle ne savait quoi toute seule parce qu’elle était partie. Elle ne lui avait pas parler parce qu’elle n’avait pas voulu l’inquiéter… Mais enfin ! Ce n’était pas d’elle qu’on devait prendre soin, ce n’était pas elle qu’on devait protéger ! A ses yeux sa sœur cadette était infiniment plus fragile qu’elle, infiniment plus précieuse aussi. Et tout ce temps, elle s’était apitoyée sur son sort sans penser une minute que peut-être Emy traversait quelque chose de plus difficile encore. Encore une fois, elle ne trouva rien à dire. Clouée la place par la lourdeur de l’atmosphère elle ne pouvait rien répondre, juste écouter sa sœur et essayer de lui faire comprendre par le regard qu’elle était là pour elle.

- Enfin bref, ici il y a des légendes locales dont tu entendras certainement beaucoup parler lors de tes séances et les habitants y croient beaucoup. Mais depuis quelques années, une dizaine à peu près, il y a eu des rumeurs concernant des immenses loups qui parcouraient la forêt la nuit et particulièrement les soirs de pleines lunes. Ces apparitions ont fait la une des journaux locaux pendant quelques semaines puis l’histoire c’est tassée et on a parlé d’un truc dans l’eau ou quoi qui aurait fait délirer des gens. Mais ça a jamais été expliqué. Bah ça en fait, c’est parce que il y a des gens bien placé qui ont étouffés l’affaire.

Miranda avait un peu enquêté sur les légendes de la ville à cause de l’histoire de la folie régionale. Et effectivement ce récit concerant de grands loups dans la forêt semblait plutôt récente. L’histoire de l’eau lui avait semblé crédible et elle n’avait pas cherché plus avant… Mais maintenant d’autres souvenirs des patients lui revenaient comme sa sœur en parlait. Des petits « vous croyez aux vampires… ? » glissés au détour d’une conversation, des subtils « il paraît que la forêt de Lane abrite une espèce très rare de loups », des hésitants « Vous y croyez vous à la légende de Slender ? » Tous ces patients, tous ensemble venaient tester sa tolérance, voir si elle pouvait accepter et comprendre quelque chose qui touchait à la limite de la raison.

Vraiment il fallait que sa sœur arrête de parler de ses patients. C’est plus facile de penser à eux que de se rendre compte que c’était sa propre sœur assise devant elle avec quelque chose d’énorme sur le cœur. Elle n’en savait rien pour le moment, elle ignorait si tout cela était vrai. Mais justement, la question était un suspens dans son esprit, vraiment. Pas juste dans son arrière pensée, pas juste quand elle regardait par dessus son épaule tard le soir. Intellectuellement et sérieusement la questionnée était posée. Après tout, peut-être bien que les loups garous existaient. C’était une explication plausible pour expliquer tout ce qu’elle avait entendu ses patients dire, ce que sa sœur avait dit aujourd’hui, tout jusqu’au nom de ce bar. Sa sœur semblait y croire elle, Miranda en était de plus en plus convaincue, elle parlait comme si tout cela était vrai pour elle. Ça ne ressemblait pas un délire, du tout. C’était à son tour de s’ouvrir sans quoi ce serait elle la délirante dans peu de temps.

Elle se souvint d’un professeur de fac en france, il y avait de cela une éternité:

« Vous savez... j’avais un patient qui était complètement délirant. Mais c’était quelqu’un d’assez intelligent. Et donc quand il s’est mis à aller un peu mieux et qu’il était toujours délirant il m’a dit. « Vous dites que je suis en train de délirer parce que je projette et mets en scène des choses qui sont difficiles pour moi dans la réalité, moi je vous dis que je communique avec les extraterrestres, après tout... qu’est ce qui vous dit que vous dis que votre théorie est meilleure que la mienne ? » Et donc j’ai hésité un petit moment… et puis j’ai fini par répondre que la différence entre lui et moi, c’est que j’acceptais de remettre en question ma théorie. Une théorie ça reste une théorie, une hypothèse. Un délire ça ne supporte pas la contradiction et c’est justement à ça qu’on le reconnaît. »

Plus que jamais, je prenais ce conseil au sérieux. Au pied de la lettre même.

- Si je te dis tout ça c’est qu’en réalité, l’existence des loups garous a bien failli être connue de tous. A l’époque je ne savais rien de tout ça et ce n’est que récemment que j’ai découvert ses informations. Car cette histoire est propre à Lane et les membres de la meute locale et ils ne sont pas tout à fait d’accord que des étrangers en aient connaissance. Mais toi je sais que je peux te faire confiance donc… Je sais, ce n’est pas très précis ce que je te dis mais c’est que… Miranda, tu te souviens il y a quelques années, j’ai arrêté de répondre à tes lettres quelques temps et j’ai prétexté des examens. En fait c’était pas très vrai… A ce moment il s’est passé un truc et j’ai découvert que j’étais différente. Quand je t’ai dit que les rumeurs étaient exactes c’est parce que j’en fais partie, je veux dire des sources de ses histoires. Depuis quelques années maintenant je peux disons… Me transformer à ma guise en louve. Pas comme dans UnderWorld hein, ni à la The Vampire Diaries… Mais si je devais faire une comparaison je dirais que ceux de Twilight relate le mieux la réalité même si on a quand même l’air plus méchants.


Emy se recula et se rongea un ongle et elle regarda Miranda comme si elle pouvait la tuer d’un seul regard. Et encore une fois elle ne trouvait rien à répondre parce qu’une brèche s’ouvrait sous ses pieds. Tolérer la contradiction ça n’était pas gratuit, ça nécessitait d’être complètement plongé dans l’incertitude. C’était presque un miracle qu’elle ait réussit à le faire. Mais si elle examinait les choses de la façon la plus neutre possible, mettant un instant de côté ses sentiments, le verdict était sans appel. Sa sœur était bien une louve garou. Elle semblait anxieuse comme quelqu’un qui révélait un douloureux secret, pas comme quelqu’un qui nageait en plein délire. Et en plus de ce qu’elle avait dit, il y avait tout le reste, tous les autres ici au bar et leurs histoires de dominants, de soumis… tout cela était d’une logique implacable.

Et juste après la froideur de la raison venaient les sentiments de nouveau. Sa sœur... une louve garou… C’était un choc, un tsunami. C’était inconcevable et pourtant vrai. Son esprit fut complètement blanc un moment. Cela lui arrivait à elle, à Emy.

Et puis Emylie souffla un tout petit « désolé » et Mira retrouva l’usage de parole soudain.

-C’est moi qui suis désolée Emy, commença-t-elle la voix un peu tremblante.

Elle pris une grande inspiration et attrapa la main de sa sœur pour la serrer.

-Je suis désolée parce que tout ce temps… tu as traversé ça toute seule... sans mon aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Lun 5 Mai - 16:17





« Retrouvailles »


Après sa petite explication, Emylie avait laissé à Miranda le temps de réaliser. Elle avait bien conscience que dans la tête de sa sœur, deux parties devaient s’opposer. Celle de la raison, la façon de voir les choses sous un point de vue rationnel, faire la différence entre le possible et l’impossible. Seulement, dans ce cas-là, il fallait voir plus loin et c’était cette deuxième facette qui devait l’emporter dans ce duel mental. Pour la blonde, il le fallait. Sinon elle allait perdre sa sœur et peut-être même sa liberté car on l’a croirait folle. La jeune femme observé sa sœur et pouvait presque voir les rouages dans sa tête tourner à plein régime. Miranda semblait manquer de mot pour exprimer ses pensées et ce n’était que lorsque la blonde s’était excusé qu’elle avait repris contenance, comme un nouveau souffle. Elle avait saisis la main de sa petite sœur, la serrant malgré ses légers tremblements.

-C’est moi qui suis désolée Emy… Je suis désolée parce que tout ce temps… tu as traversé ça toute seule... sans mon aide.

La jeune louve ne savait pas quoi répondre à ça. Oui, Mira ne l’avait pas aidé à traverser cette épreuve, mais comment aurait-elle pu ? Elle ne savait pas et ça n’était pas sa faute. Seule Emylie était responsable pour le coup, c’était elle qui avait gardé ce secret. Et puis, elle n’était pas tout à fait seule, sa grand-mère était là. Puis il y a eu sa première meute… Seulement, malgré tout ça, il était vrai que la blonde aurait bien voulu avoir sa sœur près d’elle à ce moment de sa vie. Bien évidemment elle ne lui dira jamais car elle sait que Miranda s’en voudrait. Mais Emy se consolait en se disant qu’aujourd’hui elle était là et qu’elle n’avait pas encore fuit ce qui était une bonne chose.

L’espace d’un instant, Emy replongea dans ses souvenirs. Une succession d’images apparues dans son esprit, certaines qu’elle aurait voulu oublier a jamais. Aujourd’hui, la jeune femme vivait bien  sa part animal mais quand elle en avait pris conscience, malheureusement cela s’était produit dans des conditions tragiques. D’ailleurs, elle ne savait toujours pas ce qu’il c’était passé ce jour-là et personne d’autre non plus. A part sa grand-mère, qui n’avait même pas voulu entre ce qu’elle avait à dire complétement, personne en savait que sa première transformation c’était soldée par un bain de sang. A l’époque, Emy en avait fait des cauchemars pendant des semaines, ce revoyant toute les nuits tuer ses jeunes, les déchiquetant de ses crocs et lacérant chaque partie de leurs corps de ses griffes. Tous les matins elle se réveillait en sursaut, en sueur et terrifié. Et si elle les avait vraiment tués ? Personne ne le savait, on n’avait jamais retrouvé leur trace. Des familles pleuraient la disparition de leur enfants et elle, elle restait là à ce morfondre alors qu’aucun ne la soupçonnait. Elle se considérait comme un monstre à cette époque et elle aurait tellement voulu qu’on l’arrête et qu’on l’enferme… Mais elle était trop lâche, elle avait trop peur pour se livrer à la police. Et puis, elle n’avait pas de preuve. Qui la croirait ? Elle ne savait même pas qu’était devenu les corps… Après être entré dans la meute local, la blonde avait pensait que peut-être, c’était eux mais elle n’avait jamais osée leur demandé, préférant tout oublier de cette nuit.

Emylie était resté un moment comme ça,  les yeux à moitié perdu dans le flot de ses souvenirs, à moitié en train de juger Miranda du regard puis elle avait poussé un long soupire en s’accoudant à la table. Elle avait aussi serré la main de sa sœur avec un petit sourire.


- C’est rien, ça va. En fait, je ne comptais pas t’en parler mais je me suis rendue compte que si on allait se voir plus souvent, tu risquais d’être confronté au monde lycanthrope … c’était donc inévitable.

La blonde avait fermé les yeux en baissant un peu la tête.

- Je sais que ça doit être très dur a accepter, mais ça ne me rend pas tellement différente tu sais. C’est juste… Mes sens qui ont étés développés. Puis, certain traits de caractères aussi. Je veux dire que, les instincts de mon loup se sont mélangés au mien et dans une situation où tu réagirais plus ou moins, je pourrais totalement exploser… ça arrive rarement, je te rassure.

Tout ça semblait si étrange pour Emy, les gens avec qui elle parlait de son côté louve savaient ce qu’elle vivait ou partageaient la vie de lycanthrope. Là, sa sœur ne savait rien. Et il fallait que la jeune femme trouve les bons mots afin de ne pas détruire ce lien, déjà  fragilisé par les années. Car malgré leur correspondances par lettre, c’était presque des étrangères l’une pour l’autre.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________


Dernière édition par Emylie Smith le Jeu 8 Mai - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Jeu 8 Mai - 19:46

Miranda venait d’entendre la chose la plus incroyable qu'on lui ait dite de toute sa vie. Pourtant, elle en avait entendu des choses, de toutes sortes, mais là c’était la sensation même de sa réalité qui s’étiolait. Toutes ces choses que les patients lui avaient racontées ces derniers temps, ces récits... elle était habituée à s’étonner de la manière dont certains présentaient les choses, de leur façon de formuler… Jamais elle ne s’était attendue à ce que parfois ce qu’elle prenait pour des métaphores ou pire pour des délires soit en fait l’exacte réalité. Littéralement.

Les loups garous existaient donc… Quid alors de toutes les autres légendes urbaines qui peuplaient la culture ? Quid de la légende de Lane et de cette hallucination répétée que présentaient ses patients ? Miranda essaya de se dire qu’il ne fallait pas tirer de conclusion trop hâtives, ne pas tout mélanger tout mettre ensemble au risque de perdre pied vraiment.

D’autant plus que c’était sa sœur qui était concernée. Et finalement la première chose qu’elle se disait à propos des loups garous, avant tout autre, c’était que cela ne devait pas être évident à vivre et que sa petite sœur avait du en baver tellement… D’ailleurs elle s’était excusée…parce qu’elle n’avait pas été là, parce qu’elle était loin, parce qu’elle ne s’était pas douté que contrairement à ce que ses lettres laissaient présager, sa sœur souffrait peut-être en silence.

- C’est rien, ça va, poursuivit-elle. En fait, je ne comptais pas t’en parler mais je me suis rendue compte que si on allait se voir plus souvent, tu risquais d’être confronté au monde lycanthrope assez souvent… c’était donc inévitable.

Le cœur de Miranda fut serré par la culpabilité de nouveau. Elle ne comptait pas lui en parler. Elle avait du être tellement distante, ou paraître ne pas pouvoir supporter, ou être trop lointaine… Mais son retour lui avait permis de parler et maintenant qu’elle savait ça, Miranda ferait tout pour venir en aide à sa sœur du mieux qu’elle pouvait et ce, même si finalement, elle avait l’air de s’en être sortie.

- Je sais que ça doit être très dur a accepter, continua-t-elle, mais ça ne me rend pas tellement différente tu sais. C’est juste… Mes sens qui ont étés développés. Puis, certain très de caractères aussi. Je veux dire que, les instincts de mon loup se sont mélangés au mien et dans une situation où tu réagirais plus ou moins, je pourrais totalement exploser… ça arrive rarement, je te rassure.


Dur à accepter…A croire surtout. Miranda se sentait encore blanche de surprise alors elle avait du mal à comprendre tout ce qu’elle lui disait… elle lui parlait d’instincts de son loup…Elle se souvenait d’un patient qui lui parlait de « l’animal  en lui » elle avait été tellement sourde décidément et maintenant beaucoup de choses s’éclairait dans l’évidence si bien qu’elle ne parvenait pas à rassembler ses pensées.

A présent c’était les questions, les questions qui l’assaillaient de toute part et dont son esprit étaient rempli entre l’inquiétude, la surprise… Elle ne parvenait pas à en formuler une mais à présent il fallait parler, montrer qu’elle se souciait de sa sœur alors elle parvint à dire.

-Euh… euh… est-ce que… est-ce que ça te fait mal ?

Après ça elles se bousculèrent littéralement à mesure qu’elle prenait conscience des conséquences des liens qu’il fallait faire.

-Et du coup... tu te transforme à la peine lune ou ? Ah et les gens... les gens ici ce sont tous des… des loups garous ? Et ça... ça veut dire que tu es dans une meute en fait ? Et puis.. du coup… comment… comment ça s’est passé la première fois… tu.. ça arrive comment ? Tu t’es fait mordre aussi et…?

Miranda prit une grande inspiration et essaya de lui sourire. Après tout... aussi bien chacune des questions qu'elle avait à poser serait peut-être douloureuse pour elle. Il fallait être patiente.

-Pardon…Tu... tu n’es pas obligée de répondre à tout ça… C’est nouveau pour moi…mais je vais m’y faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Lun 30 Juin - 8:41





« Retrouvailles »


En révélant son secret, Emylie n’avait que deux craintes. La première : que sa sœur la croit folle et se comporte avec elle comme si elle était sa patiente. La deuxième : qu’elle se lève de table et qu’elle parte, simplement. Finalement, ni l’une ni l’autre ne s’étaient réalisées, ce qui avait fait sourire plus franchement la jeune femme. En fait, maintenant qu’elle avait balancé sa bombe, elle se concentra sur la réaction de Mira, notant mentalement chaque détails. Les rouages de son cerveau étaient clairement visibles et la blonde pris sur elle pour lui laisser le temps d’assimiler la pensée que c’était une louve. Puis finalement, sa sœur avait ouvert la bouche pour parler, mais cela semblait dur pour elle.

-Euh… euh… est-ce que… est-ce que ça te fait mal ? Et du coup... tu te transforme à la peine lune ou ? Ah et les gens... les gens ici ce sont tous des… des loups garous ? Et ça... ça veut dire que tu es dans une meute en fait ? Et puis.. du coup… comment… comment ça s’est passé la première fois… tu.. ça arrive comment ? Tu t’es fait mordre aussi et…?

Tant de questions avait procuré une sensation rassurante à la demoiselle, sa sœur commençait à s’adapter, elles pourraient probablement passer outre ce secret. Miranda avait pris une respiration hésitante mais profonde et une esquisse de sourire s’était dessinée sur ses lèvres.

- Pardon…Tu... tu n’es pas obligée de répondre à tout ça… C’est nouveau pour moi…mais je vais m’y faire.

Sa dernière phrase n’était pas une question, ni une suggestion. Elle l’avait dit d’un ton assuré. C’était d’ailleurs cette phrase qui avait fait s’envoler l’inquiétude de la blonde, son caractère jovial et nonchalant reprenant le dessus. Emylie avait lâché la main de sa sœur parce que cela lui semblait un peu trop solennel mais en échange elle adopta une position plus confortable, plus familière. Comme si elle s’apprêtait à lui faire des confidences, ce qui était le cas mais pas comme celles de n’importe qui. Assise en tailleur sur sa petite banquette, Emylie réfléchit en se passant une main dans ses cheveux blonds, les rejetant sur son épaule.

- Alors… Non, ça ne me fait plus mal. Plus maintenant. Les premières fois étaient plus douloureuses, mon corps devait comme… Se déchirer, pour laisser ma louve prendre forme. Maintenant, ça va. Puis, je ne me transforme pas qu’à la pleine lune, je peux le faire à ma guise. Seulement, c’est un peu comme une jauge d’énergie, plus je change souvent, plus elle baisse jusqu’à ce que mes réserves soient épuisées et là, je suis genre out. Je dors des heures d’affilée après !

Emy promena un regard aux alentours avec des yeux brillants, elle ressemblait à une enfant qui révèle son plus gros secret à sa meilleure amie. Là c’était sa sœur, mais c’était presque pareil.

- Non, pas tout le monde. Mais la plus part. Les autres sont au courant et beaucoup partagent la vie d’un lycanthrope. Je ne dis pas qu’on a jamais de clients humains, hein. Juste qu’en rentrant, quasiment tous sentent l’atmosphère chargée et préfèrent aller ailleurs. Mais les loups boivent beaucoup, parce que les effets de l’alcool ne sont ressentis qu’après pas mal de verres, alors la boutique tourne bien.  Et oui, je suis dans une meute. Il y a tous les loups de Lane et aussi des petites villes autours. On doit être une petite cinquantaine. Ou peut-être plus.

Emy serra un peu les dents en se remémorant sa première transformation et décida de laisser de côté sa réponse pour parler plutôt des conditions qui l’avaient fait devenir louve-garou.

- La lycanthropie se transmet principalement par morsure. Un loup-garou mord un humain, une morsure mortelle. Là, la souche de loup se bat contre le corps affaiblit pour transformer les cellules et puis si l’humain est assez fort, il survit et devient loup. Un couple peut aussi donner naissance à un futur loup mais c’est trèèèès compliqué. Parce que si la mère est louve, elle est obligée de se transformer à la pleine lune et cela tue le fœtus. Si c’est une humaine et que le père est un loup, le risque c’est que le bébé ait plus les instincts de loup à l’intérieur du ventre de la mère et la nourriture normal ne lui suffit pas… Alors, y a de gros problème. Autrement dit, c’est extrêmement rare. Moi, c’est encore différent. Ça vient d’une malédiction.

La jeune fille s’accouda de nouveau à la table en posant sa tête sur ses mains et lui raconta en détail ce qu’elle avait appris quelques années auparavant, grâce à sa grand-mère. Ce qu’elle ne manqua pas de préciser.  Après son petit récit, elle s’était tue, au cas où Mira aurait des questions.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mar 1 Juil - 17:13

Miranda avait posé beaucoup de questions à sa sœur. Juste après elle s’était que tout ceci était sans doute douloureux pour elle, mais au contraire elle sembla se détendre. Finalement ce qui semblait lui avoir fait peur c’était surtout qu’elle puisse la prendre pour une folle. Il s’en était fallut de peu au fond. Elle rejeta ses cheveux sur son épaule et Miranda constata à quel point sa sœur était devenue belle tout à coup. Tranquillement, elle commença à répondre aux questions.

- Alors… Non, ça ne me fait plus mal. Plus maintenant. Les premières fois étaient plus douloureuses, mon corps devait comme… Se déchirer, pour laisser ma louve prendre forme. Maintenant, ça va. Puis, je ne me transforme pas qu’à la pleine lune, je peux le faire à ma guise. Seulement, c’est un peu comme une jauge d’énergie, plus je change souvent, plus elle baisse jusqu’à ce que mes réserves soient épuisées et là, je suis genre out. Je dors des heures d’affilée après !


Emy avait du souffrir de sa condition de louve au début, même si maintenant elle essayait sans doute de le masquer pour ne pas l’inquiéter. Cette sensation que le corps se déchire, elle lui avait été décrite par certains de ses patients dont elle était certaine à présent qu’ils étaient eux aussi des loups. Ils lui décrivaient des choses terribles. Mais peut-être qu’eux luttaient continuellement contre leur nouvelle nature alors que sa sœur, elle, semblait l’avoir pleinement acceptée puisqu’elle parlait sans crainte de ses transformations et de l’énergie qu’elles lui demandaient.

- Non, pas tout le monde. Mais la plus part. Les autres sont au courant et beaucoup partagent la vie d’un lycanthrope. Je ne dis pas qu’on a jamais de clients humains, hein. Juste qu’en rentrant, quasiment tous sentent l’atmosphère chargée et préfèrent aller ailleurs. Mais les loups boivent beaucoup, parce que les effets de l’alcool ne sont ressentis qu’après pas mal de verres, alors la boutique tourne bien.  Et oui, je suis dans une meute. Il y a tous les loups de Lane et aussi des petites villes autours. On doit être une petite cinquantaine. Ou peut-être plus.

Miranda regarda un instant les gens dans le bar. La plupart étaient comme sa sœur, des loups garous mais elle ne ressentait aucune peur. Au contraire elle était rassurée qu’elle fasse partie d’une communauté de gens comme elle, qui puissent la soutenir et l’épauler. Faire ce qu’elle ne pourrait jamais complètement faire, étant donné qu’elles étaient très différentes maintenant. Mais ça n’était pas si grave après tout. Il était vrai qu’il y avait une ambiance étrange ici néanmoins. L’altercation d’avant qu’elles entrent lui revint en mémoire. La meute devait avoir des avantages et aussi des inconvénients. Elle n’avait absolument aucune idée de ce que faisait une meute de loup de son temps libre au fond. Autant elle avait une confiance absolue en sa sœur, autant pour ces gens qui parlaient d’elle comme d’une « soumise » c’était différent.

- La lycanthropie se transmet principalement par morsure. Un loup-garou mord un humain, une morsure mortelle. Là, la souche de loup se bat contre le corps affaiblit pour transformer les cellules et puis si l’humain est assez fort, il survit et devient loup. Un couple peut aussi donner naissance à un futur loup mais c’est trèèèès compliqué. Parce que si la mère est louve, elle est obligée de se transformer à la pleine lune et cela tue le fœtus. Si c’est une humaine et que le père est un loup, le risque c’est que le bébé ait plus les instincts de loup à l’intérieur du ventre de la mère et la nourriture normale ne lui suffit pas… Alors, y a de gros problème. Autrement dit, c’est extrêmement rare. Moi, c’est encore différent. Ça vient d’une malédiction.

Et sa sœur raconta comment sa grand-mère paternelle avait été victime de cette malédiction avant elle et son arrière grand-mère avant elle et ainsi de suite. Tout ceci parce qu’un sorcière avait séduit un homme pour lui voler de l’argent. Elle ressentait une sorte de profond sentiment d’injustice. Emy n’avait rien à voir là dedans. On n’avait pas idée de maudire toute une famille, de s’en prendre de la sorte à des innocents qui n’étaient même pas encore nés. Quelle tragédie.

Cela dit... Emy semblait s’accommoder de sa condition et il n’y avait que cela pour la rassurer. Miranda se massa un peu les tempes parce que cela faisait beaucoup de choses à comprendre et appréhender d’un seul coup.

-Donc…ça veut dire que la sorcellerie ça existe aussi… Sinon pas de malédiction non ? Et… et les vampires ça existe ? Et… Slender ? Il existe aussi ?

Plus le temps passait et moins Miranda arrivait à tenir cette histoire juste entre elle et sa sœur. Ses patients étaient-ils eux aussi confrontés à des phénomènes surnaturels ? Et si oui comment pouvait-elle les aider ? Elle se sentait tellement mal avec le recul, de ne pas avoir su les écouter comme il se devait. A demi mots, ils lui avaient pourtant dit les choses, très clairement. Elle n’avait pas pu entendre ça. Il avait fallut que cela touche sa vie personnellement pour que brusquement ses yeux et ses oreilles s’ouvrent sur ce qui existaient là au dehors, dans l’ombre. Elle poursuivit baissant un peu les yeux…

-Tu sais…je commence à réfléchir…et plus j’y pense plus je me dis que… certains de mes patients sont des loups garous. Ils ne me l’ont pas dit en autant de mots mais… ils me parlent de certaines choses… et… je crois qu’ils sont comme toi, mais eux ils sont seuls, ils n’ont pas de meute et eux-mêmes ne croient pas vraiment ce qui leur arrive…

Miranda se secoua un peu. Et sa sœur dans tout ça. C’était d’elle qu’il était question maintenant. Elle devait se soucier d’elle, pour une fois. Elle l’avait trop ignorée et laissée de côté.

-Pardon… excuse moi… je vais… je vais gérer ça… Après tout... c’est mon problème pas le tien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Jeu 7 Aoû - 18:15





« Retrouvailles »


Toujours accoudée à la table, Emy se sentait plus légère après avoir raconté tout son secret à sa sœur. Jusqu’à maintenant elle ne s’était pas rendu compte que garder ça pour elle, lui pesait. Bien sûr, des gens savait que c’était une louve, à commencer par tous les gens présents dans le bar, sa meute quoi. L’alpha savait aussi que sa lycanthropie n’était pas due à une morsure mais à un maléfice et il s’était suffis de ça. En somme, personne mise à part sa grand-mère ne connaissait l’intégralité de son histoire. Jusqu’à présent, cela ne l’avait pas dérangé mais maintenant qu’elle avait tout balancé à Mira, elle se sentait mieux.

Après qu’elle lui ait dit que bon nombre des clients étaient des loups, Mira avait promené un regard sur la salle et Emy en avait fait de même. Certains les regardaient discrètement et  d’autre salua la blonde d’un mouvement de tête quand ses yeux se posaient sur eux. Quand Mira l’avait à nouveau regardé, la demoiselle lui avait donc raconté son histoire et après quelques seconde, Mira c’était massé les tempes.

-Donc…ça veut dire que la sorcellerie ça existe aussi… Sinon pas de malédiction non ? Et… et les vampires ça existe ? Et… Slender ? Il existe aussi ?

- Avant, la magie existait mais aujourd’hui, j’en sais rien. J’en doute. Les Hommes ont un peu trop saccagé la nature et tout ça pour que ça marche. Enfin, je sais ça de Grand-mère. Les vampires existe mais y en a pas beaucoup à Lane, j’en ai rencontré qu’un seul pour dire vrai. Et Slender… Comme toi je pense, je connais la légende mais… C’est… Disons que je ne sais pas si Slender existe mais je sais qu’il y a des créatures qui lui ressemblent très portrait.

Après avoir dit ça, elle repensa à sa rencontre avec Offendy, il y a quelques mois. Puis aussi au concert de Muse. D’ailleurs, elle n’avait plus de nouvelles de Matt depuis… Et ça, c’était un peu gênant sachant qu’ils sortaient plus ou moins ensemble quoi. Il faudrait qu’elle l’appelle un de ces jours. Et aussi qu’elle en parle à sa sœur parce que rencontrer le leader d’un groupe de rock mondialement connu et aussi lui sauver la vie c’était pas tous les jours que ça arrivait.

-Tu sais…je commence à réfléchir…et plus j’y pense plus je me dis que… certains de mes patients sont des loups garous. Ils ne me l’ont pas dit en autant de mots mais… ils me parlent de certaines choses… et… je crois qu’ils sont comme toi, mais eux ils sont seuls, ils n’ont pas de meute et eux-mêmes ne croient pas vraiment ce qui leur arrive…

Après un moment de réflexion, Emy arriva à la conclusion que c’était fort possible. Même s’il y avait une meute de loups garous à Lane, il y avait des loups qui préféraient vivre seul. Et il n’était pas impossible qu’ils aient transmis le gène à des innocents. Après, delà il pouvait effectivement avoir des gens atteint de lycanthropie incapable de comprendre ce qui leur arrivait.

Miranda avait secouait la tête alors que la blonde était perdue dans ses réflexions, essayant de ses souvenir si elle avait déjà entendu parler de ses « louveteaux » livrés à eux même et si oui, quelle mesure devait être prise.

-Pardon… excuse moi… je vais… je vais gérer ça… Après tout... c’est mon problème pas le tien.

- Non non, mais attends. C’est tout à fait possible que certain de tes patients soient des loups sans le savoir… Une attaque est vite arrivée et mon Alpha, le chef de ma meute, ne contrôle pas les loups de la ville. Je… Il me semble que ce sujet à déjà était abordé… Euh, j’ai p’tet pas le droit d’en parler…

Ce à quoi Emy faisait allusion c’était aux réunions qu’ils tenaient une fois par mois, avant la pleine lune. Tout le monde n’était pas obligé de participer, mais l’alpha et ses lieutenants parlaient des soucis de la meute avant qu’on aille tous courir à quatre pattes.

- En fait, on se doutait qu’il y avait des loups perdu, mais on ne sait pas comment les repérer. Depuis quelques lunes, il y a des groupes de loups qui arpentent les alentour de la ville pour les trouver mais on est un peu restreint…  On est tous soumis à l’appel de la lune et on évite d’aller en ville couvert de fourrure…

Emylie avait dit ça en souriant, pour montrer à sa sœur que ça ne la dérangeaient vraiment pas qu’elle parle de ses patients, au contraire. Qu’elle lui fasse part de ses réflexions prouvait à la blonde que ça Mira la croyait vraiment et qu’elle commençait à reconsidérer ce qu’elle avait pu penser jusqu’à maintenant.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mer 13 Aoû - 10:45

L’esprit de Miranda avait été secoué par d’innombrables questions de toutes sortes. Il fallait faire attention pour ne pas heurter la sensibilité de sa sœur en face d’elle. Après tout c’était à elle que cela arrivait, un membre de sa famille, un proche. Mais la curiosité avait été plus forte, parce que maintenant que tout vacillait, il fallait bien trouver une certitude quelque part. Chercher à comprendre quelque chose à ce monde nouveau qui était caché en deçà de celui où elle vivait jusqu’à présent.

-Avant, la magie existait mais aujourd’hui, j’en sais rien. J’en doute. Les Hommes ont un peu trop saccagé la nature et tout ça pour que ça marche. Enfin, je sais ça de Grand-mère. Les vampires existe mais y en a pas beaucoup à Lane, j’en ai rencontré qu’un seul pour dire vrai. Et Slender… Comme toi je pense, je connais la légende mais… C’est… Disons que je ne sais pas si Slender existe mais je sais qu’il y a des créatures qui lui ressemblent trait pour trait.


Le discours d’Emy était à la limite de l’incompréhensible. Chaque phrase aurait mérité d’être répétée plusieurs fois et il pourrait s’en suivre des heures de réflexion pour en tirer du sens. De la magie… Qu’est qu’on entendait exactement par magie ? De la sorcellerie ? Des gens qui lancent des boules de feu ? Des sorcières avec un nez crochu et des grands chapeaux qui cuisines des postions avec des yeux de grenouilles ? Et cet assassin « Les vampires existent » comme si c’était aussi simple. Comme une évidence. Les vampires existent non de Dieu mais ça méritait qu’on s’y arrête une minute. Une heure. Un jour entier ! Sans compter que sa sœur en avait rencontré un ! Etaient-ils dangereux, craignaient-ils la lumière comme dans les films. Elle ne savait rien de tout cela.

Elle chassa les discours de patients qui défilaient dans sa tête. Autour d’elle parmi, ses patients il y avait des vampires, des loups garou, qui savait quoi d’autre encore. Slender, ou du moins des choses indéfinis, tapis dans le noir, qui lui ressemblaient.

Il y eut un moment où son esprit fut blanc de panique. Et avant de perdre le contrôle, de sentir le sol se dérober définitivement sous ses pieds elle décida de remettre toutes ces questions à plus tard. Il n’était pas envisageable de se laisser envahir par tout ce qu’elle avait entendu maintenant. Les loups garous, sa sœur, il fallait commencer par là. Cela au moins, elle l’avait plus ou moins en face d’elle maintenant. Pour le reste, elle verrait plus tard. Et puis toutes ces questions embrassaient peut-être sa sœur, sur ce qui existait ou non, sur ses patients…Mais elle reprit :

- Non non, mais attends. C’est tout à fait possible que certain de tes patients soient des loups sans le savoir… Une attaque est vite arrivée et mon Alpha, le chef de ma meute, ne contrôle pas les loups de la ville. Je… Il me semble que ce sujet a déjà était abordé… Euh, j’ai p’tet pas le droit d’en parler…

C’était possible. A ses yeux à présent c’était presque une certitude. Ce qu’ils disaient collait trop bien pour que cela soit une simple coïncidence. Mira laissa sa sœur continuer.

- En fait, on se doutait qu’il y avait des loups perdus, mais on ne sait pas comment les repérer. Depuis quelques lunes, il y a des groupes de loups qui arpentent les alentour de la ville pour les trouver mais on est un peu restreint…  On est tous soumis à l’appel de la lune et on évite d’aller en ville couverts de fourrure…

Finalement Emy paraissait plutôt à l’aise pour parler de tout cela. Elle n’aurait pas cru que ça soit si facile. Mais après tout il s’agissait plus ou moins de son quotidien. Il n’était pas étonnant qu’elle ait eu la sensation de ne rien savoir de sa sœur en arrivant à Lane. En réalité, c’était le cas.

-Pourquoi tu n’aurais pas le droit d’en parler ? demanda Miranda Tu sais que je vais protéger ton secret hein ?

Et puis elle ajouta très vite.

-Mais si certains de mes patients sont des loups garous, je peux peut-être je sais pas… faire quelque chose pour eux ? Je ne sais pas trop comment…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Mer 27 Juil - 15:46





« Retrouvailles »


Que des loups sauvages et inexpérimentés se baladent en ville était un problème, même si par miracle personne n'avait encore été tué. Des blessés peut-être,  probablement des autres loups engendrés qui après leur attaque étaient tellement choqué ou terrifié voir les deux pour aller parler à la police. C'était au moins ça de pris. Et si effectivement certain patient de sa soeur étaient devenu des loups-garous sans le savoir, c'était une menace. Déjà parce qu'ils en avaient parlé à une humaine sans aucune raison valable. Certes, ils avaient besoin de soutient ou ce genre de truc mais si l'alpha leur mettait la main dessus ils seraient probablement exécuté.  Emy n'allait certainement pas le formuler ainsi devant sa soeur et encore moins quand elle souffla :

-Pourquoi tu n’aurais pas le droit d’en parler ? Tu sais que je vais protéger ton secret hein ? Mais si certains de mes patients sont des loups garous, je peux peut-être je sais pas… faire quelque chose pour eux ? Je ne sais pas trop comment…

En se mordillant la lèvre, Emy regarda sa soeur. Elle voulait vraiment aider des loups-garous solitaires et non éduqués ? Sous leur forme humaine, ces individu sont la plus part du temps à  cran, colérique et facilement sur les nerfs. La lycanthropie commune, d'après ce qu'elle avait compris puisait dans les instincts les plus primaires des gens pour les transformer, donnant forme au loup. On ne savait pas très bien l'origine de tout ça, ni pourquoi cela se manifestait sous cette apparence mais même sous forme humaine, un loups-garous fraîchement changé était une menace, ce qu'Emy comptait bien lui expliquer.

- Mira... Tout ce que tu peux faire pour eux, c'est déjà de ne pas leur dire que tu es au courant. Si ces personnes se pensent folles, leur instinct bestial se manifestera pas autant que si tu leur disait clairement "ah oui oui monsieur, je vous crois quand vous m'assurez que vous ne vous rappelez pas de la dernière nuit de pleine lune mais qu'a votre réveil vous étiez couvert de sang, nu et totalement désorienté avec une féroce faim. Je vous assure, ma soeur aussi ça lui arrive."

Un petit soupire lui échappa et elle remarqua le regard de certain loups présent. Logiquement, elle aurait dû demander la permission à son Alpha pour révéler son secret à sa soeur, cela pouvait la mettre en danger. Mais étant une dominante elle pouvait la protéger et étant différente, elle pouvait faire ce que bon lui chantait du moment que ça ne mettait pas la meute en danger. Certain, probablement à l'instar de celui qui la fixait, iront penser que révéler autant de secret était les mettre en danger mais elle avait confiance en sa soeur. Ce n'était pas pour autant qu'elle allait la laisser partir sans lui avoir soigneusement expliquer en quoi ça consistait d'être dans la confidence.

- Si tes patients ne détecte pas de mensonge dans ta voix, car oui certain peuvent savoir si tu mens ou non, son loup, enfin son instinct pourrait le pousser à devenir agressif envers toi pour obtenir de l'aide et du soutient. Parce que c'est ce dont un jeune loup à besoin et c'est ce que la meute lui apporte. Néanmoins, si tu pense qu'un de tes patients est un loup, tu peux m'appeler et sans faire le lien avec toi j'irais lui parler pour déterminer si c'est effectivement un des miens. Si c'est le cas, nous l'intégrerons à la meute... Si c'est possible.

Elle ne voulait pas en dire plus. Si le patient était trop dérangeait, ça serait dangereux de le laisser en vie et il faudrait le tuer, Mira le comprendrait probablement pas. Elle même avait eu du mal au début avec tout ces histoires de meute. Emy préféra recentrer la conversation sur elle pour ne pas devoir aborder les côtés les plus sombre de leur affaire.

- En fait, un loup normal n'est ni plus ni moins qu'un humain dont les traits les plus primitifs ressortent sous forme de loup. Pour moi c'est totalement différent... Je... Comment te dire ? Ah ! je sais, attends et n'est pas peur. Elle... avoir peur ou fuir devant un loup n'est pas une chose à faire, jamais. Elle ne te fera pas de mal, mais on sait jamais.

Espérant être drôle, Emy avait sourit de toute ses dents avant de fermer les yeux en baissant la tête. Elle dressa une sorte de mur autour d'elle et de sa soeur, un mur imaginaire qui la coupait de tous les bruits du bar. Puis elle se retrancha dans cette endroit qu'elle visualisait comme une grotte surplombant une forêt. Elle n'y allait que rarement, surtout quand elle avait besoin d'être seule ou au contraire qu'elle avait besoin de la compagnie de sa moitié. Là, sa louve d'un blanc aussi pure que la neige fraîchement tombée avec seulement le bout de la queue et de l'oreille noir était allongé au sol, regardant paisiblement les arbres onduler sous un vent imaginaire. Elle tourna son immense tête vers Emy avant de se lever pour marcher vers elle. La demoiselle se laissa tomber à genoux pour avoir son regard au même niveau que la louve et colla son front contre celui couvert de fourrure de sa moitié. Elles étaient égale, pas une dominant plus l'autre, c'était une osmose parfait. Un lien puissant.

- J'ai besoin de toi... murmura Emy.

- Je vois tout tu sais, résonna la voix de la louve, même si elle ne pouvait à proprement parlé. Tu es sûre de faire le bon choix pour nous ?

- C'est ma soeur, notre soeur. Notre famille et notre véritable meute... Elle doit savoir qui tu es et apprendre à te connaitre comme j'ai appris. Sois gentille s'il te plait.

- Je suis une louve, rugit-elle sans bouger néanmoins. Je ne suis pas gentille. Je suis féroce. Ne l'oublie pas Emy.

- Je sais....

- Pousse toi, gronda la louve en bousculant un peu Emy pour partir dans la direction d'où la jeune femme était venue, lui demandant aussi de lui céder le contrôle, ce qu'elle fit.

Il ne s'était écoulé que quelques secondes dans le vrai monde quand Emy releva la tête pour plonger son regard dans celui de Mira. Il était devenu plus foncé, beaucoup plus profond et plus... Dangereux malgré qu"Elle essaye de se montrer passive et non dominante.

- Salut, jolie bout de viande, gronda la louve à travers le corps de la blonde, même si on pouvait comprendre qu'elle n'avait pas l'habitude de vraiment parler. Emy ne veut pas que je te touche, je ne le ferais pas. Mais si tu la blesse, tu me blesse. Et je ne suis pas du genre à me laisser faire. Mais si tout ça est clair, tu ne risque rien avec moi. Avec nous. Pose moi tes questions.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Jeu 28 Juil - 23:21

Miranda venait de résoudre un quelques minutes un certain nombre de mystère de sa clinique. Si certains étaient réellement des loups garous, voilà qui résolvait bien des incohérences. Elle était abasourdie mais pas suffisamment pour oublier de se demander comment ce nouveau savoir pouvait être utile à ceux dont elle avait la chargé. Elle peinait, mais elle essayait d’imaginer la chose, sentir sans corps changer, être débordé, ne rien comprendre… Cela devait être une chose terrible, quand on était seul pour l’affronter. Encore une fois, elle regretta qu’Emy n’ait pas pu compter sur elle à travers toutes ces souffrances.

- Mira... Tout ce que tu peux faire pour eux, c'est déjà de ne pas leur dire que tu es au courant,
commença-t-elle.

La psychologue ne trouvait pas cela logique mais elle la laissa continuer. Après tout la logique et le bon sens venaient d’en prendre un sacré coup.

- Si ces personnes se pensent folles, leur instinct bestial se manifestera pas autant que si tu leur disait clairement "ah oui oui monsieur, je vous crois quand vous m'assurez que vous ne vous rappelez pas de la dernière nuit de pleine lune mais qu'a votre réveil vous étiez couvert de sang, nu et totalement désorienté avec une féroce faim. Je vous assure, ma soeur aussi ça lui arrive.

Emy eut un sourire, alors même que Miranda ne trouvait pas foncièrement que tout ceci soit particulièrement drôle. Elle pensa qu’il y avait d’autres manières de dire les choses, pour éviter de heurter la sensibilité de la personne qui se trouvait en face d’elle. C’était tout l’art de son travail précisément. Mais si sa sœur disait que ça n’était pas possible, elle devait sans doute lui faire confiance. Après tout, tout cela était complètement nouveau pour elle, et elle n’y connaissait absolument rien.

- Si tes patients ne détecte pas de mensonge dans ta voix, car oui certain peuvent savoir si tu mens ou non, son loup, enfin son instinct pourrait le pousser à devenir agressif envers toi pour obtenir de l'aide et du soutient. Parce que c'est ce dont un jeune loup à besoin et c'est ce que la meute lui apporte. Néanmoins, si tu pense qu'un de tes patients est un loup, tu peux m'appeler et sans faire le lien avec toi j'irais lui parler pour déterminer si c'est effectivement un des miens. Si c'est le cas, nous l'intégrerons à la meute... Si c'est possible,
poursuivit Emy plus sérieusement.

Miranda pensa qu’elle allait faire exactement comme d’habitude dans ce cas. Ne pas statuer sur la vérité de la situation et se contenter d’être à l’écoute de ce que la personne ressentait. Elle n’était pas sûre d’avoir tout compris mais peut-être n’était-ce pas le moment pour poser toutes ces questions. C’était de sa sœur dont elle devait être à l’écoute présentement.

- Je ferais ça, répondit-elle avec un sourire. Et d’ailleurs Emylie  continua de raconter comment cela était pour elle :


-En fait, un loup normal n'est ni plus ni moins qu'un humain dont les traits les plus primitifs ressortent sous forme de loup. Pour moi c'est totalement différent... Je... Comment te dire ? Ah ! je sais, attends et n'ai pas peur. Elle... avoir peur ou fuir devant un loup n'est pas une chose à faire, jamais. Elle ne te fera pas de mal, mais on sait jamais.


Miranda se demanda à quel genre de surprise elle allait avoir droit encore. Elle attendit donc, avec un peu d’angoisse au fond du ventre. Ça n’était pas ce qu’elle allait voir qui lui faisait peur, pas le « loup » mais bien plutôt l’idée qu’elle pourrait décevoir sa sœur en n’étant pas à la hauteur du secret qu’elle lui confiait.


Il fallut un peu de temps à Miranda pour comprendre que quelque chose avait changé sur le visage d’Emylie, que ça n’était plus ses yeux à elle qui la regardait par dessus ses paupières mais quelqu’un, ou quelque chose d’autre. Il y avait dans ses yeux une lueur inquiétante, animale, sauvage.

- Salut joli bout de viande, gronda une voix qui n’était pas celle de sa sœur.

Miranda ne put retenir un mouvement de recul. Déjà que les compliments la mettait mal à l’aise et ça… ça n’en était même pas un. En même temps, elle reconnaissait quelque chose de sa sœur dans ce franc parler étrange, mais poussé à l’extrême. Elle ne trouva rien à répondre.

- Emy ne veut pas que je te touche, je ne le ferais pas. Mais si tu la blesse, tu me blesse. Et je ne suis pas du genre à me laisser faire. Mais si tout ça est clair, tu ne risques rien avec moi. Avec nous. Pose moi tes questions.


Miranda avait beaucoup de questions mais elle ne savait pas comment les formuler le moins du monde, alors elle commença par dire histoire de se rassurer.

- Emy est ma sœur. Jamais je ne le lui ferais de mal.

Et elle espérait sincèrement que c'était vrai, mais qui savait les erreurs qu'elle pouvait faire? Et comme c’était si étrange de s’adresser au visage d’Emylie sans qu’elle soit là elle essaya.

- Est-ce que tu es… une partie de ma sœur ? Autre chose ? D’où viens-tu ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Tueuse de Bambi †

avatar
I am
Écrits : 81
Arrivée le : 11/10/2013
Age : 21
Localisation : Traîne dans Lane
Occupations : Ecrire
Humeur : Cassante


Feuille de personnage
Feat: Taylor Momsen
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Ven 29 Juil - 12:08





« Retrouvailles »


Emy avait laissé place à sa louve, ardant tout de même un regard sur cette conversation. Si depuis sa falaise la louve pouvait la surveiller au quotidien, la jeune femme pouvait également le faire lorsqu'elle laissait les rênes. N'importe quel autre loup, s'il voulait laisser son loup dominait devait avoir une excellente maîtrise de lui et être très vieux. Emy était impulsive et même pas âgée de la vingtaine, mais elle partagé sa vie avec sa louve, sa moitié. Elle pouvait lui laisser en toute confiance les commandes même si elle garda l'oeil ouvert au cas où. Elle s'installa au bord de cette falaise imaginaire, les pieds dans le vide et ferma les yeux pour voir à travers ceux de sa louve. Elle avait mis un moment à arriver à faire ça. Au début, elle avait la notion de ce qui se passait lorsque la louve dominait, mais elle n'arrivait pas à le voir aussi clairement que maintenant. Avec le temps, elle apprenait mais se gardait bien de le dire à son alpha qui la jugerait probablement trop différente ou comme un danger pour la meute.

Lorsqu'Elle avait regardé l'humaine, cette dernière avait eu un mouvement de recul ce qui avait eu pour effet d'étirer les lèvres de la blond en un sourire carnassier. Quand c'était Emy qui chassait, les lapins et autres animaux mourraient vite, trop vite. Quand c'était Elle, c'était autrement. La louve aimait jouer avec ses proies, même si Mira n'en était pas vraiment une. La louve pouvait entendre Emy protester dans sa tête quand elle salua sa soeur, mais Elle n'en tient pas compte et croisa les mains sous son menton en s'accoudant à la table pour regarder Mira d'un air légèrement supérieure. Elle ne l'avait pas encore forcé à baisser les yeux, mais son instinct la titillait déjà, si bien qu'elle s'était sentie obligé de se pencher un peu en avant, d'un air... Beaucoup plus lupin qu'humain.

- Emy est ma sœur. Jamais je ne le lui ferais de mal.

La louve trouvait ça intéressant, Emy trouvait ça touchant. C'était difficile pour l'animal de concevoir une certaine loyauté de la part d'humain, même ci ceux ci avait un lien avec l'humaine qui partager son corps. La demoiselle elle savait que Mira ne mentait pas - la louve aussi, elle entendait la sincérité dans sa voix - et qu'elle ne leur ferait pas de mal volontairement, néanmoins elle se doutait qu'avec son caractère explosif elle prendrait certainement mal une réflexion à un moment même si ce n'était pas dans ce but que sa soeur l'aurait énoncé. Elle comprenait bien que c'était un peu brusque pour elle, toutes ces révélations.

- Est-ce que tu es… une partie de ma sœur ? Autre chose ? D’où viens-tu ?

La louve la regarda tout en penchant la tête. D'où venait-elle ? C'était étrange comme question... Elle était née en même temps qu'Emy bien sûr ! Elle avait grandit en retrait jusqu'à ce que sa moitié ait besoin d'elle. Mais il fallait le lui expliquer et avec des mots, ce que la louve n'avait pas l'habitude. C'était pour cette raison qu'elle avait mis quelques seconde pour trouver les mots et la façon de faire des phrases dans un dialecte correcte.

- Nous sommes lié. Je suis elle et elle est moi. Nos... Esprits sont séparés, mais nos corps sont soudé, essaya-t-elle d'expliquer en joignant le geste à la parole, tirant sur ses mains croisés pour montrer qu'il était impossible de les séparer.


C'était compliqué d'expliquer ce genre de chose, encore plus pour sa louve. Mais elle sentait le désir d'Emy de faire comprendre à Mira ce qu'elle était, aussi Elle se concentra. Comme si elle n'avait pas l'habitude de bouger ses bras, elle le leva avec une certaine raideur pour désigner son cerveau, englobant toute sa tête.

- Il y a là dedans mon territoire, ma... Maison ? Une forêt et une caverne. Enfin, c'est de la magie. C'est... Une sorte de sanctuaire, représenter ainsi pour qu'Emy et moi puissions nous retrouver. Elle est venue me chercher là bas et elle y est resté. Je suis née là bas en même temps qu'elle dans ce monde et j'ai grandis avec elle. Jusqu'à ce qu'elle ait besoin de moi.

C'était étrange de parler de ça de vive voix, ce son toujours grave et profond, qui plus est à une étrangère. Non, ce n'est pas une étrangère, c'est notre soeur. La louve pouvait entendre Emy le clamer. Elle aurait bien levé les yeux aux ciels pour montrer qu'elle trouvait ça idiot de lui faire confiance, mais se retint. Mira semblait déjà avoir du mal, si en plus Elles commençaient à discuter, laissant à Mira seulement une partie de la conversation, cette pauvre humaine ne comprendrait plus rien.






C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Écrits : 69
Arrivée le : 31/10/2013
Occupations : Etudiante
Humeur : ....


Feuille de personnage
Feat:
Informations:
RPs:

MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   Dim 7 Aoû - 17:58


Il avait fallut à Miranda un peu de temps pour comprendre à qui elle avait à faire. Il s’était passé tant de choses depuis qu’elle et sa sœur s’étaient serrées dans les bras. Elle avait compris que tout ce temps, elle avait gardé secrètes beaucoup trop de choses. Elle peinait à croire à tout cela. Et voilà qu’à présent elle s’adresser à ce personnage, cet habitant du corps de sa sœur qui parlait de sa voix grave, bougeait maladroitement. Elle l’avait rassuré, elle était une amie, une sœur. Tout ce qu’elle voulait c’était que tous deux, puisque apparemment sa sœur partageait le même corps que cette entité, aillent bien.

- Nous sommes liées. Je suis elle et elle est moi. Nos... Esprits sont séparés, mais nos corps sont soudé, expliqua-t-elle avec difficulté.

Heureusement, Miranda avait l’habitude qu’on lui explique des choses compliquées à saisir, des ressentis qui pouvaient sembler paradoxaux au premier abord. Mais là, il s’agissait tout de même d’une certaine forme de réalité, ce qui rendait les choses plus difficiles que d’ordinaire. Sans compter qu’il s’agissait de sa sœur.

- Euh…d’accord, hasarda-t-elle, se disant que tout s’éclairerait sans doute avec le temps, et surtout un peu de recul que pour l’instant elle ne parvenait pas à trouver. Il y avait peut-être juste dans un premier temps à admettre les choses comme une évidence. Et puis, son regard étrange l'intimidait.

-Il y a là dedans mon territoire, ma... Maison ? poursuivit l’entité après avoir esquissé un geste très peu clair avec ses bras,  Une forêt et une caverne. Enfin, c'est de la magie.

Miranda décida de laisser ce mot de côté pour le moment. De la magie. Qu’est ce qu’on entendait exactement par là serait une question qu’elle se poserait plus tard.

- C'est... Une sorte de sanctuaire, représenter ainsi pour qu'Emy et moi puissions nous retrouver. Elle est venue me chercher là bas et elle y est restée. Je suis née là bas en même temps qu'elle dans ce monde et j'ai grandis avec elle. Jusqu'à ce qu'elle ait besoin de moi.


Elle peinait à croire que cette chose était là, tout ce temps, et qu’elle n’en avait rien vu, rien senti, elle se sentait vaguement coupable. Elle essaya d’esquisser un sourire timide en signe de bienveillance pourtant.

- J’aurais voulu être là moi aussi, quand elle en avait besoin… souffla-t-elle en baissant un peu les yeux.

Puis elle fit un effort pour la regarder à nouveau, souriant un peu plus. Elle ne voulait pas vraiment au fond, parler de choses tristes maintenant. Ça n’était sans pas le plus urgent ni le mieux à faire.

-  Tout ça est nouveau pour moi… et… étrange mais je vais m’y faire. Quelques soient ses particularités, ma sœur restera toujours ma sœur… et toi donc… tu es un peu ma sœur aussi…

Elle essaya de continuer de se ressaisir, histoire d’être un peu crédible. Elle voulait faire bonne impression en quelques sortes parce qu’elle sentait la méfiance de l’être en face d’elle. Et cette chose était un peu sa sœur en même temps, elle devait se faire apprécier sous peine de faire régner le conflit à l’intérieur d’elle. Elle voulait se rendre utile et non causer de la souffrance supplémentaire.

- Et ma sœur, je l’accepte comme elle est, voilà.

Elle ne savait pas quoi dire de mieux. Voilà qui résumait à peu près ce qu’elle avait sur le cœur à ce moment là, vraiment envie de dire. Elle sourit à nouveau, elle se sentait un peu mieux. Finalement, en restant tout simplement humaine, peut-être qu’elle pouvait gérer cette situation abracadabrantesque.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles ( Avec Emylie Smith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle joie que celle des retrouvailles ! /Rose/
» Les retrouvailles virtuelles (ft. Nyshaa)
» [Mars 1755] PV Ikelos et Oneiros : retrouvailles avec son sang
» Retrouvailles avec Sake et apprentissage de la traînée de cristal !
» • Retrouvailles avec un vieil ami ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Path of the Black Leaves :: Les Lieux :: Lane Nord :: L'Aéroport-